[Bar à Jeux] Saline, un jeu découvert par Lesaulnier

Saline

Première production signée Chèvre Editions (éditeur de Dans les Cordes) chroniquée sur Try aGame avec Saline. Et ce sont de très bons débuts avec des mécaniques inspirées.

Prix : 26,90 €
Temps moyen : 45 min
Nombre de joueurs : 3 à 4
Âge conseillé : 8+
Auteur : Maxime Blandin
Éditeur : Chèvre éditions
Illustrateur : Ronan Pincemin
Mécanismes : objectif, collection, cartes
Version fournie par l’éditeur.

Back in the days…

Saline me fait retourner dans mes cours d’Histoire. Le sel, ce sera son thème alors il sera aussi question de gabelle, ce fameux impôt sur le sel que l’on nous a tant relaté en salle de classe. Forcément il ne s’inscrit pas dans notre époque contemporaine mais en 1770 dans le village de Selak se situant tout près de l’océan Atlantique. Tout le thème est respecté et on (ré)apprend du vocabulaire avec les mécaniques du jeu. Votre objectif est donc d’être le plus efficace, simplement le meilleur paludier, pour l’emporter. Créons désormais notre saline.

Saline, une course originale pour un thème unique

Le concept est assez bien résumé par Chèvre éditions. L’objectif est de créer sa saline (qui représente les marais salants) en acquérant des œillets (synonymes de bassin d’évaporation) sur la place du marché mais il faudra faire attention à leur positionnement car on retrouve des objectifs pour pimenter la partie.

Sur table, cela se précise mieux. On part avec un mulon qui sera le noyau central de notre saline (cf photos) et le but sera alors de construire autour ses œillets, tous caractérisés par une couleur et une limite de stock de sel. Les objectifs personnels renvoient directement à la couleur des œillets et à leur positionnement dans votre saline.

J’emploie le terme course car une fois sa saline constituée chez un joueur, la partie se termine pour tous. C’est alors une course entre les joueurs à ce niveau-là qui se lance. Néanmoins, ce n’est pas la seule façon de terminer la partie et le premier à terminer n’est pas assuré de gagner. D’une part, on peut finir le jeu en collectant 20 liards (20 pièces si vous voulez), ce qui peut amener la partie vers une course aux pièces. Dans tous les cas, on conclut la partie avec un décompte des points et les différentes façons de scorer peuvent se montrer déterminantes. C’est donc une course aux points avec de multiples stratégies à enclencher.

Entrons encore plus en détail dans le déroulement d’une partie et ses différentes façons de scorer.

2 temps 4 mouvements

Une partie de Saline se déroule en deux temps:

  • La phase jour: 

Au cours de celle-ci, on lance les dés Météo. Ceux-ci déterminent si on produit ou pas du sel sur nos œillets (dans la limite de leur stock).

Ensuite le joueur détermine laquelle des quatre actions il va effectuer entre:

  1. Acheter un œillet qui se trouve sur le marché, chacun ayant un prix déterminé selon leur emplacement sur le marché. Ceux qui sont délaissés restent sur le marché pour le tour suivant mais glissent en haut de la piste du marché (le côté le moins onéreux).
  2. Récolter le sel à partir d’une couleur d’œillet pour le placer sur le mulon, ce qui permettra de vendre ensuite… Assurez-vous que votre nombre de sel dépasse le dé de la gabelle.
  3. Vendre le sel en n’oubliant pas la gabelle qui peut minimiser vos deals. On vide donc le mulon et on récolte ses liards.
  4. Ne rien faire et amasser une pièce. Parce que pourquoi pas.

Dans le même temps, vous êtes en mesure de joueur une ou deux cartes Evènement en remplissant ses conditions (prix et moment opportun pour la jouer, phase de jour ou phase de nuit). Elles apportent une bonne dose d’interaction et impactent souvent vos actions et les autres joueurs. Il existe clairement des cartes d’attaque où l’on va piocher dans les économies de l’autre joueur ou tenter de faire capoter sa stratégie et lui faire perdre du temps.

C’est donc finement pensé car cela dynamise la partie et apporte de la vie aux parties. On craint toujours de se prendre une attaque ou on espère toujours tirer une bonne carte pour maximiser ses actions ou mettre des bâtons dans les roues aux autres.

  • La phase de nuit:

Pas de grande action ici si ce n’est les cartes Evénements. On joue celle qui porte le symbole de la nuit et on tente donc d’attaquer les autres la majeure partie du temps. On ne peut avoir pas plus de 2 cartes Evénements. On marque la fin du tour en piochant une nouvelle carte, si le nombre de cartes dépasse 2 alors en défausse 1. C’est ensuite reparti pour la phase Jour.

Enjeux stratégiques:

  • L’achat de l’œillet. Il s’inscrit dans une tactique précise. Soit vous visez la complétion d’un objectif (avec une couleur spécifique pour un emplacement précis), soit vous visez une combinaison de couleurs pour le score de fin de partie.

