[Preview] Partisans 1941 : Desperados chez les Soviets

Partisans 1941

Longtemps antagoniste ou tabou de l’univers vidéoludique, l’URSS est enfin mis à l’honneur dans son histoire de résistance à l’invasion nazie dans un tactical temps réel : Partisans 1941.

Alter Games nous propose d’incarner un groupe de résistants soviétiques en 1941, au tout début de l’opération Barberousse visant à envahir l’URSS. Dans ce contexte, on vous propose de prendre le contrôle d’un petit groupe de résistants, la plupart militaires s’étant échappés de camps de prisonniers, restés derrière les lignes ennemies.

On imagine Partisans 1941 être un projet très important pour Alter Games, car en plus d’être leur premier titre, l’équipe de développement est aussi originaire de Moscou.

Annoncé pour l’été 2020, nous tablerons vers la toute fin de l’été si cette annonce reste respectée.

Partisans 1941

Enfin !

Durant des décennies le monde vidéoludique a aimé les histoires simples et binaires : les gentils toujours propres sur eux et les méchants s’épanouissant dans la saleté, pour agrémenter ses récits. Rien ne valait, à l’instar des film hollywoodiens de la fin du siècle dernier, d’opposer deux versions du monde, en mettant l’URSS au rang de méchants caricaturaux. Opposition allant jusque dans le vocabulaire (comme toujours au final), en nommant de différentes manières un résistant occidental et un résistant soviétique (partisan donc). Et bien qu’à des années lumières de l’utopie, le régime soviétique a souvent été l’oublié ou du moins le minimisé des livres d’histoires occidentaux, notamment dans lors de la seconde guerre mondiale. Sans oublier qu’avant le début de l’opération Barberousse (Barbarossa), les deux nations avaient signé un ensemble de traités et pactes, commerciaux et diplomatiques.

Partisans 1941 nous donne donc l’occasion de jouer cette période avec, cette fois-ci, la vision et surtout le terrain soviétique.

Partisans 1941

Partisans 1941 : Mode d’emploi

Dans ses premiers instants, Partisans 1941 se pose en tactical classique. Il faut savoir être discret, identifier les chemins et patrouilles et angles de vue des ennemis, tenter de planifier via une « pause » tactique.

Là où le titre des moscovites bombe le torse, c’est en proposant, à l’instar d’un XCOM, une phase dans votre camp que vous devrez retaper et agrémenter de nouveaux bâtiments qui représenteront autant d’options complémentaires pour vos membres. Ou si vous le voulez, l’occasion d’en envoyer certains en missions (non jouables) pour récolter informations, ressources, ou simplement aider vos compatriotes. Et des ressources il vous en faudra tant le coût des ateliers divers peut paraître exorbitant. Ressources que vous pourrez récolter durant vos opérations, mais attention, voler chez l’habitant ne sera pas sans conséquence. En effet si vous êtes, bien évidemment, invités à voler l’envahisseur, il n’en sera pas de même pour les pauvres occupés qui tentent de survivre tant bien que mal. Agir de la sorte influera donc négativement sur votre jauge de moral, jauge qui améliorera vos aptitudes au combat.

Concernant votre armée de l’ombre, vous débloquerez au fil des missions vos partisans, qui viendront avec un arbre de compétences à développer. La plupart ont des aptitudes bien à eux, comme Sanek le môme de la bande capable de passer pour un simple civil et en mesure de parler aux gardes pour les « figer » sur place.

D’ailleurs vous ne serez pas les seuls à être spécialisés, vos ennemis sont de différents rangs, entre les collabos membres de la police, l’armée régulière allemande et ses lieutenants et les SS, ce seront autant d’ennemis montant en compétence et donc vous proposant une adversité graduée.

Partisans 1941

Armez-vous et pas que de patience.

Au premier abord on a presque l’impression d’être en présence d’un titre caricatural tant la palette de couleurs et l’austérité de Partisans 1941 nous attaquent la rétine. Et puis, entre les quelques dialogues attrapés entre villageois, les missions non jouables donnant du contexte, les objectifs d’opération vous immergent dans cette période sombre de l’histoire, tout comme laisser les voix dans leur langue d’origine, russe pour vous, et allemand pour la plupart de vos ennemis.

Si vous êtes invités à utiliser au mieux vos personnages et leurs capacités, de grands pans de missions pourront être réalisés par un seul de vos membres (le lancer de couteau étant toujours autant efficace). A l’inverse des autres titres du genre, Partisans 1941 semble être un peu plus brutal, car nécessitant apparemment plus de combats armés en affrontement direct que ses confrères. Attention cependant, vos soldats ne sont pas invulnérables, et le système de blessure, pouvant vous interdire certaines actions, saura vous le rappeler.

D’autant que, défaut malheureusement habituel, l’IA n’est pas au top. Alors oui il ne s’agit que d’une preview sur une version non finalisée, mais à ce jour, la stratégie ennemie consiste à vous foncer dessus lorsqu’elle vous découvre, et vos partisans ont un peu de mal à rester en place et de ne pas se la jouer commando suicide lors des affrontements armés. Ajoutons que malgré le nombre de bâtiments et/ou de ruines, il est parfois surprenant de voir le peu de couverture qu’offre certaines scènes. Mais ces éléments ont encore le temps d’êtres améliorés.

 

Suivez l’actualité du JV made in Try aGame, à travers nos réseaux sociaux Twitter, Facebook ou encore Instagram. Pour le contenu vidéo c’est sur Youtube mais aussi sur Twitch que ça se passe. En bonus, notre compte curateur steam pourra vous aider dans vos choix de jeu sur la plateforme de Valve.

 

0 0 voter
Évaluation de l'article
Personne ne lis jamais ces encarts (mais tu peux cliquer sur les liens)
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Mot de passe oublié

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x
commodo elementum at ipsum et, elit. pulvinar fringilla porta. venenatis risus. nec