[Critique] Aurion : L’Héritage des Kori-Odan, tome 1

Aurion l'héritage des kori-odan

Début août est sorti le tome 1 de la bande-dessinée tirée du jeu vidéo Aurion : L’Héritage des Kori-Odan. Tout en couleur et joliment illustré, l’ouvrage séduit dès les premières pages.

Promise par Kiro’o Games depuis longtemps, la bande-dessinée tirée des aventures d’Enzo et Erine est désormais disponible à la vente sur le site Amazon. Reprenant l’histoire principale du jeu « Aurion : L’Héritage des Kori-Odan », cette bande-dessinée est un support pertinent pour qui ne connaîtrait pas l’œuvre originale, et/ou pour les personnes non-désireuses de s’essayer au support vidéoludique afin de profiter du scénario de qualité dont nous faisions déjà l’éloge dans un précédent article de test. Bien évidemment, l’œuvre est également pensée pour les fans de la première heure qui peuvent ainsi redécouvrir l’histoire sous ce tout autre format.

Vendu au format broché (dos carré et collé) et doté d’une couverture souple, la première bande-dessinée réalisée par Kiro’o Games n’en renvoie pas moins une impression de qualité une fois ouvert. C’est en effet au moment de poser le regard sur le coup de crayon de Georges Pondy et le travail de colorisation de son équipe que l’ouvrage impressionne. Si l’on remarque assez aisément des inspirations tirées de différents domaines comme celui du manga (références parfaitement assumées par les auteurs), le résultat est original et possède une identité visuelle qui lui est propre. On y constate un certain souci du détail, qui s’observe notamment dans les décors de certaines scènes de dialogue, quant celles des combats font plutôt la part belle aux effets spéciaux et aux mouvements des corps qui s’affrontent.

Un peu plus épais que les tomes à venir (environ 200 pages), ce tome 1 déroule les bases de l’histoire en expliquant à la fois l’origine des pouvoirs aurioniques, tout en introduisant ses différents protagonistes. A l’instar du jeu, le scénario est ainsi rapidement compréhensible, et les enjeux s’installent sans problèmes de compréhension, contrairement à certaines œuvres plus connues qui pèchent parfois par une mauvaise explication de leur univers (on pense ici au récent exemple du manga Samurai 8, qui a connu un démarrage poussif pour cette raison).

La mise en scène, quant à elle, est très dynamique, proposant des suites de cases sur une seule page pour enchaîner les dialogues de façon fluide et osant l’enchaînement de doubles pages magnifiques qui donnent de l’impact à certaines scènes de combat. L’ensemble est ainsi très fluide, avec un rythme plus soutenu lorsque s’enchaînent les dialogues, et des pages entières réservées à une seule scène, laissant au lecteur le temps de la contemplation. Appuyées par le trait fin et le sens du contraste de George Pondy ainsi que l’excellent travail de l’équipe de colorisation, les scènes bénéficient d’une grande clarté et se révèlent agréables à suivre.

Ce tome 1 met ainsi toutes les chances de son côté afin de donner un aperçu de la grande qualité de son scénario qui, s’il démarre doucement dans ce premier volume avec un premier affrontement entre Enzo et l’usurpateur du trône (et dont l’objet de discorde n’est pas sans rappeler l’affrontement idéologique entre Killmonger et T’Challa dans le film Black Panther), va se muer en un voyage initiatique riche en enseignements. Ce premier combat, qui se résume plus à une confrontation entre deux idéaux politiques qu’à celle de deux personnages, est un premier pas vers les thèmes qui seront abordés par la suite.

Car plus qu’une simple bande-dessinée avec des jolis combats et une ambiance african-fantasy très réussie, Aurion est avant tout une odyssée au cours de laquelle le couple de protagonistes va confronter ses idéaux avec la réalité du monde ainsi qu’avec les aspirations d’autres peuples et de leurs dirigeants. Un récit où les héros n’hésitent jamais à remettre en question leurs idées reçues, et où les antagonistes ont souvent beaucoup de choses à apprendre – dans les deux sens du terme. S’il fallait le résumer en quelques mots, nous dirions qu’Aurion est une histoire intelligente, un éloge de l’ouverture vers l’autre et de la quête de soi, une œuvre humaniste qui puise ses inspirations et sa sagesse dans des cultures encore trop souvent sous-exploitées, et que nous recommandons à tous les mordus de récits d’aventures et d’œuvres qui poussent les lecteurs à la réflexion.

bande dessinée kiroo games

Co-fondateur de Try aGame, ceinture noire de tartiflette et fier papa de cette espiègle petite manette qui squatte chaque page du site.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de

Mot de passe oublié

at ut ut ante. pulvinar mattis felis ultricies et, sed fringilla adipiscing