[Bar à Jeux] God of War : le jeu de cartes qui déçoit

God of War jeu de cartes

Nous étions très emballés à l’idée de jouer Kratos dans le jeu de société God of War, malheureusement on repart déçus.

Prix : 36€
Temps moyen : 1 à 2h
Nombre de joueurs : 1 à 4
Âge conseillé : 14+
Auteur : Fel Barros, Alex Olteanu
Éditeur : Edge
Illustrateur : Santa Monica
Mécanismes : deckbuilding
Version fournie par l’éditeur.

Un peu de blabla…

C’est au tour de God of War d’être adapté en jeu de cartes. On a vu des adaptations de jeux vidéo ou de films synonymes de succès comme le Seigneur des Anneaux ou Harry Potter et d’autres que vous me pardonnerez de ne pas mentionner ici. Etant un fan invétéré de la licence depuis ses débuts, je portais de grandes attentes quant au jeu de cartes qui réunit les héros de l’arc nordique. Au final, malgré un joli message de Cory Balrog dans les premières pages du livret de règles, c’est une belle pointe de déception qui prédomine sur le tableau.

God of War, c’est quoi le topo ?

Dans le jeu de carte God of War, nous allons enchaîner des combats et terminer sur des Boss. Pas de véritable de plateau mais une réunion de cartes composant chacune une scène sur laquelle se trouvent nos adversaires. On en reparlera, surtout on en montrera en images. Chaque joueur disposera alors d’un paquet de cartes qu’il devra améliorer au fur et à mesure des quêtes terminées. Bonne nouvelle, on garde nos cartes acquises pour les missions suivantes.

De 1 à 4 joueurs, c’est un jeu qui repose sur de la coopération. Les personnages du reboot sont présents à savoir l’irremplaçable Kratos, Atreus, Freya, Mimir ainsi que le duo Brok et Sindri. Chacun possède un gros bonus (pas disponible d’emblée) et son propre deck. L’objectif sera évidemment de venir à bout de toute opposition dans un décor fidèlement retransmis, avec un mécanisme de cartes recto-verso. Forcément, c’est Santa Monica qui s’est chargé des illustrations.

C’est à ce moment-là que vous me posez la question: avec une si jolie base, comment l’expérience de jeu pourrait-elle être décevante ? C’est là que je vous réponds, un univers ne fait malheureusement pas tout. Au niveau des mécaniques, ça coince.

Voyons ça de plus près…

C’est directement dans le cœur de ses mécaniques qu’on trouve ses failles. Dans le jeu de cartes God of War, nous plaçons nos personnages en face des cartes que nous attaquons, ça donne un système d’attaque – défense et de contre-attaque qui n’est pas hyper captivant. Pour attaquer un ennemi, qui se caractérise non-pas par un pattern ni des effets de cartes mais plutôt par son côté gros sac à PV comme on dit dans le jargon, il faut donc coupler les cartes et additionner leur valeur. Ensuite, on lance le dé pour connaître sa défense face à notre attaque.

Sur le papier c’est classique. En pleine partie, ça manque de rythme et d’intérêt. Attaquer le même ennemi/boss en effectuant toujours les mêmes actions basiques au rythme des tours, cela devient vite répétitif et simplement lassant. Certes il y a un système de placement pour qui prendra la charge et l’iconographie des actions respecte parfaitement celle du jeu de Santa Monica, mais l’alchimie est aux abonnés absents. Puis, vous disposez simplement d’une attaque frontale et d’une attaque à distance pour vos offensives, la rage de Kratos n’apportant qu’un bonus de points d’attaque.

On peut donc résumer le combat à l’activation d’attaques basiques contre un boss dont les PV sont nombreux, ou disposant de boucliers. Et les attaques ? Juste une association de valeurs sans effet. On prend 3 ou 4 cartes, on compte la valeur d’attaque, on lance le dé pour mesurer la défense en face et on fait le bilan. On retrouve bien sûr des malus étourdissement et poison mais ils ne rendent toujours pas le tout convaincant.

