[Bar à Jeux] Peaky Blinders : Under New Management

[Bar à Jeux] Peaky Blinders : Under New Management

PEAKY BLINDERS – UNDER NEW MANAGEMENT


Prix : 34.90€
Temps moyen : 90 minutes
Nombre de joueurs : 2 à 4
Mécanismes : placement d’ouvriers, gestion de ressources
Éditeur : Just Games, Pixie Games, Cartamundi
Auteur
: René Groen
Illustrateurs : John van Es, André Visser
Âge conseillé : 12 (et plus)

 


Peaky Blinders : Under New Management, c’est quoi le topo ?

Peaky Blinders : Under New Management est un jeu de plateau inspirée de la série télévisée britannique éponyme.

Cette dernière, créée par Steven Knight, est diffusée en France depuis 2015 (la série est d’ailleurs disponible sur Netflix et Amazon Prime Vidéo). Fondée sur l’histoire du gang des Peaky Blinders, actif à la fin du XIXe siècle, cette série suit un groupe de gangsters de Birmingham à partir de 1919, qui pratique (entre autres) le racket, la protection, la contrebande d’alcool, mais aussi celle de tabac et les paris illégaux. Peaky Blinders raconte donc l’histoire de cette famille de criminels et a été saluée pour son aspect cinématographique, la complexité de ses personnages, l’interprétation des acteurs, ainsi que pour son utilisation d’une musique volontairement anachronique. La série a, de ce fait, reçu une majorité de critiques positives (et va d’ailleurs se voir également adaptée en version vidéoludique).

Avant de parler plus longuement sur Peaky Blinders : Under New Management,  qui reprend les grandes lignes de la série, sachez qu’on peut en lire le plot suivant :

Revivez l’âge d’or des années 20 dans la ville de Birmingham après la première guerre mondiale. Jouez votre propre rôle dans une guerre de gangsters passionnante entre différentes bandes. Augmentez vos statistiques personnelles comme le charisme, la force et l’intelligence pour vaincre vos ennemis et accomplir vos missions. Mais vous ne pouvez pas le faire seul. Créez un réseau d’amis et d’ennemis, investissez dans le rhum, les pièces de voiture, les armes ou les courses de chevaux et affrontez votre plus gros concurrent pour devenir le gangster le plus redoutable de Birmingham !


Vous l’aurez compris, Peaky Blinders : Under New Management est un jeu de stratégie et de gestion adapté de la célèbre série du même nom, et pour devenir « le gangster le plus redoutable de Birmingham », et accessoirement, gagner la partie, il vous faudra mener à terme les trois missions confiées lors de la mise en place du titre. A noter que pour la mission de contrôle, il s’agit bien de placer leurs 4 marqueurs de contrôle dans cette zone spécifique (et non uniquement avoir le contrôle de cette zone).

Voyons ça de plus près…

En soi, le jeu n’est pas très complexe une fois les règles bien assimilées, même s’il réside certaines subtilités qu’il faut bien avoir en tête avant de vous lancer dans l’aventure. Une fois ces dernières lues et le jeu mis en place comme il est conseillé (ou comme vous pouvez le voir dans l’image-ci dessous), il est temps de jouer votre propre rôle dans cette guerre de gangsters dans l’ambiance des années 20.

A l’issue de cette mise en place, chaque joueur possède donc : son plateau de jeu, ses 4 miniatures, ses 4 marqueurs de contrôle, sa barre de suspicion (placée sur la première case de l’indicateur de suspicion, sur le plateau latéral), 7 cartes de paiement (5 de valeur 1 pile de 50£ et 2 de valeur 5 piles de 50£), 3 jetons de fortune (placés sur le plateau du joueur, aux emplacements prévus à cet effet), 2 cartes missions données au hasard et 1 carte de mission de contrôle donnée elle aussi au hasard. L’une des cartes missions (peu importe laquelle, qu’elle soit de mission ou de mission de contrôle) doit être visible. C’est alors que le jeu peut commencer…

Le plateau de jeu (auquel s’ajoute le plateau latéral) est composé de 5 zones (4 sur le plateau de jeu : 1. Small Heath, 2. Birmingham City, 3. Camden Town et 4. Londres Centre ; et le Derby d’Epsom en tant que cinquième zone sur le plateau latéral). Ces zones sont répétées dans le même ordre jusqu’à la fin du jeu, c’est à dire jusqu’à ce qu’un joueur ait accompli ces trois missions. Concernant les quatre premières zones, elles se jouent de la même façon en trois phases : la préparation, l’action et le jeu ouvert.

