[Bar à Jeux] Evolution ou l’art de s’inspirer de Darwin

Evolution

Aujourd’hui on vous présente le jeu de société Evolution dont les mécaniques et le thème demeurent originaux.

Prix : 49,90 €
Temps moyen : 1 à 2h
Nombre de joueurs : 2 à 6
Âge conseillé : 12+
Auteur : D.Crapuchettes, D.Knorre, S.Machin
Éditeur : Funforge
Illustrateur : J.Ariosa, J.O’Connor, K.Miller, C.Hamilton
Mécanismes : cartes

L’Evolution telle que la pensait Darwin

Penser à retranscrire l’évolution des espèces en un jeu de société, fallait y penser et réussir le challenge. Dans le jeu édité par Funforge, on y retrouve des mécaniques cohérentes et plutôt originales.

L’action principale sera ainsi de retranscrire des gènes à vos différentes espèces mais attention, vous ne serez pas les seuls. Puis cela requiert d’autres actions indispensables pour survivre. Nourrir vos bestioles, augmenter leur population et survivre face aux espèces des autres joueurs. Attention, cela ne sera pas facile mais mieux vous le faites, plus vous gagnez des points.

Le joueur qui totalise le plus de points en fin de partie (quand la pioche est terminée) remporte la victoire.

Voyons ça de plus près…

Dans Evolution, on met en place différentes espèces dans son jeu pour les faire prospérer ou les faire attaquer. Toute la difficulté réside dans le fait que c’est le même objectif pour tous, que l’on convoitera le même stock de nourriture, des vivres qui sont donc indispensables pour garder en vie nos bestioles. Entre les herbivores qui piochent donc dans ce stock et les carnivores à qui il suffit d’être plus nombreux pour prendre l’avantage, la bataille sera rude.

Dans Evolution, les facteurs importants sont visibles et clairement énoncés en début de partie. On commence la partie avec 4 cartes Traits (3 nouvelles à chaque tour minimum, +1 pour chaque espèce installé par le joueur). Elles seront primordiales pour les deux prochaines phases de jeu.

La nourriture:

Elle sera limitée et décidée par les joueurs via les cartes Traits. Chaque joueur en pose une pour déterminer combien de cubes de Nourriture on place sur le plateau dédié. On peut en rajouter plusieurs comme on peut en enlever. Pourquoi elle représente un élément fondamental du jeu ? Car c’est une ressource rare qui permet à votre espèce de survivre.

Si votre espèce a une population de 4, alors il lui faudra 4 jetons nourriture. Si vous n’en donnez que 2, alors sa Population baissera à 2 à l’issue du tour. Si elle ne bénéficie d’aucun jeton Nourriture, alors l’espèce s’éteint car toute la population dite « affamée » n’a pas pu être nourrie.

Des cartes spéciales permettent de piocher dans le stock de Nourriture avant même que la phase de récolte commence, des cartes précieuses mais qu’il faut utiliser avec intelligence au risque de gaspiller du stock.

La particularité des Carnivores:

Précision importante, une espèce carnivore ne se nourrit pas des jetons Nourriture représentés par les plantes mais de viande. Pour cela, elle doit attaquer les autres. On peut donc gérer ses espèces en choisissant des herbivores gourmands en jetons Nourriture et d’autres qui mettront à mal les espèces des adversaires. Lorsque les Carnivores attaquent et dominent donc l’adversaire, sa Population diminue de 1… Sachant que si l’on atteint 0 en Population, on disparaît. Il faudra se défendre.

La constitution génétique:

Nous avons un plateau Espèce de très bonne facture et nous y plaçons au-dessus les Traits génétiques (les cartes en main) avec un maximum de 3 cartes par Espèce. Cela évite d’être invincible et ça équilibre le jeu. Surtout, ça permet de multiples stratégies et beaucoup de choix aux joueurs au final entre les immunités, les attaques, les effets de boost etc.

Quelques règles mettent tout de même des limites. Par exemple, il n’est pas possible de mettre deux fois la même carte sur une seule espèce. Vous pouvez tout de même défausser des Traits pour en placer d’autres afin de parfaire votre stratégie et surtout de vous adapter aux circonstances.

