[Avis] Enter The Anime, l’apologie du vide

Enter the anime review

Dans notre saga des avis de la rédaction sur les productions Netflix, c’est au tour du documentaire Enter The Anime de passer sur le grill

Comment se font les animes et d’où vient leur popularité ? Ce sont les questions complexes auxquels s’engage à répondre Enter The Anime par l’intermédiaire de sa réalisatrice Alex Burunova. Dès les premières minutes du documentaire, elle nous confie ne strictement rien connaitre à l’univers des mangas et des animes avant de se lancer dans son enquête. Alors pourquoi pas… on se dit à ce moment-là que l’on va, avec elle, partir des origines de ce phénomène culturel pour ensuite entrer dans le détails. Non.

La première interview est celle du proclamé « Quentin Tarantino de l’ère numérique », Adi Shankar, créateur indo-américain, à qui l’on doit, entre autres, la très bonne série Castlevania sur Netflix. Le bonhomme est atypique, excentrique (et plutôt antipathique à mon goût mais c’est personnel) et strictement rien ne ressort de ce qu’il dit. Il faut constater qu’il nous raconte que les gens sont étonnés que son chien soit un caniche, qu’il a voyagé dans le temps et que c’est d’ailleurs sa dernière recherche Google (la question qui sera posée à tous les créateurs interviewés et qui n’a strictement aucun intéret). Une interview creuse qui en précède d’autres.

adi shankar enter the animeVont ainsi se succéder, sans rien nous apprendre sur le sujet initial du documentaire et face caméra, notamment Lesean Thomas, Shinji Aramaki, Kôzô Morishita ou encore Yoko Takahashi. Les noms ne vous disent peut-être rien mais tous ceux qui ont la parole dans Enter The Anime ont bossé ou bosse encore sur des animes diffusés sur Netflix comme Baki, Aggretsuko ou B: the Beginning. Difficile dans ces conditions de ne pas voir une sorte d’auto-promotion de la compagnie de vidéo à la demande plus qu’autre chose.

Non, rien de rien

De plus, Burunova (la réalisatrice du docu, je vous le rappelle) ne cesse de répéter que cette univers-là est barré, tordu, violent ou encore dark. Alors que non, il n’y a pas que ça dans les mangas et les animes. Seulement en partant de ce constat là, le documentaire est réalisé de manière à nous faire passer ce point de vue. Que ce soit dans le montage, les plans, certaines questions et mêmes certaines des personnes interviewées sont un concentré de ce cliché.

Au final, Enter The Anime ne répond à aucune question qu’il posait au départ, et il ne répond même pas au questions, parfois absurdes, que se pose la réalisatrice entre deux interviews comme : « Qu’est-ce que la créativité ? » ou « Comment les mangas deviennent des animes ? ». Quelques bribes de réponses des créateurs tirées de-ci de-là se révèlent intéressantes comme les petites anecdotes de production derrière « Rilakkuma & Kaoru » ou bien quand certains créateurs mentionnent à demi-mots les cadences infernales du secteur… mais ces bribes sont noyées dans un flot d’inepties et de propos sans intérêt.

Rilakkuma & Kaoru eenter the animePour résumer, le documentaire ne nous plonge jamais dans la culture ou la société japonaise, jamais dans la culture manga, il ne nous apprend presque rien du tout et ne remplit pas sa mission de départ. La narratrice fait à plusieurs reprises des parallèles (bancals) avec Instagram et bien en fait Enter The Anime c’est un peu un post Instagram : une image qui nous présente quelque chose sous un angle prédéfini, qui ne nous montre pas tout et qui n’est pas informatif. Voilà ! Moi aussi j’ai fait mon parallèle Instagram, la boucle est bouclée. Et ma sentence est tombée : Enter the Anime, à oublier.

Vous avez aussi vu Enter The Anime ? Donnez-nous votre avis via les commentaires. Vous pouvez également venir nous rendre une petite visite sur nos réseaux sociaux :Twitter, Facebook, Instagram, Twitch,Youtube et notre compte curateur Steam.

Retrouvez également tous nos avis Netflix par ici.

Ma devise : "Raler, c'est utile uniquement si tu en profites pour apporter une solution... sinon ça reste juste un plaisir".

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

Mot de passe oublié

libero ut venenatis, at mi, Lorem sem, ipsum