[Découverte] Tokyo Revengers de Ken Wakui

tokyo revengers

Glénat publie le premier tome de Tokyo Revengers ce 17 avril et nous avons eu la chance de découvrir l’œuvre de Ken Wakui avec un petit temps d’avance.

Tokyo Revengers est la prochaine nouveauté à paraître du côté de Glénat. L’éditeur a effectivement été convaincu par la plume de Ken Wakui que nous connaissons notamment pour les seinen Shinjuku Swan et Abaddon ainsi que deux autres mangas qui ont connu bien du mal à traverser le Pacifique Sekisei inko et Dessert Eagle. Tous s’inscrivaient plus ou moins dans un registre de fight et le succès de Shinjuku Swan a été si marquant (38 volumes) que deux adaptations Live sont déjà sorties au Japon.

Tokyo Revengers est également bien parti pour durer puisque onze volumes sont déjà publiés par Kodansha dans le pays du Soleil-Levant et Glénat a donc décidé de l’exporter en France. Après lecture du premier tome, on ne peut que leur donner raison tant les débuts de Takemichi Hanagaki, le personnage principal, restent prometteurs. Revenons en détail sur ce que nous propose concrètement Tokyo Revengers.

Sauver le monde, Sauver la cheerleader

Ne vous inquiétez pas, le scénario de Tokyo Revengers n’a rien à voir avec la série Heroes (dont est tiré ce titre) ou bien presque. Une femme à sauver, des sauts dans le temps et des enjeux qui dépassent l’entendement. On vous résume son histoire. Imaginez simplement que vous êtes un homme de 26 ans et que vous ne menez pas une vie très épanouissante. Vous vous trouvez devant votre téléviseur quand vous apprenez au JT que votre amour de jeunesse est décédé suite à l’affrontement entre gangsters. C’est bien ce que traverse le protagoniste principal de Tokyo Revengers. Mais Ken Wakui n’a pas eu l’idée d’en faire un dépressif que l’on suit dans les semaines à venir. Au contraire, il sera amené à revenir 12 ans en arrière et revivre son passé, à l’époque où il sortait avec cette jeune fille, Hinata Tachibana.

A partir de là, il tentera d’influer sur le cours de l’histoire en se mettant grandement en danger et en faisant preuve de bravoure, en chassant son naturel de trouillard et pas vraiment débrouillard. Ce qui est plutôt agréable, c’est que Ken Wakui ne s’attarde pas sur les événements.

Haletant, immersif, prometteur

Le rythme est rapide et les différentes scènes ne laissent pas de place au remplissage et aux dialogues inutiles. La lecture en devient fluide et prenante. Le scénario est haletant et il faut avouer que j’ai dévoré ce premier tome au point de ne pas compter les pages restantes à lire. Il me tardait de découvrir la suite, de connaître les différents risques pris par le héros, d’apprécier chaque retrouvaille entre Hinata et Takemichi et d’assister à l’entrée de tous les personnages majeurs qui traceront la destinée de Takemichi et sa quête.

Nous savourons aussi le talent et la plume de Ken Wakui qui nous sert une histoire aux multiples rebondissements. Jamais je n’ai considéré un événement comme prévisible et Dieu sait à quel point cela peut être désagréable. Le héros ne met pas quatre volumes à prendre son courage à deux mains et saisit vite qu’il doit jouer un rôle majeur. De même, contrairement à certaines parutions, les personnages s’éloignent un minimum du manichéisme ambiant dans l’industrie manga pour tenter de creuser davantage et cela participe aussi à l’immersion et l’appréciation de Tokyo Revengers. Il nous offre la violence classique des gangs certes mais les interactions entre Takemichi et les autres parviennent à nous détailler un minimum la personnalité de chacun. Cela créé une certaine ambiance qui lègue à l’histoire un environnement plus profond qu’il n’y paraît.

D’ailleurs, les dessins sont de qualité, les actions lisibles et les différentes émotions parfaitement retransmises. Le manga se permet quelques portraits sur toute une page sur des personnages majeurs et on ne peut qu’apprécier sa plume. La mise en scène n’en est que plus captivante et je pense sincèrement que cela a participé à l’immersion et à mon estime pour Tokyo Revengers.

Vous l’aurez deviné, ce premier tome de Tokyo Revengers nous a convaincu. Il porte de belles promesses et au vu de la maîtrise scénaristique de l’auteur Ken Wakui, on voit mal comment le scénario pourrait s’effriter. La mise en scène et la patte graphique participent à une immersion de qualité et nous sommes impatients de connaître la suite des événements et l’entrée de tous les acteurs de l’intrigue. Tokyo Revengers pourrait bien représenter l’une des publications de l’année du côté de Glénat voire du côté de la France.

Toujours dans la magique potion du jeu vidéo !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

Mot de passe oublié

accumsan risus Donec Praesent nec Phasellus diam