[Preview] Song of Horror : Survival Original

Song of horror

C’est un nouveau survival horror que nous avons eu droit en présentation avec Raiser Games, les éditeurs du jeu de Protocol Games.

Song of horror sortira sous la forme d’épisodes, les deux premiers seront disponibles pour Halloween, le 31 octobre prochain, le troisième en décembre, le quatrième en janvier et le cinquième et dernier au mois de mars 2020. Mais pourquoi s’intéresser à ce Survival Horror ?

Sebastian P. Husher est un écrivain à succès qui a disparu aussi mystérieusement que soudainement. Et devinez qui va devoir enquêter en commençant par le manoir de l’écrivain ? Toi ami lecteur, enfin plutôt vous, car Song of Horror te propose d’incarner plusieurs avatars vidéoludiques aux profils très différents pour résoudre une enquête qui va vite devenir un jeu de survie horrifique.

Les deux premiers épisodes mettront à notre disposition quatre personnages, mais le jeu, dans son ensemble en promet treize. Mais nulle question de passer librement d’un avatar à un autre ou de se promener en groupe, l’équipe de Protocol Games a mis en place un système de mort permanente vous obligeant, de fait, à continuer l’aventure sous d’autres traits.

Mais avant de donner un peu plus de détails, parlons technique, histoire de ne pas finir sur une mauvaise note et ainsi vous laisser repartir de cet article avec l’envie d’en savoir plus lors de la sortie du titre.

Parlons technique…

Technique d’écriture déjà. Song of Horror a, semble-t-il, bien intégré tous les codes du genre : ambiance, jeux d’ombres et de lumières, et manifestations surnaturelles franchement inquiétantes et sources de frayeur. Et les jumpscare, ces petits moments un peu putassiers visant à vous faire peur en faisant soudainement apparaitre une créature à l’écran ou en poussant un cri à 95 décibels après 12 minutes de silence reposant, certes, mais inquiétant. En 2019 l’amateur d’horreur veut être pris aux tripes et pas sursauter car on lui crie dans le casque.  Dit autrement et de manière plus élégante, on lui demande d’être viscéral et pas épidermique (K.Debbache 2013). Mais ce n’est qu’une preview et nous n’avons vu que de très courts extraits de ce qui nous attend.

Technique de développement ensuite, les développeurs disent s’inspirer d’Alone in the Dark, très bien, tant le jeu avait l’étiquette de référence à son époque, nous y avons vu aussi un petit côté Resident Evil (le tout premier) tant les personnages semblaient rigides et issus d’une union entre un être humain et une tourelle de tank. Il fallait le dire, c’est dit, passons à la suite.

Song of horror

Et innovations

En revanche côté originalité il y a matière à découverte. Ne nous penchons pas sur le scénario, que nous ne connaissons que via son pitch et qui débute comme 92% des scénarios de Call of Cthulhu et 56% des productions du genre. Mais allons voir du côté du gameplay, car avouez que quand vous avez lu, survival horror vous ne vous attendiez pas forcément à être surpris par cet aspect ci.

Song of Horror, va donc vous proposer de vivre son aventure à travers 13 personnages au total, journaliste, flic, fille d’antiquaire etc. Chacun vient avec son passé, ses aptitudes, son inventaire et aussi ses connaissances. Tel personnage pourra connaitre le code de tel coffre alors que les autres non. Mais surtout si la Présence, entité surnaturelle qui cherchera à vous attraper, vous tue, vous devrez choisir un autre personnage pour continuer et, en retournant sur les lieux de votre précédent échec, vous verrez que l’environnement est tel que vous l’avez laissé avec votre incarnation précédente.

Les développeurs ont voulu mettre l’accent sur la logique humaine, et promette d’avoir cassé quelques codes du genre horrifique. Ainsi, nous avons eu en démonstration, la mort d’un des personnages et le retour sur place avec un autre avatar. Vous entendez, dans un couloir, une arme que l’on charge. Si vous avancez, poussé par la curiosité, vous prendrez une balle en pleine tête de la part de votre personnage précédent. Car oui le jeu est un survival, mais pas un jeu d’action, on ne se bat pas. Song of Horror s’appuie sur un système d’intelligence artificielle qui promet de s’adapter à votre façon de jouer faisant vivre des expériences différentes à des joueurs distincts. A vous de varier votre façon de jouer entre deux runs.

Enfin notons qu’un soucis du détail semble avoir animé Protocol Games, que ce soit dans les décors, les easter eggs (#NoSpoiler) et même dans le mode de difficulté qui jouera sur la capacité de l’IA à réagir à votre gameplay, en lui donnant des noms d’auteurs du genre, Poe ou encore Lovecraft, ce n’est qu’un détail mais ça réjouira les amateurs. Pour le reste, on attendra le test pour confirmer ou non nos impressions. Sachez toute fois que le jeu est présenté sur Steam (pas d’accès anticipé ou de prévente, mais vous pouvez toujours le mettre en liste de souhait).

N’oubliez pas de nous suivre nos réseaux sociaux Twitter, Facebook, Instagram et TwitchNotre compte curateur steam est aussi la solution pour vous aider dans vos choix.

Personne ne lis jamais ces encarts (mais tu peux cliquer sur les liens)

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de

Mot de passe oublié

in Donec ultricies et, Praesent id venenatis mi, Phasellus