  • La phase de préparation :

Le jeu commence dans la zone 1. Le starter, à savoir celui qui a le plus de jetons de surclassement dans l’emplacement « Leadership » de son plateau de jeu (si égalité ou pas de jetons, il s’agira du joueur faisant le plus haut score à l’aide du dé à 8 faces), sera le premier à placer l’un de ses hommes de main sur le plateau de jeu. Ensuite, c’est au tour des autres joueurs de placer leurs hommes de main (ou non, ce n’est pas obligatoire) jusqu’à ce que tous les hommes de mains souhaités soient placés. Leur placement est important puisque cela détermine la récompense obtenue. A noter que le nombre de place est limité en fonction du nombre de joueurs : dans chaque zone, il faut que le nombre de points correspondent au nombre de joueurs minimum dans les cases avec les « + ».

  • La phase d’action :

Dans un ordre fixe (à savoir celui ci-contre), les joueurs récupèrent leurs hommes de main à tour de rôle. A chaque fois qu’un joueur récupère un homme de main, il jette le dé à 8 faces pour voir s’il obtient (ou non) sa ou ses récompense(s) en fonction de la miniature récupérée. Il existe trois types d’homme de main liés chacun à une aptitude : Charisme (avec le verre de rhum), Intelligence (avec la montre à gousset) et Force (avec le pistolet). Vous l’aurez compris, il faudra lancer le dé, ajouter les points de surclassement associés à votre miniature et vous reportez à votre plateau de jeu pour voir quelle récompense vous obtenez. Vous vous demandez certainement : « Ok, mais quelle récompense ? ». Souvenez-vous, lors de la phase de préparation, on vous disait que le placement était important : c’est la position de vos miniatures qui détermine votre récompense. Par exemple, dans la zone 1 : la première ligne correspond aux jetons de surclassement que vous pourrez ajouter dans l’emplacement « Chevaux », la seconde ligne correspond aux jetons « Membres » que vous pourrez recruter, la troisième ligne correspond aux jetons de surclassement que vous pourrez ajouter dans l’emplacement « Leadership » et enfant la quatrième ligne correspond à l’emplacement de conflit. Chaque zone disposera donc de ses propres récompenses

Si votre homme de main est dans ce lieu de conflit, il faudra regarder les marqueurs de contrôle présents sur la zone pour entrer en conflit avec l’un de vos adversaires (s’il y a plusieurs joueurs qui possèdent un ou des marqueur(s) de contrôle sur cette zone, vous pouvez choisir avec qui entrer en conflit). Le joueur qui a placé son homme de main sur le lieu de conflit est d’office le joueur dit « attaquant », celui sélectionné pour entrer en conflit est donc nommé « défensif ». Chacun des joueurs lance le dé à 8 faces auxquels s’ajoutent les points de surclassement de l’homme de main (le défenseur fait de même avec son homme de main du même nom) ainsi que le nombre des jetons de membre en leur possession : celui qui obtient le meilleur résultat gagne le conflit. Le joueur gagnant peut : prendre une carte conflit (ou il pioche directement s’il n’y a pas de marqueur de contrôle), retirer tous les jetons de surclassement de l’emplacement « Leadership » de son adversaire et s’il obtient plus de 15 points, il peut choisir de retirer un marqueur de contrôle du joueur en défense et d’y placer son propre marqueur (sans payer les 8 points de carte de paiement). Si le joueur dit « attaquant » perd le conflit, il doit enlever les points de surclassement de son homme de main.

  • Phase de Jeu Ouvert :

Durant cette phase, 4 actions sont possibles. Chacun son tour en commençant par le starter, vous pouvez effectuer l’une, plusieurs ou aucune de ces actions.

De deux types (Attaque en rouge ou Défense en bleu), il faudra veiller à la présence (ou non) de l’icône du dé à 8 faces afin d’obtenir un résultat supplémentaire. Le joueur peut ajouter au résultat de son lancer d’éventuel point de surclassement de l’homme de main désigné sur la carte. Si le résultat total atteint ou dépasse le total attendu, le joueur peut activer l’effet bonus. Une fois jouée, la carte est placée dans une défausse.

Chaque joueur est en possession de 4 marqueurs de contrôle. Pendant cette phase de jeu ouvert, vous pouvez payer 8 points de cartes de paiements pour placer l’un de vos marqueurs dans la zone de votre choix, tant qu’il y a de la place… Bien entendu, il vous est conseillé de placer vos marqueurs dans la zone donnée dans votre mission de contrôle pour arriver à votre objectif plus rapidement, mais vous pouvez tout à fait les placer ailleurs pour prendre le contrôle des zones souhaitées (et ainsi devenir le starter). Si un joueur n’a plus de marqueurs, il peut en prendre un dans une autre zone (celui-ci doit être payé).

