[Avis] On a regardé « le roi de la polka » pour vous

le roi de la polka

Netflix produit régulièrement ses propres séries ou films. Avec Komestai nous nous sommes penchés sur le dernier Jack Black : « le roi de la polka », voici nos avis.

Netflix nous propose souvent de très bonnes créations originales telles que Stranger Things ou encore The Crown. En ce début 2018 débarque « le roi de la polka » ! Cette comédie tirée d’une histoire vraie nous narre l’histoire d’un chanteur polonais qui est prêt à tout pour connaître le succès aux Etats-Unis, même une escroquerie géante !

Avec l’ami Komestai nous avons passé un peu plus d’une heure trente devant un Jack Black chanteur de polka, voici ce que nous en avons pensé. Mais avant, nous vous proposons le trailer du film afin de vous mettre dans l’ambiance :

Pour moi « le roi de la polka » est un film dont on peut clairement se passer. Jack Black m’horripile au plus au point, son jeu est tellement dans l’exagération que je me suis demandé si ce n’était pas la parodie d’une histoire vraie.  L’histoire sentait le kitsch dès le tire, ben oui le roi de la polka tout de même. Mais je me suis dit « même pas peur », étant amatrice d’histoire vraie j’ai pensé que cela pourrait tout de même être bien sympa à visionner. Hé bien non  ! Ce film ne m’a procuré aucune émotion (et pourtant croyez-moi suis une émotive), le moment que j’ai préféré est le générique de fin qui mêle images réelles et images du film, c’est dire le désespoir de ce film. Très sincèrement je ne le conseillerais même pas pour une soirée entre amis et pourtant avec mes amis on adore  KUNG POW, on est vraiment pas difficiles. Mais pour « le roi de la polka » c’est non. Désolée Netflix, tu nous avais habitués à mieux pourtant.

 

Je me suis fait embarquer dans le film par la bande annonce qui semblait me vendre un film à l’univers complètement loufoque, en témoigne le look de Jack Black en chanteur de Polka. Et comme souvent la bande annonce est là pour nous tromper. Le roi de la Polka s’inspire de faits réels et le film est donc beaucoup moins déjanté qu’il aurait semblé être. La vie de Jan Lewan est certes rocambolesque, parsemé de rencontres quasi-divines, d’une nomination aux Grammy Awards dans la catégorie meilleur album de Polka (oui oui ça a existé) et bien entendu d’une escroquerie de grande échelle. Pour autant, les faits sont racontés de manière assez fade et surtout beaucoup trop expéditive (problème récurrent des biopics) pour pleinement nous embringuer dans la narration. Côté interprétation Jack Back peine à convaincre et surjoue ce rôle de l’immigré polonais qui tente de vivre le rêve américain à tout prix. A noter que sa voix en vf est encore une fois tenue par Christophe Lemoine qui doit forcement prendre l’accent de l’Europe de l’Est… j’ai eu l’impression de voir une version longue de l’épisode de South Park où Cartman endosse l’identité du catcheur Red Russian (M. Lemoine doublant Jack Black et Cartman). Le reste du casting est également dans une sorte de surjeu qui aurait pu fonctionner si le film avait joué à fond la carte du kitsch. Là, le film navigue entre le drame et la comédie kitchesque un peu maladroitement. Dommage car les passages kitsch sont assez plaisants. Verdict pour Le roi de la polka : déception.

 

Retrouvez les sorties Netflix du mois de janvier en cliquant ici.

Co-fondatrice de Try aGame, commandante du Normandy et Championne du Monde 2016 de Farming Simulator.Responsable du crash du Normandy, elle s’est retirée sur Terre pour devenir rédactrice pour Try aGame !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

Mot de passe oublié

dictum libero Donec Nullam ipsum commodo in mi, risus massa