GOTY 2019 : la sélection Made in Capcom de Wolfen

GOTY 2019 Wolfen

Comme chaque année, mon GOTY 2019 va se jouer entre les 3 jeux que j’ai eu le temps de faire, préférant passer le reste du temps à rattraper mon retard accumulé ces dernières années. Quelqu’un a les clés de la salle du temps pour que je puisse enfin jouer à tout ?

À l’image de l’année dernière, cette cuvée 2019 a encore une fois été assez pauvre de mon côté. Non pas car le catalogue des sorties était inintéressant, bien au contraire, mais surtout par manque de temps. Au final, c’est surtout en début d’année que s’est concentré mon temps de jeu, avec quelques titres qui m’attiraient particulièrement. Et c’est donc parmi eux que se trouve mon GOTY 2019 !

Image de Resident Evil 2

GOTY 2019 : Resident Evil 2

Le principe de placer un remake en GOTY 2019 me fait un peu mal. Mais force est de constater que la prouesse réalisée avec ce Resident Evil 2 est assez remarquable.

Alors que Capcom aurait pu se contenter de pondre une simple refonte graphique sans aucune modification, ces derniers ont pris le risque de modifier profondément avec ce remake le déroulement, les lieux visités et le gameplay de Resident Evil 2. Alors, bien entendu, on retrouvera globalement les mêmes événements majeurs qu’en 1998. Mais les changements opérés sur les lieux et le cheminement de l’aventure donnent réellement l’illusion de parcourir une nouvelle itération de la saga horrifique. Le jeu est flippant, le mode hardcore (qui oblige à rationaliser ses sauvegardes comme il y a 20 ans) est stressant, et parcourir les rues de Raccoon City, le commissariat, les égouts et le laboratoire d’Umbrella avec ce sublime RE Engine (moteur graphique maison de Capcom) reste un des plus gros plaisirs que j’ai eu l’occasion d’éprouver en tant que joueur cette année ! Et ce Mister X…

devil may cry 5 demo

La mention honorable : Devil May Cry 5

Capcom a frappé très fort cette année avec son remake de Resident Evil 2, mais a également comblé mon cœur avec le nouvel épisode de l’une de ses licences phare et que j’apprécie tout particulièrement : j’ai nommé Devil May Cry 5.

Que dire, si ce n’est que les retrouvailles avec Dante et Nero ont été pour moi un des temps forts de cette année. Bien que cet épisode ne réinvente pas en profondeur la série, il faut reconnaître que le gameplay (qui reste la clé de voûte de l’expérience DMC) a été très fortement consolidé et perfectionné par l’éditeur nippon, à un tel point que je considère cette itération comme la quintessence de ce que peut proposer la série. V (le nouveau personnage jouable) ne m’a pas forcement transcendé, mais retrouver Nero et Dante a tout simplement été jouissif. L’OST est une nouvelle fois de bonne facture, le jeu est beau (on retrouve encore le RE Engine) et le gameplay atteint des sommet de fun, de diversité et de complexité. Seul bémol ? Les environnements et le level design, qui laissent un peu à désirer. Mais en toute honnêteté, un seul mot me vient à l’esprit quand je pense à Devil May Cry 5 : jackpot !

N’hésitez pas à réagir à cet article en commentaire ou sur les réseaux sociaux via Facebook / Twitter / Instagram, ou à vous abonner à notre compte curateur Steam pour retrouver nos tests PC (et pour suivre nos inénarrables péripéties en direct ou en différé, sachez que nous sommes aussi sur Twitch !).

Vous pouvez également vous promener sur notre site, pour y découvrir nos tests de jeux et autres dossiers, ainsi que divers avis au sujet de films ou de séries, ainsi que des guides et astuces pour vos jeux favoris. Et ce n’est pas fini : nous testons aussi des jeux de plateau !

 

0 0 voter
Évaluation de l'article
Que ton cœur soit la clé qui te guide.
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Mot de passe oublié

quis efficitur. leo ut amet, justo leo. massa sem, Curabitur eleifend