De même, si le système de Scène repose sur une bonne idée, il n’est pas tout le temps inspiré. Après s’être débarrassé du plus gros morceau, nous nous sommes retrouvés sans trop de craintes avec son homologue qui tentait de nous attaquer sans succès (système de symbole, d’attaque à distance ou de front pour l’adversaire aussi) et nous nous retrouvions à tourner et retourner successivement la même carte sans trop de crainte. Attention, ne me faites pas dire que le jeu est simple, il peut se montrer difficile selon les jets de dé et les cartes mais il existe encore des failles au niveau des Scène en termes de rythme, d’offensives et de déroulement de partie.

God Of War

Certes on ne niera pas l’aspect stratégique où il faut penser sa défense et celle de ses compagnons, prendre des cartes favorisant la coopération et savoir les jouer au bon moment. On ne passera pas non plus à côté des bonnes idées que cachent les boss, par exemple Sigrun la Reine des Valkyries. Le fait qu’elle soit pas si bien accompagnée, les différentes étapes pour la vaincre. C’est intéressant mais le jeu repose sur des mécaniques trop basiques et pas toujours inspirées pour que l’on prenne notre pied comme on peut le faire par exemple sur un Aeon’s End.

Des illustrations mi-figue mi-raison

Santa Monica s’est chargé des illustrations de ce jeu de cartes God of War. Cela aurait pu représenter une excellente nouvelle s’ils avaient fait preuve de moins de frilosité et de plus de créativité quant au design des cartes Action. Si les Scènes se montrent remarquables à tous les niveaux, que l’assemblage se montre vraiment immersif, que dire des cartes en main ? Les personnages que nous jouons sont illustrés de façon très basique, avec fidélité mais sans saveur. Nous aurions aimé voir Kratos et ses acolytes mis en scène, pas un simple portrait et toujours la même pose.

Kratos tenant simplement son arme en regardant l’objectif… vraiment ? Pourtant il en a vécu des aventures chez nos amis nordiques, il s’est trouvé dans différentes situations offensives ou défensives, il n’a pas été un simple plot. Il y avait tellement mieux à faire de ce côté-là… surtout quand on aperçoit les jolies situations mis en avant dans les Scènes d’affrontement.

Même les cartes avec un fond noir et un simple +4. Cela rend le tout moins vivant. Si jamais il doit y avoir une extension ou un deuxième jeu suite à la sortie du prochain God of War, j’espère qu’ils seront davantage généreux de ce côté-là.

J’ai joué à 2 joueurs principalement. En soi, il se joue bien dans cette configuration. Il existe une variante solo dans laquelle on joue Kratos accompagné de Mimir et Atreus.

Je crois que vous l’avez bien lu, je ne suis pas hyper fan des mécaniques pourtant les jeux coopératifs et de deckbuilding, c’est tout à fait un genre que j’apprécie. Gros coup de cœur pour Aeon’s End, belle surprise sur Harry Potter Hogwarts Battle, Cowboy Bebop Space Serenade (même si c’est du mi-coopératif mi-compétitif) et pour moi, le jeu de cartes God of War n’est simplement pas la hauteur. Certes il ne tend pas à proposer une expérience similaire mais en termes de mécaniques et de plaisir de jeu, il reste en-dessous.

Comme je disais, le fait que l’on ne puisse pas faire plus de 2 attaques, qu’en face cela se résume à entamer la santé d’un plus ou moins gros sac à PV, que la rage consiste juste à un +3. Il manque quelque chose aux mécaniques pour que cela soit passionnant. Cela dit, si ce format ne vous dérange pas ni ce genre de mécaniques, alors il pourrait peut-être vous satisfaire. De notre côté, ça en était loin.

Niveau rejouabilité, elle est très faible. Une fois que vous avez terminé toutes les Scènes (au nombre de 10), vous n’avez pas de grande raison de vous y replonger.

La lecture des règles a été convenable, aucun souci apparent. L’iconographie est lourde mais une fois que l’on associe bien tout, ce n’est pas trop compliqué.

