[Découverte] Heroes in Crisis : une introspection

heroes in crisis

Les héros consultent aussi.

Public visé : 13+
Collection : Urban Comics

Date de sortie : 15 Novembre 2019
Pagination : 240 pages

Un sujet peu traité.

Que se passe-t-il quand un héros est atteint du syndrome post-traumatique ? A qui peut-il se confier ? Comment peut-il remonter la longue et glissante pente et ne pas devenir un danger pour ceux qu’il protège ? Batman, Superman et Wonder Woman ont créé un sanctuaire. Isolée dans la campagne américaine, une maison (et son complexe souterrain) accueille anonymement ces héros. Une IA recueille leur témoignage, les aide à parler, se confier et faire sortir le poison qui les consume. Rien n’est enregistré, rien n’est gardé, Batman l’a voulu et désigné ainsi.

Alors comment réagir lorsque les invités du sanctuaire sont tués, pour ne pas dire massacrés et que l’enregistrement de leurs séances est diffusé, parfois à masque découvert sur les médias mainstream ?

Tom King (The Vision, Good Boy) nous propose ici, vous l’aurez compris, une introspection de nos héros DC Comics, qu’ils soient de second plan ou non. Un sujet peu traité auquel s’attaque Heroes in Crisis. Peu traité à moins que vous n’ayez été aussi lecteur de X Factor (Marvel), The Boys (Dynamite) ou encore Rising Stars (Top Cow). Mais Heroes in Crisis est peut-être le seul qui va aussi loin et qui balaye autant de héros.

Heroes in Crisis

Un rythme mal maitrisé.

L’histoire commence comme une enquête à la Agatha Christie ou Conan Doyle, un sextuple meurtre, deux suspects se désignant mutuellement comme coupables, et la sainte trinité (Batman, Superman et Wonder Woman) menant l’enquête. Une enquête ponctuée par la mise en page de couvertures alternatives rappelant ces moments traumatisants pour nos héros (le dos brisé par Bane de Batman, la mort de Superman, la perte de la main d’Aquaman…) et des fameuses séances dans le confessionnal.

Il y avait tout pour en faire un des comics de l’année (du moins en France, la publication aux USA ayant débuté en 2018), mais DC Comics est apparemment venu mettre son nez dans l’écriture et a voulu allonger l’histoire en ajoutant des numéros, des chapitres. Si le rythme est plutôt intéressant et le découpage plutôt équilibré entre les différents groupes d’acteurs du récit, on sent l’étirement, l’allongement forcé vers la fin, l’histoire à peine à se finir en nous abreuvant de gaufriers (planches en 9 cases parfaitement symétrique) sur les héros en séance.

Si cela donne une vue d’ensemble et nous montre que personne n’est épargné, qu’aucun héros ne sort indemne de sa rencontre avec le mal et l’adversité, on ne peut s’empêcher de penser que d’être moins exhaustif mais plus profond n’aurait pas nui au récit. Sans omettre que le récit, une fois qu’il a donné sa solution, se poursuit encore le temps de deux chapitres pour donner des explications que le lecteur attentif aura déjà assimilé pour se finir en une happy end scoubidesque.

Attention cependant, Heroes in Crisis nous fait passer un bon moment de lecture, porté par un esthétisme, certes peu original mais au top. Un bon comic-book qui aurait pu être bien meilleur.

N’hésitez pas à consulter notre autres revues comics et nous suivre sur les réseaux sociaux Twitter, Facebook, Instagram et TwitchNotre compte curateur Steam est aussi la solution pour vous aider dans vos choix.

Heroes in Crisis

Personne ne lis jamais ces encarts (mais tu peux cliquer sur les liens)

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de

Mot de passe oublié

dapibus quis ipsum dolor elementum pulvinar neque. porta. tristique ut