Knockout City : on a participé à la bêta

KNOCKOUT CITY

Knockout City s’est montré en bêta fermée durant 13 heures le week-end dernier. Alors on se fait un petit ballon prisonnier ?

Knockout City est attendu pour le 21 mai prochain. Développé par Velan Studios et édité par EA, le jeu est un ballon prisonnier en équipe, fantaisiste. Une sorte de Rocket League à pied qui permettra lecrossplatform.

Ne faites pas de prisonniers !

Vous connaissez tous le concept de base, mais Velan Studios l’a bien retravaillé : sur des arènes citadines et relativement ouvertes, deux équipes vont s’affronter dans un match en 3 rounds en 10 points gagnants correspondant à une élimination, temporaire certes, de joueur. Chaque avatar possède 2 points de vies, et chaque ballon le frappant lui en ôte un.

Sauf que là où le tout se complique un peu, comme vous l’expliqueront très bien les courts tutoriels, c’est que vous pouvez esquiver, dasher (pour faire lâcher sa balle à l’ennemi ou l’empêcher de se défendre d’un copain), attraper une balle offensive, la charger, passer la balle à vos coéquipiers pour la super-charger, utiliser des balles spéciales, voire devenir une balle vous-même et être vous-même chargé, donnant la possibilité de faire un One Shot des ennemis dans la zone d’arrivée. A double tranchant cependant, car si vous êtes devenu une arme potentielle, l’équipe adverse pourra aussi vous utiliser contre vos copains ou vous lancer hors de la zone de jeu (Ring Out !).

Le tout sur des niveaux possédant chacun leur spécificité mais toujours des possibilités de finir dans le vide. Ici un chantier avec une Wrecking Ball, là des toits d’immeuble ou encore un carrefour avec une circulation importante. Aux caractéristiques du niveau, il faudra ajouter un ballon spécial, choisi aléatoirement : explosif, lunaire (moins de gravité pour le porteur et pour la cible) ou cage, emprisonnant le touché et permettant de s’en servir comme arme ou de le jeter négligemment une centaine de mètres plus bas.

Avec toutes ces possibilités la communication sera un facteur important.

Ballon qui roule n’amasse pas mousse.

Knockout City a des qualités pour plaire. Jouable instantanément, crossplatform, n’ayant que des options cosmétiques à débloquer, parties courtes et animées, la version du mois de mai arrivera avec des modes de jeu, terrains et ballons spéciaux supplémentaires, le tout accompagné d’un système de clans et de parties classées.

Mais à la vue du jeu en équipe déployable il faudra mettre en place un vrai système de communication, car le vocal en jeu seul ne saurait remplir ce rôle. On peut certes demander la balle, ou supplier d’être jeté quand on se transforme en boule meurtrière (une certaine métaphore de ma vie sentimentale au demeurant) mais cela semble bien insuffisant, à ce jour, pour suffire à déployer un jeu organisé.

A voir ce qu’en feront les joueurs, les streamers et pourquoi pas l’esport.

Vous pouvez réagir à cet article avec un commentaire ou sur les réseaux sociaux via Facebook / Twitter / Instagram, et vous abonner à notre compte curateur Steam afin de retrouver nos tests PC. Pour suivre nos inénarrables péripéties en direct ou en différé, sachez que nous sommes aussi sur Twitch.

N’hésitez pas non plus à aller vous promener sur notre site, pour y découvrir nos nos tests de jeux et autres dossiers, ainsi que divers avis au sujet de films ou de séries, ainsi que des guides et astuces pour vos jeux favoris. Et ce n’est pas fini : nous testons aussi des jeux de plateau.

 

 

0 0 voter
Évaluation de l'article
Personne ne lis jamais ces encarts (mais tu peux cliquer sur les liens)
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Mot de passe oublié

dictum venenatis sit lectus libero ut velit,