D’ailleurs le livret n’est pas très long et aurait peut-être mérité plus de détails et d’explications car on est resté bloqué sur certaines cartes.

L’explication des règles aux autres joueurs n’a causé aucun souci, le titre est assez simple à prendre en main.

Par contre, la première partie s’est soldée par une défaite. Ce qui nous a appris à jouer plus intelligemment lors de la seconde.

Malheureusement, tout n’a pas été très fluide. Comme je le précisais, l’iconographie est lourde et tout n’est pas expliqué en détails dans le livret de règles. De même la mise en place des Scènes et de notre jeu n’a aucun souci, sauf au moment où il faut tourner et retourner les cartes. Si vous êtes plutôt maniaque, vous passerez pas mal de temps à bien tout fixer.

La boîte du jeu de cartes God of War est simplement sublime, à l’image des artworks et couvertures du jeu vidéo. C’est propre et ça a de quoi enflammer tout fan de God of War.

Malheureusement, d’autres artworks ne semblent pas avoir été proposés pour illustrer les cartes en main qui sont fades et qui n’aident pas à apprécier le soft, à s’immerger complètement dedans.

À côté de cela, on profite et on apprécie de la qualité visuelle des Scènes représentant les boss à affronter et d’autres ennemis. À ce niveau, Santa Monica a été gourmand et on voudrait en bénéficier d’autres pour prolonger au moins le plaisir visuel.

On doit aussi souligner et surtout féliciter les créateurs du jeu pour la boîte et le thermoformage qui englobent brillamment tout le matériel.

Là encore, on reste sur des interactions minimalistes. On aurait aimé plus de profondeur au niveau des mécaniques pour que cela soit plus interactif. Pas simplement coopératif car on se tape à plusieurs le même ennemi. Or il y aura peu à discuter sur les stratégies ou sur les différentes possibilités. Hormis des cartes permettant de soigner l’adversaire, de lui faire piocher des cartes ou d’augmenter parfois son attaque, nous ne bénéficions pas de grosses connexions entre les joueurs. Je n’oublie pas certaines capacités spéciales propres aux personnages mais tout de même, cela reste limité.

Les cartes et les attaques auraient dû être clairement plus variées, permettant des combos, des choix tactiques à réaliser pour aborder le combat. Or il n’y a simplement pas assez de diversité pour kiffer les mécaniques et les parties, pour être enthousiaste à l’idée d’y retourner.

Récapitulons : God of War m’a plu un peu, beaucoup ou à la folie ?
(ou pas du tout…)

God of War est loin de m’avoir convaincu que ce soit en tant que fan invétéré de la licence qu’adepte des jeux coopératifs de deckbuilding. Il souffre d’un manque flagrant de profondeur dans ses mécaniques et dans ses interactions entre joueurs. Santa Monica a fait un beau boulot sur les illustrations de ses Scènes qui matérialisent le plateau de jeu sur lequel vont se dérouler les affrontements, que l’univers est respecté dans son ensemble de par les visuels et l’iconographie, on aurait aussi apprécié que le studio fournisse un meilleur travail au niveau des cartes du deck. Le jeu de cartes mettant en scène l’immense Kratos ne se montre simplement pas à la hauteur de l’événement.

Mécaniques
Interaction
Réjouabilité
Respect du thème

N’hésitez pas à nous donner votre avis sur ce jeu si vous aussi vous l’avez testé via les commentaires sous l’article. Vous pouvez également venir nous rendre une petite visite sur nos réseaux sociaux : Twitter, Facebook, Instagram, Twitch, Youtube et notre compte curateur Steam.

Retrouvez nos autres tests de jeux de société en cliquant ici.

Vous avez une question sur ce jeu ? N’hésitez pas à poser votre question en commentaire, on se fera un plaisir d’y répondre !

5 2 votes
Article Rating
Toujours dans la magique potion du jeu vidéo !
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Mot de passe oublié

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x
felis amet, elementum suscipit accumsan libero Aliquam nunc