En effet, votre homme de main « fort » peut finir dans la prison de Winson Green… Cela dépendra de votre indicateur de suspicion. Chaque joueur possède une barre de suspicion qui augmente soit à cause des cartes de conflit, soit parce que vous obtenez un lancer de dé élevé avec leur homme de main « fort » (souvenez vous, dans leur récompense, ils avaient également +1 à +3 en suspicion). A noter que vous pouvez baisser ces points de suspicion en allant à la prison de Winson Green dans la zone de Birmingham City (la zone 2). Lorsque la barre est dans la case la plus à droite (celle juste avant le rond), l’homme de main « fort » est conduit en prison (dans ledit rond). De plus, ce dernier perd tous ses jetons de surclassement. Vous pourrez le libérer durant la phase de jeu ouvert avec 10 points de carte de paiement. Votre homme de main « fort » retourne alors sur votre plateau de joueur et la barre de suspicion est placée sur la première case de l’indicateur de niveau de suspicion.

Pendant la phase de jeu ouvert, vous pourrez également vendre, acheter ou échanger (UNE SEULE FOIS, mais sans limite de cartes) vos cartes de marchandises. Bien que cette partie est un peu floue dans les règles, je tiens à remercier l’équipe de Pixie Games pour leur réactivité et leurs réponses à mes questions. Lorsque le joueur vend (une à une) ses marchandises, il pose la carte sur la pile de gauche et se paye avec l’argent de la pile de droite (s’il y en a, sinon il récupère l’argent à la banque). Lorsque le joueur achète, il s’agit en fait de prendre la marchandise en haut de la pile de gauche et pose ses cartes de paiement à droite. Vous pouvez également échanger cette carte avec l’une des cartes marchandises en votre possession. Pour résumé : vous ne pouvez pas acheter, vendre ou échanger des cartes avec les banques, mais uniquement avec la carte du haut de la pile du Marché de Covent Garden.

Une fois cette phase terminée, les joueurs jouent dans la zone suivante sur le plateau de jeu. Si, après avoir fait les 3 phases dans les 4 zones, aucun joueur a accompli ses 3 missions, les joueurs jouent au Derby d’Epsom. Ensuite, on recommence dans la zone 1 et ainsi de suite, jusqu’à ce que l’un des joueurs accomplisse ses missions.

  • Derby d’Epsom :

Tous les joueurs placent leur cheval sur la première case de la piste. Ensuite, chacun avance son cheval d’autant de cases que le nombre de jetons de surclassement qu’il possède à l’emplacement « Chevaux ». Les joueurs doivent obligatoirement miser 1 carte de paiement pour le cheval gagnant. Si un joueur n’a pas de cartes de paiement, il participe mais il ne peut pas gagner d’argent avec la course. Ensuite, le starter lance le dé de course (le dé à 6 faces avec les fers à cheval). Il déplace son cheval d’autant de cases que le nombre obtenu sur le dé (une, deux ou trois cases). C’est ensuite aux autres joueurs de lancer le dé et ainsi de suite jusqu’à qu’un joueur ait son cheval qui arrive sur ou après la ligne d’arrivée. Ledit joueur reçoit alors : la mise des joueurs ainsi qu’une carte de paiement pour chaque jeton membre en sa possession.

  •  Petit point sur la « Fortune » :

Les jetons de fortune, au nombre de trois par joueur, peuvent être utilisés après un lancer de dé (que ce soit celui à 8 faces ou celui de course). Si un jeton de fortune est joué, il ajoute un point au résultat dudit lancer. Il est difficile de récupérer ses jetons, donc utilisez les avec parcimonie.

J’ai joué plusieurs parties en configuration 4 joueurs.  Bien que la première partie était un peu fouillie (la lecture des règles s’était voulue rapide pour pouvoir vite jouer… Erreur), les suivantes étaient beaucoup plus plaisantes, les règles étant mieux assimilées. Cependant ces parties se sont montrées un peu plus longues que les 90′ minutes mentionnées sur le plateau de jeu : pas dérangeant du tout, je tenais quand même à le mentionner.

Pour être vainqueur de Peaky Blinders : Under New Management, il vous faudra remplir les conditions de vos trois missions (deux missions à objectif et une mission de contrôle de zone).

Personnellement, je ne connaissais pas forcément la série Peaky Blinders. Et autant vous dire qu’après avoir joué à Peaky Blinders : Under New Management, j’avais grande hâte de la découvrir ! Dans tous les cas, on se prête vite au jeu, et en jouant avec des fans de la série, on se prend au jeu de rentrer dans l’univers et on n’hésite pas à se mettre dans l’ambiance…

Bref, entre un peu de chance, beaucoup de stratégie,  un placement réfléchi d’hommes de main, des lancers agiles de dés et une gestion des ressources efficaces, il y en aura un peu pour tous les goûts pour mener à bien vos objectifs !

