Retour sur Ariadne Vol.4 et Tokyo Revengers Vol.5

Ariadne Tokyo Revengers

Glénat offre en ce début d’année la suite de deux titres importants, Ariadne l’empire céleste de Norihiro Yagi et Tokyo Revengers de Ken Wakui.

Bienvenue en 2020 (tous nos vœux de santé et de réussite) et dans le monde de l’édition, rien ne change. Les maisons poursuivent leur bout de chemin avec des auteurs talentueux et continuent de miser sur des nouveaux titres au potentiel énorme.

Chez Glénat, on avait décelé ce gros potentiel chez deux nouveaux titres de l’année 2018, Ariadne: l’empire céleste et Tokyo Revengers. Deux mangas aux univers bien différents. Le premier nous plonge dans un shōnen fantasy qui assumait ses influences, on présentait son monde à travers cet article. Le second se situe dans un environnement plus contemporain, celui des gangs mais avec un héros qui a la faculté de remonter le temps. Nous nous retrouvons donc avec une quête originale, à savoir un garçon commun qui tentera de sauver ses proches tout en infiltrant un gang. Un scénario que nous vous détaillions en long et en large via cette chronique.

Ariadne, l’empire céleste, Volume 4.

ariadne tome 4

Dans ce tome 4, Leana et Lashil continuent leur grand voyage. Ils forment une équipe de trois depuis que Louloula, bonne vieille connaissance du héros, les a rejoint. Ensemble, ils arrivent à Leflare, métropole dans laquelle Leana engage une discussion avec un ami bien particulier. On en découvre ainsi davantage sur les intentions personnelles de la princesse qui ne parcourt pas le monde seulement pour le tourisme ou remplir son guide du Routard.

C’est au chapitre 30 que leur aventure prend une nouvelle dimension, lorsqu’ils arrivent dans un nouveau lieu. En quête de la Lumière Primordiale, ils tomberont nez à nez avec des adversaires redoutables. Mieux encore, on découvrira avec eux l’un des treize peuples en pleine querelle interne. Parmi les deux camps qui se chauffent, on devine rapidement que Lashil devra encore s’employer et nous ne sommes pas déçus !

Les affrontements se multiplient et cette zone recèle bien des dangers. Là où Norihiro Yagi demeure très fort, c’est qu’il parvient à allier rythme et narration avec un génie qui lui est bien propre. Ce quatrième tome s’appuie ainsi sur de multiples enjeux et s’avère véritablement agréable à découvrir. L’auteur parvient à parsemer divers éclaircissements narratifs tout en versant de sa plume des combats de qualité. Là où certains mangakas paument le lecteur (ou le tiennent difficilement) en proposant de longs récits explicatifs avec des flashback qui allongent le rythme et dissocient les séquences de combat et les séquences narratives, Norihiro Yagi livre lui des détails sur l’histoire, approfondit l’univers d’Ariadne au moment où les affrontement ont lieu.

De ce fait, on assimile bien toute la trame narrative tout en se délectant de l’arrivée des nouvelles créatures. Et lorsque le vilain seigneur propose autant de résistance, on se plait à assister à un affrontement final avec quatre camps différents et des alliances de circonstance.

ariadne tome 4

SOKYU NO ARIADNE © 2018 Norihiro YAGI / SHOGAKUKAN

 

Un voyage qui se poursuit, un univers qui s’étend, une trame qui gagne en épaisseur et en clarté et des affrontements qui s’enchaînent. On termine donc avec un joli tableau peint par Norihiro Yagi dont on attend le dénouement… prévu pour le cinquième volume d’Ariadne que nous attendrons avec impatience lors du mois de mars. Quel plaisir !

 

Tokyo Revengers, Volume 5.

tokyo revengers On entame ce cinquième tome de Tokyo Revengers avec la boule au ventre. Retour dans le présent et l’on voit les mines dépitées de Takemichi et Naoto déplorant une nouvelle fois la mort d’Hinata. L’heure est au recueillement. Mais cela ne dure jamais trop longtemps puisque notre héros a pris une grande décision. Pour sauver ses proches, il souhaite éradiquer le mal à la racine. Pour cela, la solution la plus « simple » est de prendre du galon et devenir chef du Tokyo Manjikai.

Nous sommes ainsi partagés entre rire de la naïveté du héros qui ne fait même pas partie du gang, enfin officiellement et son courage dont il aura encore besoin pour la suite.

Le jeune homme devra donc comprendre ce qui se trame exactement, ce qui est impossible s’il n’est pas sur place, et impossible s’il n’a pas le recul que lui donne le temps présent (vis à vis du passé dans lequel il se téléporte). Il retrouve donc l’un des chefs dans le présent, Draken. Ce dernier lui donne une piste, Kisaki. Une piste que nous connaissions en tant que lecteur, mais pas notre héros.

C’est une tâche compliquée pour Takemichi car s’il joue un rôle prépondérant, il ne sait pas ce qui a fait basculer le gang vers l’implosion, comment les choses ont pété alors que tout se déroulait bien jusqu’ici. Il construit son présent en retournant dans le passé et c’est un exercice compliqué. Alors il doit remettre le puzzle en place pour le transformer. Pour cela, il n’a pas le choix, il doit retourner dans le passé et s’activer. Néanmoins, il est dépassé par les événements et n’a qu’une mince marge de manœuvre.

Dépassé car sans qu’il ne puisse rien faire, il verra le crew partir dans tous les sens et surtout dans le mauvais. Dépassé car le nouveau chef de la troisième brigade du Tokyo Manjikai a été intronisé et que son identité ne pouvait pas couvrir un personnage plus malvenu. Dépassé car il va plonger dans le monde chaotique du Valhalla et découvrir la face cachée de certaines personnes. Et face à cela, on ne sait pas encore ce qu’il peut faire, ce qu’il va faire car il n’est encore personne dans le monde du gangstérisme et il n’a pas les épaules pour confronter les têtes d’affiche.

Ce qui est une nouvelle fois intéressant, c’est que l’on en découvre encore plus sur les différents gangs. Takemichi ne sait rien d’eux au final, il découvre en direct le bordel dans lequel il s’est mis, pour le coup on l’apprend en sa compagnie et ce n’est pas désagréable. Le récit est maîtrisé, l’histoire accroche encore le lecteur au plus haut point. On ne peut que se saisir d’impatience à l’idée de découvrir la suite et à côté d’une certaine frustration de devoir attendre quelques semaines.

tokyo revengers

TOKYO REVENGERS © 2017 Ken Wakui / Kodansha Ltd.

 

Tokyo Revengers confirme tout le potentiel que l’on décelait en lui et répond à toutes nos attentes de par un récit qui gagne en profondeur et un univers accrocheur. Nul ne peut savoir si le héros parviendra au bout de sa quête, qui passera l’arme à gauche sur le chemin et c’est ce suspense qui rend l’histoire encore plus haletante.

Toujours dans la magique potion du jeu vidéo !

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de

Mot de passe oublié

Curabitur consectetur et, odio tristique eget luctus dictum venenatis Donec elit.