MSI 2018 : la Chine et Uzi s’imposent.

MSI 2018

Nous avions pronostiqué une victoire des Kingzone DragonX 3-1. Mais c’est bien sur ce score que Royal Never Give Up emporte le MSI 2018.

18 Mai : Fnatic (Champion d’Europe)  vs Royal Never Give Up (Champion de Chine) : 0-3.

19 Mai : Kingzone DragonX (Champion de Corée) vs Flash Wolves (Champion de Taiwan) : 3-1.

20 Mai : Finale  Royal Never Give Up vs Kingzone DragonX : 3-1

Une belle journée

L’an passé Paris hébergeait les finales européennes de League of Legends à l’AccorHotels Arena, je me souviens encore, rentrant de soirée, passer devant la salle et assister à la sortie du public que la pluie accompagnait dans une nuit à peine entamée.

Cette année, c’est avec un soleil éblouissant que la journée a débuté, un peu tôt pour un dimanche, par un pique-nique organisé par l’équipe Européenne, malheureuse lors de ce premier jour de MSI 2018, FNATIC. Un petit évènement marketing, permettant de repartir avec un croissant, un sandwich et un peu de merchandising. Moralité, pour une météo agréable lors de vos évents, invitez-nous Riot.

sOAZ était présent pour partager avec ses fans, et les premiers « Aou Aou » se mirent à retentirent alors que les portes du Zénith de Paris étaient encore fermées : les prémices de la présence d’un public de passionnés et de qualité. Tout au long de la journée, le chant des spartiates aura retenti, même lors des interruptions techniques qui ont malheureusement ponctué les parties de ce jour. Mais encore une fois, Romain Bigeard accompagné de deux Alistar meuh-meuh a su galvaniser le public, et le pousser à la réaction lors de ces pauses inopinées.

 

Uzi enfin sur le toit du monde devant 127 millions de personnes.

C’est le chiffre hallucinant de visionnage. Ce MSI 2018 a été l’évènement Esport le plus regardé, principalement en Chine. On estime ainsi que 9% de la population chinoise a regardé son équipe accéder au titre. Très prometteur pour l’Esport, très prometteur pour les Worlds. Mais revenons sur le jeu.

Une première draft qui a soulevé beaucoup de questions, l’impression que le match pouvait se jouer à pile ou face. Côté Royal Never Give Up du bon gros sac à PV : Sion, Ornn, Skarner en face du gros dégât avec une Fiora sur la top lane et à nouveau une Irelia au mid. De toute évidence l’équipe chinoise voulait jouer sur son ADC star et empêchant les Kingzone DragonX de l’approcher. Mission réussie, en dépit de leur composition, les premières agressions étaient bien à l’avantage des RNG. Certes Sion a eu du mal face à Irélia, championne connue pour se jouer des boucliers ennemis, mais les Coréens n’ont jamais donné l’impression d’avoir l’initiative et donc de pouvoir mettre en place leur plan de jeu. Comme analysé en direct par les casters, KZ était toujours dans l’impatience et la réaction à tout prix.

Malgré cette première défaite, Kingzone n’a absolument pas changé ses habitudes de bannissement de champions. Et c’est presque naturellement que l’Irélia de BDD s’est retrouvée face au Galio de Xiaohu. En revanche LetMe avait opté pour un Cho’gath. Belle inspiration comme nous allons le voir. Car si à 30 minutes les Chinois avaient l’avantage en kills et tours (mais non en gold) c’est lors d’un team fight pourtant mal engagé que LetMe a su placer parfaitement les skills de son champion pour défaire les RNG, s’emparer d’un baron et terminer la partie dans la foulée #PasLeTemps.

Double alerte pour les vainqueurs de la LCK, qui n’a pas servi. Les KZ ont toujours été obligés de jouer en réaction. Et sur une draft : Shen, Vladimir, et toujours Ezreal, les Royal Never Give Up ont su se donner deux balles de match. Le Gangplank de Kahn n’aura rien pu faire, les RNG comptant 10 000 gold d’avance avant leur première prise de baron Nashor.

Dans ce qui sera la dernière partie de la journée, les Kingzone DragonX ont fait hurler de joie le public avec une draft assez inattendue : Illaoi (pour contrer Ornn), Vel’Koz au milieu, Olaf, Xayah, Rakan (ce trio étant déjà plus habituel) et surtout (et enfin) un ban de Ezreal. Choix d’ultra confort pour Uzi tant le personnage peut s’avérer intouchable entre sa mobilité naturelle et la draft très protectrice de son équipe.

Les KZ ont failli pousser leur opposant à une cinquième game décisive (6000 gold d’avance, 3 dragons à 1) mais, à l’inverse de la deuxième partie, c’est un team fight qui renversa une situation complétement à l’avantage des Coréens, qui ont poussé une ligne mid pourtant vierge de dégâts en une seule fois tuant les joueurs coréens à mesure qu’ils réapparaissaient en défense. Le contrôle proposé par le coupe Ornn, Malzahar était trop important pour une Illaoi ne disposant d’aucun contre naturel.

Après avoir gagné sa première compétition majeure il y a quelques semaines, Uzi et les RNG enchaine avec cette victoire au MSI 2018 et une première victoire non-coréenne depuis les EDward Gaming en 2015. Une victoire attendue depuis 6 ans par celui qui ne se voit pas comme étant le meilleur ADC au monde. En conférence post game, Uzi nous a déclaré qu’il y avait une très forte concurrence et qu’il voyait ses défauts actuels et devait travailler à les gommer. Ça promet s’il y arrive !

MSI 2018

Il a aussi déclaré que le public présent en France était des plus passionnés. Alors Riot, tu organises les Worlds chez nous bientôt ?

En attendant une petite galerie de ces trois put**ns de journées à la MSI 2018.

 

 

 

Personne ne lis jamais ces encarts (mais tu peux cliquer sur les liens)

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de

Mot de passe oublié

adipiscing felis Lorem ipsum quis, Curabitur id, Praesent