En effet, cela peut représenter un gros marqueur de score, à savoir:

  • Les œillets de même couleur. Si vos marais salants comptent quatre œillets de même couleur, alors vous gagnez 8 points. Vous empilez tout de même les points (mais moins) si vous vous collectionnez 3 œillets (4pts), 2 œillets (2 points) ou 1 seul œillet (1 point).
  • Les œillets de différentes couleurs: Si votre saline compte quatre œillets de différentes couleurs (bleu, rouge, vert et jaune), vous obtenez 12 points. Vous récoltez aussi des points (mais moins) si vous avez deux ou trois œillets de différentes couleurs.
  • Le liard. En fin de partie, 1 point par liard est attribué. Si vous adoptez cette stratégie financière, il faudra savoir ne pas dépenser sans compter.
  • Les objectifs rapportent 2 points lorsqu’ils sont complétés.
  • Si vous n’avez pas utilisé votre faveur (qui peut dépanner pour avoir des ressources rapidement), vous obtenez 3 points en plus.

Tout l’enjeu sera alors de savoir remplir ses objectifs, terminer ses collections tout en ayant accumulé des économies pour amasser un maximum de points. C’est ce qui fait le sel du jeu (oh oh oh).

Chèvre éditions reste honnête dans sa démarche puisque l’on nous indique clairement qu’il est recommandé d’y jouer à 3 joueurs. Selon leurs dires, à 2 ce n’est pas impossible mais c’est beaucoup moins fun !

Cela tombe bien, on y a joué à 3 et à 4 joueurs et cela nous convenait amplement.

J’ai beaucoup apprécié le thème de Saline, il se retrouve intelligemment intégré dans ses mécaniques.

Les cartes amènent de l’interaction, tout juste ce qu’il faut, et pimentent les parties en faisant s’affronter directement les joueurs.

Il faut être sur plusieurs fronts dans notre entreprise, dans la collection de cartes à double enjeu (voir scoring). Cela requiert de vendre dans le bon timing tout en faisant attention au tarif de la gabelle. Récolter n’est pas évident et ne dépend pas que de nous, cela dit la part de hasard n’est pas dérangeante car elle est imposée à tous les joueurs. Il n’est donc pas question de chance mais de gestion des événements.

Ce ne sera pas le jeu qui fera accrocher toute la famille mais les mécaniques s’avèrent intéressantes et m’ont personnellement captivé du début à la fin de la partie.

Les règles de Saline sont on ne peut plus claires.

Il n’y aura aucune difficulté à prendre en main le jeu ni à l’expliquer.

Mieux encore, les créateurs du jeu se sont montrés généreux puisqu’ils apportent un gros contexte historique dans le livret de règles. On profite ainsi d’une bonne dose de lecture intéressante sur le sujet du sel, de la gabelle etc. Cela renforce le thème et le cœur que ses créateurs y ont mis.

La boîte reste plutôt jolie et le matériel qu’elle cache l’est tout autant.

Ce n’est pas la splendeur d’autres références visuelles mais le matériel aussi simpliste soit-il (cubes de sel et pièces par exemple) s’intègrent parfaitement dans son thème.

Les cartes œillets et événements sont tout de même agréables à l’œil, les dés météo sont réussis et la qualité du matériel n’est pas mauvaise.

Le jeu est facile à installer et quelques sachez zip vous faciliteront la tâche pour le rangement.

L’ambiance reste plutôt calme et compétitive autour de la table, Saline ne tombe pas dans le piège du chacun pour soi.

Tout le monde se dispute les cartes Objectifs sur la table (en plus de sa carte personnelle), convoite les bonnes cartes du marché. Mais là où le jeu est encore plus interactif, c’est au niveau de ses cartes Evénements. Elles permettent d’attaquer et de se tirer dans les pattes entre autres. Pour le coup, il se montre dynamique car les tours ne sont pas longs, les phases sont aussi rapides et lorsqu’elles s’allongent, c’est lorsque l’on attaque l’adversaire.

Le rythme est plutôt bien travaillé et on enchaîne rapidement les tours une fois le jeu pris en main.

Récapitulons : Saline m’a plu un peu, beaucoup ou à la folie ?
(ou pas du tout…)

Saline parvient à nous immerger dans son thème d’une bien belle manière. Des mécaniques simples mais efficaces, des coups de poignard dans le dos à réaliser à tout moment mais une faculté à toujours se relever et à poursuivre ses objectifs et son marais salant. Une belle surprise qui se démarque des autres jeux du genre.

Ambiance (calme/vivant)
Interaction
Réjouabilité
Mécaniques

N’hésitez pas à nous donner votre avis sur ce jeu si vous aussi vous l’avez testé via les commentaires sous l’article. Vous pouvez également venir nous rendre une petite visite sur nos réseaux sociaux : Twitter, Facebook, Instagram, Twitch, Youtube et notre compte curateur Steam.

Retrouvez nos autres tests de jeux de société en cliquant ici.

Vous avez une question sur ce jeu ? N’hésitez pas à poser votre question en commentaire, on se fera un plaisir d’y répondre !

0 0 voter
Évaluation de l'article
Toujours dans la magique potion du jeu vidéo !
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Mot de passe oublié

mattis felis dictum sed sit Lorem