[Bar à jeux] Wopono : et c’est parti pour l’impro !

[Bar à jeux] Wopono : et c’est parti pour l’impro !

Wopono, c’est un jeu d’improvisation où la seule limite est votre imagination…


Prix : 27.00 €
Temps moyen : 15 min
Nombre de joueurs : 3 à 8
Mécanismes : imagination, créativité
Éditeur : Octoko (version fournie par l’éditeur)
Auteurs : Jean-Marc Pernet, Michaël Limas
Illustrateurs : Jean-Marc Pernet, Michaël Limas
Âge conseillé : 8+

Wopono, c’est quoi le topo ?

Wopono est une création de Michael Limas et Jean- Marc Pernet qui date de 2016. Pour l’éditer, ils ont créé leur propre maison d’édition. Ainsi Wopono est le premier jeu d’Octoko. Il se décline avec plusieurs extensions qui peuvent être cumulables ou se jouer séparément. A noter que le titre est partenaire de la coupe du monde d’impro qui se déroule à Lyon. Le but du jeu est de marquer des points en remportant l’une ou plusieurs des trois médailles : farfelue, réfléchie ou rigolote. Si vous souhaitez l’essayer, l’éditeur propose une version en ligne.

Voyons ça de plus près…

En premier lieu, on choisit un personnage parmi les seize proposés (chaque meeple se voit attribué deux personnages différents mais de même couleur). Une fois ledit personnage choisi, on place son meeple sur la tuile quartier. Ensuite, on dévoile le défi de la manche, symbolisé par cinq cartes ornées d’un point d’interrogation. Le défi peut varier en fonction de la carte : mime, défi caché, thème imposé (par exemple, on doit échanger ses cartes avec notre voisin de droite, ou bien on doit improviser). Quand tout le monde a bien compris, on déplace chacun son tour son meeple sur l’une des quatre tuiles du plateau pour récupérer des cartes lieux. Quand tout le monde a récupéré ses cinq cartes lieux, on peut attaquer l’improvisation en commençant par le premier joueur (qui est symbolisé par le jeton rouge).

Dans l’exemple ci-dessus  il s’agissait de raconter une histoire avec ces cartes là, qu’importe que ça soit vraisemblable ou non, le but étant de se lâcher ! Voici par exemple ce que nous a raconté l’une de mes cousines concernant cet exemple :

« Aujourd’hui, alors que je faisais les courses avec maman, la caissière portait un casque (première et deuxième carte). Quand je lui ai demandé pourquoi, elle m’a dit que c’était à cause de la girafe (quatrième carte). Comme je ne comprenais pas, elle m’a dit qu’elle allait me montrer. Elle a donc fait un appel micro pour demander un prix sur un sèche-cheveux (troisième carte).  Et là, un monsieur est arrivé sur le dos d’une girafe pour lui donner le prix ! Il n’avait pas de rennes comme pour les chevaux, mais une ceinture pour se maintenir sur son dos ! (cinquième image). Et heureusement que la dame avait un casque, parce que la girafe a bien failli lui rentrer dedans ! » – Ethel, 12 ans.

Quand tous les joueurs ont réalisé leur improvisation, il est temps de voter pour attribuer les trois différentes médailles : celle de l’impro la plus farfelue, celle que l’on trouve la plus rigolote et enfin celle qui nous semble la plus réfléchie. Autrement dit, Wopono se montre comme le genre de jeux où il faut être plutôt nombreux et à l’aise en représentation.

J’ai joué en configuration trois, quatre et six joueurs. Sachant que lorsque nous étions 6 joueurs, nous avons fait une partie en solo et une en équipe (trois équipes de deux). Après les premières manches un peu trop sérieuses, les langues finissent par se délier et on ose beaucoup plus se lâcher pour des histoires qui sont du coup, bien plus rigolotes.  On tombe même parfois sur quelques pépites qui débordent sur des fous rires… Je vous conseille donc de ne pas vous décourager trop vite, d’oser vous lâcher  et si vous jouez avec des plus jeunes, ne pas hésitez à prendre un peu plus de temps. Jouer en équipe est aussi plutôt divertissant, nous permettant de créer des combinaisons des idées de chacun, et ainsi, beaucoup plus oser.

Wopono est un jeu plutôt simple… lorsqu’on est à l’aise en représentation. Les plus timides (ou ceux manquant de confiance en eux) auront du mal à se lâcher lors des premières manches. Il faudra donc mettre en confiance ces personnes pour vraiment apprécier de jouer au titre. Concernant la rejouabilité, sachez qu’elle est illimitée puisque les cartes que vous piochez ne sont jamais similaires tout comme les liens que vous ferez entre-elles. Au final, la seule limite, c’est votre créativité, votre imagination et votre faculté à prendre la parole devant les autres.

Les règles sont simples et facilement compréhensibles. La mise en place du jeu également.

Le jeu se prend assez vite en main. Le plus dur, comme dit précédemment réside essentiellement dans la prise de parole.

La boîte de jeu est assez petite et peut donc être amenée de partout !  Elle contient tout le matériel pour vos parties. Les tuiles, comme les cartes sont de bonnes qualités, et suffisamment variées pour créer des improvisations qui ne sont jamais les mêmes. Et je pense que vous pouvez même en ajouter grâce aux extensions qui doivent  proposer de nouveaux défis ainsi que de nouvelles cartes.

Les parties sont plus ou moins rapides en fonction de vos talents d’oralisation. Certains feront des improvisations très courtes (mais qui peuvent être très drôles !), tandis que d’autres nous entrainerons dans des histoires à n’en plus finir (mais qui peuvent également être réussies !). En moyenne, je dirais de compter une dizaine de minutes par manche.

Récapitulons : Wopono m’a plu un peu, beaucoup ou à la folie ?
(ou pas du tout…)

Wopono est un jeu relativement simple à mettre en place et à prendre en main. Bien que les premières manches peuvent manquer de spontanéité, les langues finissent par se délier pour donner des improvisations rigolotes.

Ambiance
Interaction
Réjouabilité

N’hésitez pas à aller vous promener sur notre site, pour y découvrir nos divers avis sur des films ou des séries, une panoplie de livres en tout genre, ou même sur des jeux de société. Mais Try aGame, c’est aussi des tests ainsi que des guides et astuces pour vos jeux favoris et des dossiers qui nous tiennent à cœur. Bien entendu vous pouvez passer nous voir sur notre compte Twitter ou Facebook pour ne rien rater. Vous pouvez aussi nous retrouver sur Youtube, Twitch, Steam et Instagram. Et oui, rien que ça !

Co-fondatrice de Try aGame, aventurière dans l'âme et héroïne de la prophétie à ses heures perdues, RedHo a sauvé notre monde 17 fois des forces du mal. La légende raconte qu'elle aurait un masque de Majora pour se téléporter à Hyrule. En attendant la prochaine menace, elle écrit pour Try aGame.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de

Mot de passe oublié

risus consequat. commodo massa in quis porta. velit, Praesent ultricies Nullam diam