Pour ce qui est de la rejouabilité, elle est quasiment illimitée puisqu’il n’y aura pas deux parties qui se ressemblent. On se prend facilement au jeu, malgré des règles qui ne manquent pas de subtilités. Il faudra juste un temps d’adaptation pour bien assimiler lesdites règles (je ne rappellerai pas assez qu’il est conseillé de les lire… Et qu’il le faut vraiment ! Le jeu est vraiment plaisant une fois les règles bien en mains !)…

Personnellement, je trouve le jeu vraiment bien pensé ! La boîte de jeu, aux dimensions 27×27 contient tout le nécessaire pour jouer, en plus d’un livret des règles du jeu de 12 pages.

On trouve donc à l’intérieur de la boîte : 1 plateau de jeu, auquel s’ajoute 1 plateau latéral (pour le Derby d’Epson, la prison et le marché de Covent Garden) et 4 plateaux de joueurs (1 chacun). On trouve également des cartes : des cartes conflits, au nombre de 40 (20 pour la Défense qui seront de couleur bleu, 20 pour l’Attaque qui seront de couleur rouge), des cartes de missions (15 en tout : 4 missions de contrôle et 11 cartes de missions)  ainsi que des 50 cartes de paiement (40 de valeur 1 pile de  50£ et 10 de valeur 5 piles de 50£) et 90 cartes de marchandises. Ces dernières peuvent être de trois types : Tonneaux de Rhum, Caisse d’Armes et Pièces Automobiles. Pour chaque type, 30 cartes sont assignées (20 cartes de valeur 1 et 10 cartes de valeur 5). A cela s’ajoute : 108 jetons de surclassement, 12 jetons de fortune, 50 jetons de membres (40 jetons d’1 membre et 10 jetons de 5 membres) et 2 dés (un dé à 8 faces et 1 dé de course à 6 faces). Mais ce n’est pas tout, on trouve aussi pour chaque joueur (donc en 4 exemplaires de 4 couleurs différentes : noir, vert, jaune et rouge) : 1 barre de suspicion, 4 marqueurs de contrôle et 4 miniatures. Ces dernières, bien distinctes, représentent votre cheval ainsi que vos hommes de main : le verre de rhum pour votre homme de main « charismatique« , le pistolet pour votre homme de main « fort« , et enfin la montre à gousset pour votre homme de main « intelligent« .

Autant vous prévenir tout de suite Peaky Blinders : Under New Management est un jeu qui prend de la place (et ce n’est pas pour me déplaire !).  De bonne facture, avec une multitude d’éléments de qualité, qui font de ce jeu un titre vraiment très beau.

Récapitulons :  Peaky Blinders : Under New Management m’a plu un peu, beaucoup ou à la folie ? (ou pas du tout…)

Que ce soit grâce à son univers fortement inspiré de la série éponyme ou à la qualité des différents éléments qui se présentent face à nous, j’ai trouvé l’expérience ludique proposée par Peaky Blinders : Under New Management fort sympathique ! Bien qu’il m’ait fallu un peu de temps pour prendre correctement les règles du jeu en main, le titre de Pixie Games est très plaisant. Chance, stratégie,  placement d’hommes de main, lancers de dés et gestion de ressources seront donc de mise afin de devenir le gangster le plus redoutable de Birmingham !

note5 ghost stories viticulture joraku cowboy bebop everdell
Ambiance
Interaction
Réjouabilité

N’hésitez pas à aller vous promener sur notre site, pour y découvrir nos divers avis sur des films ou des séries, une panoplie de livres en tout genre, ou même sur des jeux de société. Mais Try aGame, c’est aussi des tests ainsi que des guides et astuces pour vos jeux favoris et des dossiers qui nous tiennent à cœur. Bien entendu vous pouvez passer nous voir sur notre compte Twitter ou Facebook pour ne rien rater. Vous pouvez aussi nous retrouver sur Youtube, Twitch, Steam et Instagram. Et oui, rien que ça !

0 0 voter
Évaluation de l'article
Co-fondatrice de Try aGame, aventurière dans l'âme et héroïne de la prophétie à ses heures perdues, RedHo a sauvé notre monde 17 fois des forces du mal. La légende raconte qu'elle aurait un masque de Majora pour se téléporter à Hyrule. En attendant la prochaine menace, elle écrit pour Try aGame.
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Mot de passe oublié

id felis ut risus ut fringilla tristique eleifend lectus luctus porta.