[Découverte] Demon Slayer, l’art de l’animation

Demon Slayer Kimetsu no Yaiba

Porté par un anime d’anthologie, Demon Slayer connaît un second souffle. Cela tombe bien, les pourfendeurs ont appris à le maîtriser.

Demon Slayer, « Kimetsu no yaiba » au Japon, est l’œuvre de Koyoharu Gotōge. Publié en février 2016 dans le Weekly Shōnen Jump, il arrive enfin en France grâce à Panini Manga fin 2017. Si l’éditeur français n’a pas soutenu jusqu’au bout le manga (arrêté début 2018 au 3e tome, réédité en ce mois de septembre 2019), les aventures de Tanjiro cartonnent au Japon. Selon ses créateurs (sur Twitter), le tirage de Demon Slayer a atteint les 10 millions en septembre. Pour l’anecdote, le tome 17 y sera disponible en octobre.

Le succès est tel que le studio d’animation ufotable (Fate/Zero, God Eater, Kara no Kyoukai et de cinématiques de divers jeux vidéo, cc Tales of) est chargé de l’adapter sur petit écran. Résultat, ils nous ont pondu l’un des meilleurs animes de la décennie. Parlons-en.

Kimetsu No Yaiba Demon Slayer

Déchirement familial au cœur de l’intrigue

L’histoire de Demon Slayer tourne autour de Tanjiro et sa sœur Nezuko. Tandis que le premier est contraint de passer une nuit chez un villageois pour éviter les dangers qui rôdent, il voit sa famille massacrée à l’aube. [SPOIL] Seule rescapée, sa petite sœur. Problème, celle-ci est devenue à son tour un démon. Si ces monstres se nourrissent de sang humain et se montrent particulièrement cruels envers eux, le cas de Nezuko sera à part. Elle garde en elle des émotions humaines et un attachement familial.

Tanjiro n’a alors qu’un seul objectif, retrouver le démon qui a massacré sa famille et surtout, que Nezuko redevienne humaine.

Combatif mais manquant d’expérience et de puissance, il suivra un entraînement intensif pour devenir un pourfendeur de démon assez puissant pour protéger sa sœur. C’est ici que le grand périple commence.

L’épopée fulgurante

Les obstacles seront nombreux sur le chemin de Tanjiro. Il croisera la route de plusieurs démons et ces affrontements nous laissent une impression vivifiante, celle que les duels sont de plus en plus épiques. On en prend plein les yeux tant l’animation des personnages et des scènes reste soignée.

Demon Slayer gagne en intérêt au fil des épisodes de par son intensité. La relation entre le frère et la sœur évolue et les capacités de chacun également. On s’attache très vite aux personnages. Il existe très peu de temps mort (peut-être un seul épisode en guise d’entracte). C’est symbolisé par les rappels et consignes du corbeau. Après chaque combat en débute un nouveau.  De même, les ennemis se montrent vraiment originaux, ce qui ne nous procure jamais une sensation de déjà-vu. La façon dont ils utilisent leurs pouvoirs demeure intéressante au plus haut point. De plus, leur relation avec Muzan Kibutsuji aussi. Et c’est ce qui fait aussi tout le charme de Kimetsu no yaiba.

Nous ne sommes pas devant un shōnen à prendre à la légère, nous sommes très loin des Naruto ou Black Clover pour évoquer un manga de qualité récent. La morale y joue une grande part mais elle se baigne dans la réalité difficile de son époque, une civilisation en conflit entre démons et chasseurs. Néanmoins, le concept qui lévite autour de Demon Slayer n’est pas manichéen. On le devine déjà de par la nature de Nezuko, la sœur du héros. Tous les démons ne veulent pas assassiner les humains et inversement, tous les pourfendeurs ne souhaitent pas se montrer sans pitié envers les démons. Et c’est ce qui affiche toute sa qualité, les démons ne sont pas que de viles créatures qui tuent par plaisir et sans raisons. Il y a souvent tout un décor autour.

Demon Slayer

A l’instar des pourfendeurs de démons, les adversaires monstrueux que rencontre Tanjiro ont tous une histoire qui explique leur tristesse et comment ils ont été amenés à devenir des démons, quel événement majeur a déclenché leur condition. Envie de faire ses preuves, manque de reconnaissance, manque d’affect ou de famille mais surtout cruauté, haine et violence. Si le monde de Demon Slayer est si captivant, ce n’est pas seulement grâce au lien unique qui lie Tanjiro et Nezuko. Derrière leur périple se cache une trame épaisse qui saura tenir en haleine n’importe quel fan d’animation.

Surtout qu’à côté, le studio ufotable a su fulgurer le manga avec une réalisation irréprochable.

Une ambiance unique

L’animation de Demon Slayer reste de haute-volé de bout en bout. Quel plaisir de voir les différentes techniques en action. On voit clairement que le budget a été mis pour nous offrir une expérience visuellement incroyable. La mise en scène de chaque mouvement, de chaque coup d’épée, tout représente un régal pour les yeux. Le chara-design des personnages est repris du manga original et n’est jamais abîmé par un manque de finition, dans un combat ou un autre. Au contraire, le studio d’animation apporte une palette de couleurs incroyable au manga et lui confère une identité unique.

Pour la simple anecdote, souvent on se dit que Nezuko est vraiment belle et on capte davantage son côté humain que son côté bestial, hormis lorsqu’elle se met en colère. Au niveau de l’animation, les différentes transitions sont donc maîtrisées. Les offensives durent un petit temps, suffisant pour nous impressionner et nous permettre de vouloir dévorer entièrement l’anime.

En plus de cela, la bande-originale transcende le tout. Les grands connaisseurs reconnaîtront la patte de Yuki Kajiura (Tsubasa Chronicle, Noir, entre autres). Elle s’allie à la voix de l’artiste japonaise LiSA et c’est vraiment bon. Sinon, c’est cadeau, c’est disponible sur YouTube.

Pour l’anecdote, le manga est donc réédité chez Panini mais Wakanim a eu la bonne idée d’acquérir les droits pour la diffusion de son anime.

Demon Slayer est une pépite d’animation comme on aimerait en trouver toutes les semaines. Alors que le succès du manga s’exportait difficilement malgré ses qualités, cette adaptation permet à Kimetsu no Yaiba de trouver un second souffle et une audience plus importante et ô combien méritée. Si vous cherchiez un anime à vous mettre sous la dent, n’hésitez plus et plongez dans l’univers de Demon Slayer.

Toujours dans la magique potion du jeu vidéo !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

Mot de passe oublié

pulvinar vel, dictum efficitur. Donec tempus risus.