[Preview] Nioh 2 : du sang et (beaucoup) de larmes

Nioh 2

Amis du jeu millimétré, amoureux de la difficulté au self control quasi proverbial, réjouissez-vous, Nioh 2 arrive pour vous éprouver.

Et le moins que l’on puisse dire avec Nioh 2 c’est que vous aimez avoir mal, c’est du moins ce que laisse penser le nombre de téléchargements de la bêta qui s’élevait à plus de 700 000 lors de la phase de test. Alors enfilez vos plus belles combinaisons en cuir/latex, sortez cordes et bougies, nettoyez vos ustensiles car Nioh 2 va challenger vos appétences masochistes.
Nioh 2

Car nous avons pu poser nos mains sur une version preview et le moins que l’on puisse dire c’est que la difficulté était au rendez-vous. Et avant que vous ne commenciez à vous gausser de nos talents de gamers émérites et de tryharder de l’enfer, apprenez, jeunes (et moins jeunes) lecteurs cyniques qu’aucun journaliste/influenceur n’a réussi à faire tomber les 2 boss au menu de cette démo qui nous emmenait vers la moitié du périple qui vous sera proposé.

Alors à quelle sauce serez-vous dévoré ?

Nioh 2 propose beaucoup de nouveautés. Déjà vous aurez la possibilité de créer votre propre héros, celui-ci sera investi de pouvoirs de Yokai donnant accès à des skills particuliers et des transformations. De plus l’arsenal s’est étendu, que ce soit dans les armes ou les objets utilitaires. Il fallait bien cela pour contenter le public exigeant des Darks Souls et autres Sekiro Shadows Die Twice ou tout simplement celui du premier opus qui s’était écoulé à prés de 2,5 millions d’unités il y a près de trois ans.

Pour les nouveaux venus les premières dizaines de morts seront surtout l’occasion de trouver leur style de jeu en testant les différentes gardes, changeant grandement le gameplay et un arsenal qui semble être de bonne facture, du moins dans sa profondeur : katana (simple ou double une nouvelle fois), tonfa, lance, faux, masses, il y aura de quoi faire. Même son de cloche côté bestiaire. Si le contexte du japon médiéval apportera son lot habituel de samouraï et archers en armures, les Yokai croisés était nombreux et très différents dans leur esthétique et encore une fois on n’a pas été très loin, prometteur donc.

La prise en main est agréable et presque intuitive. Presque car il y a beaucoup de choses à gérer dans cet opus : garde, arsenal, pouvoir de Yokai et bien évidemment toujours le décor qui saura se faire un ennemi de plus, entre précipices, simples trous ou petit truc en bois qui t’empêche de faire ta roulade proprement et qui te fait bouffer de la masse à deux mains dans le process. Surtout que dans le niveau qui nous était proposé, nous partions à l’assaut d’un shiro (château japonais) en flammes, investi par les forces ennemies. Autant vous dire que les passages obstrués, les salles incendiés et les sols dangereux étaient, eux aussi, au rendez-vous.

En résumé le jeu est prometteur, surtout si les environnements sauront se diversifier et apporter un plus à l’expérience de jeu. Bien réalisé, esthétiquement au niveau sans mettre une claque avec un gameplay qui va vous demander beaucoup de rigueur, d’investissement et de préparation, mais vous étiez là pour ça n’est-ce pas ?

En attendant la sortie du jeu prévue au 13 mars et le test, n’hésitez pas à vous promener sur notre site et bien entendu vous pouvez passer nous voir sur notre compte Twitter ou Facebook pour ne rien rater. Vous pouvez aussi nous retrouver sur Youtube, Twitch, Steam et Instagram. Vous avez le choix.

Personne ne lis jamais ces encarts (mais tu peux cliquer sur les liens)

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de

Mot de passe oublié

ut ut eleifend ipsum consectetur neque. sit facilisis