[Découverte] Injustice Les maitres de l’univers

Injustice Les maitres de l'univers

Injustice Les maitres de l’univers, le crossover qu’on veut voir adapté au cinéma.

Public visé : 13+
Collection : Urban Comics

Date de sortie : 8 Novembre 2019
Pagination : 176 pages

 

Un crossover entre une marque de jouets et les héros DC.

Surprenant au premier abord, il faut revenir sur l’histoire des Maîtres de l’Univers. Gamme de jouets créée dans les années 80 pour concurrencer la quasi hégémonie des jouets Star Wars, Musclor (He-Man) et sa bande voyaient leurs figurines accompagnées de livrets narratifs réalisés par… DC Comics, qu’ils rejoindront à nouveau après un rapide détour par les concurrents de toujours, à savoir Marvel.

Et quand on sait que c’est DC Comics qui est à l’origine du lore de la licence, on ne s’étonne plus du fait que l’identité secrète du personnage principal soit encore plus pétée que celle de Clark Kent / Superman où personne ne le reconnait du moment qu’il porte des lunettes.

Ceci étant dit, Injustice Vs Les maitres de l’univers n’est pas un coup d’essai dans la bibliographie de l’éditeur puisque nous avions eu droit à un Les maîtres de l’Univers – Cosmocats. qui est dans le même esprit esthétique, Freddie E. Williams II étant toujours au dessin, mais en binôme cette fois-ci avec Tim Seely lui aussi habitué des portages en comic-book des aventures de jouets (G.I Joe mais aussi Nightwing ou Shatterstar chez Marvel).

Injustice Les maitres de l'univers

Un Nanar d’action.

Placé dans l’univers Injustice où Superman, suite à une infection par le Joker (pour faire court), est devenu un tyran épaulé par Wonder Woman. Son régime, maintenu par la technologie de Brainiac est combattu par une rébellion composée, entre autres, de Batman, Harley Quinn, Zatanna et Swamp Thing, qui se mettent en recherche d’artefacts magiques, seule faiblesse de l’homme de fer avec la kryptonite. Et par la magie des raccourcis de scénarios et des coïncidences commodes, ils vont assez vite identifier la planète Eternia comme monde de moult artefacts magiques notamment la fameuse épée de pouvoir détenue par le prince Adam.

A partir de ce moment, les scènes d’actions s’enchainent aussi vite que les voyages intersidéraux, rendus possibles par une connexion entre Moussor et Swamp Thing (pourquoi pas ?). De plus, les plans à la scoubidou où interviendront tout de même Darkseid qui en aura après le château des ombres (se payant même le luxe de paraphraser son pendant Marvel à savoir Thanos) et Skeletor en conseiller/pisteur magique de Superman.

Un bon nanar donc où il faudra laisser son sens logique en arrière plan pour profiter d’un comic-book qui, on l’espère, ne se prend pas trop au sérieux, fait intervenir beaucoup de coups de chance pour arriver à une conclusion d’un récit complet de 176 pages (tout de même) résolvant presque l’arc scénaristique Injustice.

Un récit sympathique qui fera sourire (dans le bon sens du terme) les trentenaires (et plus) nostalgiques mais qui aura peut être du mal à attirer à lui un public plus jeune non concerné par Injustice. D’autant que l’esthétisme de l’œuvre ne conviendra peut-être pas à tous. Mais il est à noter que les lecteurs non-connaisseurs des univers mis en jeu ne seront pas perdus, tant le récit présente relativement exhaustivement les deux univers.

N’oubliez pas de nous suivre nos réseaux sociaux Twitter, Facebook, Instagram et TwitchNotre compte curateur Steam est aussi la solution pour vous aider dans vos choix.

Personne ne lis jamais ces encarts (mais tu peux cliquer sur les liens)

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de

Mot de passe oublié

dictum elit. nunc eleifend ultricies elementum eget quis, pulvinar consequat. nec dolor