Avengers Infinity War sans divulgâchage

Avengers Infinity War

C’est une histoire qui débute en 2008 avec Iron Man, une histoire qui raconte l’avènement d’un personnage emblématique de Marvel. Une histoire de gemmes, de héros disséminés à travers la galaxie.

Une histoire articulée comme un crossover, une première dans celle du cinéma. Une histoire en 3 phases clairement planifiées, dont la conclusion est sortie en salle ce mercredi : Avengers Infinity War.

 

Avengers Infinity War

 

Previously on MCU

Répétons nous une fois de plus, le Marvel Cinematic Universe n’a qu’une vocation depuis 10 ans, nous amener précisément à ce moment, à ce troisième opus des Avengers composé de deux parties et ne raconte qu’une seule et longue histoire : l’histoire des gemmes de l’infini et de leur acquisition par Thanos le titan fou. Et pour vous en convaincre, vous rappeler les épisodes précédents, ou obtenir un résumé des films que vous n’auriez pas vus, je vous renvois à notre récit chronologique du MCU.

Qu’il était compliqué de passer entre les divulgâchages (spoilers) dont certains sites US ont fait leur fond de commerce. Il serait tentant de se venger puisque le film ne sortira que vendredi de leur côté de l’atlantique. Mais point d’inquiétude mes petits, je vous protège.

Avengers Inifity War est donc le film chorale de Marvel / Disney, réunissant les héros de ses franchises, Avengers, Black Panther, Docteur Strange, Gardiens de la galaxie, Thor et Spider Man, Ant Man manquant à l’appel. Et autant le dire de suite, si vous avez manqué quelques films et que votre connaissance de l’univers Marvel n’est pas encyclopédique, vous pourriez avoir du mal à suivre, vous comprendrez le film, ses enjeux, identifieriez rapidement qui est qui mais il restera certaines références, disséminées par petites touches certes, mais bien présentes.

Thanos

Personnage central, présent principalement dans les scènes de fin de crédit depuis le premier Avengers, Thanos est, dans l’histoire des comics Marvel, à la foi la plus grande menace de l’univers et, souvent, son ultime sauveur. Qu’il paraissait compliqué de retranscrire cette dualité dans un film, même en deux parties, même avec un premier épisode de 2h36. Du moins sans recourir à 2 minutes de pure narration indigeste. C’est pourtant le tour de force que réussi le film, assez rapidement, merci aux effets spéciaux et aux gemmes qui justifient le spectacle : Thanos n’est pas qu’un méchant, il est le sujet des films Infinity War, et celui du MCU.

Comme nous le répétons à chaque épisode de Chromics traitant des personnages de comics, la genèse, les motivations, la personnalité et l’histoire des héros sont fluctuants. Certains personnages arrivent à leur 50e anniversaire et les personnage sont passés de main en main, car appartenant à une maison d’édition et non un auteur unique. Il est parfois nécessaire de rajeunir, de procéder à une actualisation et des fois aussi certains auteurs un peu moins talentueux utilisent les personnages de manière un peu terre à terre. Chaque film de super héros commence donc par une réécriture du personnage, une nouvelle vision qui se portera plus aisément à l’écran et Thanos n’est pas une exception.

L’amant de la mort voit donc ses motivations adaptées au contexte du support et de l’histoire en évitant de tomber dans le mystique et la cosmogonie Marvel (pour cet épisode en tous cas) et le résultat est convainquant. Thanos répond à tous les critères qui font un grand antagoniste. Et surtout il est montré à l’écran comme un personnage central, comme le personnage principal annoncé qu’il est. Ce n’est pas qu’une brute sanguinaire, et le personnage est écrit pour montrer toute une palette d’émotion, toute une complexité. Et nous n’en dirons pas plus (pas de spoiler on avait dit !).

Chromics Ep2 : Comment créer un bon méchant ?

Un film qui n’est pas sans défaut

Novice vous n’avez vu que 2 films du MCU (et pas des récents) vous n’avez lu qu’un seul Marvel chez votre cousin un samedi d’août en attendant d’aller à la piscine : passez votre chemin.

L’humour Marvel est toujours présent, toujours là pour immerger un peu plus son spectateur dans son univers, créer de l’empathie pour ses personnages et pour dédramatiser certaines situations. Cette ligne éditoriale joue souvent avec la limite de la blague pour la blague, au point qu’après chaque moment un peu sérieux on attends la blague, la punchline, et on se dit qu’un jour ils vont réussir à ruiner le moment sérieux ou dramatique. Pas pour cette fois, mais le dosage peut, pour certains spectateurs être vraiment limite.

Les personnages des différentes séries, se mêlent et s’entremêlent formant des équipes inédites, mais toujours parfaitement équilibré et parfaitement complémentaire pour les challenges qu’ils devront affronter. Et si les compositions d’équipes étaient autres, certaines situations auraient été inextricables, on pense surtout à la mission de Thor.  En cela on n’évite pas les coïncidences heureuses voire un ou deux Deus Ex Machina. Mais rien de bien gênant.

En revanche les scénaristes ont peut être manqué un tantinet d’imagination quant aux pierres, leurs possesseurs respectifs n’arrivant pas, apparemment à en exploiter tout leur potentiel pourtant connu.

On adorera les easters eggs, et apparitions, pour la première fois dans le MCU d’acteurs renommés. Pour un fan ce film est une petite apothéose, où chaque plan lui rappellera un ou plusieurs comics, certains très anciens, d’autres plus récents, et là il ne s’agit pas d’une coïncidence. Si vous partagez, commentez cet article alors nous envisagerons, lorsque le temps de spoiler sera venu de faire une liste des easters eggs et une comparaison aux comics traités.

N’oubliez pas de rester pour la scène de fin de crédit.

Mais un bon film

Le rythme est bon, les personnages sont introduits de manière fluide et sans la lourdeur du premier épisode de Gotham (référence du genre). et vu le nombre de personnages (29 au dernier décompte) cela représentait un véritable défi. Avengers Inifity War est drôle, spectaculaire, émouvant. Une aventure Space opéra, comme on a jamais eu au cinéma avec une bien belle couche du Seigneur des Anneaux : le Retour du roi.

La thématique centrale est , sans constatation possible, le sacrifice, quelle morale va en ressortir à l’issue de l’épisode finale ? Comment va s’articuler le second film autour de cette thématique ? La réponse dans un an, mais un vengeur au bouclier devrait être pivot dans cet épisode.

Quid de la phase 4 ?

La troisième phase du MCU s’achèvera donc avec Avengers Infinity War part 2. Entre temps nous aurons Ant Man & The Wasp et  Captain Marvel. Et pas de véritable informations pour après. Nous savons que cette phase 4 existera, que certains projets sont déjà en phase de défrichage et que les studios Marvel, surtout avec l’acquisition prochaine de la 21st Century Fox, ne s’arrêteront pas là. Mais comment vont-ils réussir à nous tenir en haleine après Thanos ? Car faire au moins aussi bien que ces dix dernières années parait bien compliqué.

Personne ne lis jamais ces encarts

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

Mot de passe oublié

suscipit luctus ut ut fringilla libero