[Preview] Pathfinder Wrath of the Righteous

Pathfinder Wrath of the Righteous

Adapté du célèbre jeu de rôle éponyme, Pathfinder Wrath of the Righteous cache un ensemble de nouveautés et de choix forts sous une couche de déjà vu maitrisée.

 

Disponible en pré-commande avec une option early-access incluant quelques bonus, Pathfinder Wrath of the Righteous est toujours prévu pour l’été 2021 sur PC, et une sortie sur consoles n’est pas à exclure.

Je vous fait le tour du Pathfinder ?

Si vous êtes un habitué du genre, vous serez alors très familier des mécaniques proposées par Owlcat Games. Une équipe d’aventuriers, se rencontrant par un concours de circonstances, circonstances mettant en scène un gros démon qui met un coup de faux pleine tête à un dragon en plein centre-ville, disposant de talents liés à une classe que vous tenterez de maintenir en vie et de faire progresser via un système de combat en semi temps réel ou en tour par tour. Bien évidemment le temps réel pause active est bordélique à souhait pour les gros combats, tandis que le tour/tour est simplifié à un mouvement + une action.

Vue de dessus, camera libre, décors qui s’effacent pour faciliter la visibilité, gestion de l’alignement, jets de dés pour résoudre des actions hors combat et dialogues à choix multiples, le tout avec voix anglaises et texte localisé.

Voilà rien de bien étonnant mais une formule qui fonctionne plutôt bien.

60 heures de jeu dont 10 pour créer le personnage.

Cette bêta propose ses 4 premiers actes (sur un total de 6) pour une durée estimée de 60 h de jeux, un contenu conséquent, qui plus est, épaulé par de nombreux choix forts comme je l’écrivais dans l’accroche. Et le premier d’entre eux porte justement sur le nombre de choix et ce dès la création de votre personnage. 12 races, 25 classes avec chacune ses spécialisations de quoi s’y perdre. Et l’air de rien cette multitude peut déjà être un risque. A donner trop de choix on risque de trop peu différencier les dites possibilités. Surtout qu’une fois l’aventure lancée il vous sera demandée de suivre un chemin mythique vous amenant vers : l’ange, le démon, la liche, l’Azata, l’Aeon (éternité) ou encore le Trickster (filou).

Certaines de ces classes apportent d’ailleurs une véritable nouveauté, notamment la possibilité du combat monté. Mais sans vouloir doucher les ardeurs que cette information pourrait susciter, ne vous imaginez pas débouler dans de vastes plaines sur des chevaux de guerre armurés. Le voyage de zones en zones se fait via une carte où votre groupe est représenté par un pion. Votre animal ne sera donc là qu’en tant que compagnon complémentaire que vous pourrez, cependant, bien monter de manière à ouvrir une nouvelle palette d’options de combat et aussi profiter d’une capacité d’encaisse supplémentaire non négligeable.

Habitué du genre vous serez tout de même surpris d’apprendre que Pathfinder Wrath of the Righteous ne vous propose pas que de guider 6 aventuriers (sur un roster de 12) dans des cavernes lugubres et autres égouts infestés d’araignées géantes. Mais bien de mener une croisade au cœur de la Plaie du Monde. Croisade au sens propre avec choix moraux aux répercussions à court et long terme (impossibilité de recruter certains personnage par exemple) et surtout combat d’armées !

Ah oui et il y aura des dinosaures aussi.

Y en a un peu plus, j’vous l’met ?

N’arrêtons pas là la présentation, car nous devons aussi parler du système de météorologie dynamique permettant de vivre une même scène d’une palette allant du beau temps à la tempête.  Et il faudra bien une petite pluie salvatrice pour nettoyer rues et champs du carnage que vous laisserez derrière vous, Pathfinder Wrath of the Righteous proposant une expérience d’affrontement sanglante, pouvant aller jusqu’au démembrement et explosion des corps des vaincus.

Techniquement PWOTR paye son statut notamment en baignant le joueur dans une ambiance de tableau pastel tout en proposant de belles illustrations. Côté performance quelques arrêts à signaler, comme si le moteur cherchait que faire, ou comment le faire.

Ce menu très complet et copieux, généreux même dans les fonctionnalités proposées a aussi son revers. Tout d’abord le risque de perdre le nouveau venu et ce dès la création du personnage, et puis les bugs. Annoncé pour cet été, nous avons du jeter quelques minutes, voire heures de jeux dans certains cas pour causes de bugs (ne tentez pas de reroll voter personnage une fois arrivé à la taverne).

Owlcat Games a donc quelques mois encore pour peaufiner son Pathfinder Wrath of the Righteous. Et on espère qu’ils y arriveront. Plus petit budget que Baldur’s Gate 3, il propose un contenu théorique (nous n’avons vu que le premier acte du BG) bien plus vaste le tout porté par des personnages bien plus charismatiques. Il a donc tout pour être dans la course au RPG de l’année.

Pour le reste, n’hésitez pas à vous promener sur notre site, pour y découvrir nos divers avis sur des films ou des séries, ainsi que des guides et astuces pour vos jeux favoris mais aussi nos tests et dossiers. Et bien entendu vous pouvez passer nous voir sur notre compte Twitter ou Facebook pour ne rien rater. Vous pouvez aussi nous retrouver sur YoutubeTwitchSteam et Instagram.

0 0 voter
Évaluation de l'article
Personne ne lis jamais ces encarts (mais tu peux cliquer sur les liens)
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Mot de passe oublié

fringilla nunc Praesent ut accumsan risus.