Taille et Population:

Vous êtes en mesure d’augmenter la taille ou la population de votre espèce en défaussant des cartes (même processus de défausse pour créer une nouvelle Espèce). À quoi cela sert ?

  • Plus la population est grande, plus on marque des points en les plaçant dans son sac. D’où la difficulté de nourrir ses espèces, d’où l’enjeu de le faire si on veut augmenter son score.
  • Plus la taille est grande, plus votre espèce est puissante. C’est autant utile pour l’attaque si vous êtes carnivores que pour l’herbivore et sa défense. Maximum 6 points.

La corrélation population / taille est ainsi mise en scène lors des interactions entre les joueurs. D’autant plus que le Carnivore prendra autant de jetons Viande que la Taille de l’espèce attaquée. C’est donc d’autant plus important pour le joueur de trouver un équilibre pour pérenniser ses espèces et maximiser son score.

J’ai pu jouer à 2 et 3 joueurs et il va sans dire que j’ai largement préféré nous réunir à 3 autour de la table. Les mécaniques de survie, d’interactions (avec attaque et défense) font qu’il se joue moins sympathiquement à 2. Car s’acharner sur un seul adversaire (ou ne pas pouvoir le faire), cela peut rendre les parties fastidieuses et frustrantes. Il fait donc partie des jeux qui s’apprécient mieux à 3 joueurs minimum.

Une enfant de 10 ans a pu s’y essayer mais n’appréciant pas le thème ni les mécaniques, elle n’a pas accroché au jeu. Ceci dit, nous avons des amis qui ont également des enfants et ces derniers ont complètement adhéré au concept. D’ailleurs, notre invitée du jour (plus bas dans les onglets) confiera à quel point le jeu ont rythmé leurs journées.

Je n’ai pas accroché de prime abord. Je trouve que les actions se répètent énormément et que la partie est donc monotone en plus d’être très (trop) longue. À deux joueurs, ce sentiment se renforce.

Il reste tout de même original et bien pensé dans ses mécaniques car on y retrouve divers enjeux et points stratégiques importants. La quantité de nourriture que l’on va placer est primordiale car elle peut déterminer si on gave tout le monde ou si l’on lance une petite pénurie avec les malus. Mais attention à ne pas s’auto-détruire en la provoquant maladroitement. Il existe des espèces qui permettent de choper nos rations avant même la phase principale, c’est plutôt bien fichu.

De même, le choix des traits génétiques est aussi fondamental. Il faut assurer sa survie et préparer sa pérennité avec quelques défenses « immunitaires » (va-t-on dire) ou décider de passer chez les carnivores pour attaquer les autres. D’où l’intérêt de jouer à plus de 2 joueurs car lorsque vos attaques se dirigent vers une seule personne, cela sera ennuyeux si on s’acharne ou si on est inoffensif du fait de la défense de l’autre joueur. 

Sur le papier et quand je vous présente encore le jeu, Evolution a tout pour (me) plaire. Planifier brillamment ses coups, interagir avec les autres joueurs pour leur mettre des bâtons dans les roues, optimiser au mieux ses espèces pour récolter le plus de points. Et pourtant je n’ai pas accroché spécialement au jeu. C’est une grande inconnue pour moi car le thème et la direction artistique me plaisaient aussi.

Peut-être je n’étais pas entouré des bonnes personnes ou nous n’avons pas tous joué correctement pour que l’on apprécie amplement le jeu.

Rien de compliqué à comprendre, des illustrations pour vous faciliter la tâche et on se lance rapidement dans les mécaniques du jeu.

Que ce soit pour la mise en place du jeu, comment procéder pour telle ou telle action, pour l’extinction, tout est bien expliqué et illustré. Même les cartes profitent d’explications au cas où tout ne serait pas clair. Tout est mis en œuvre pour vous faciliter la partie.

Des variantes sont aussi indiquées dans le livret que vous trouverez à cette page.

Le matériel d’Evolution reste de qualité. Les plateaux Espèce sont solides, les pions et les marqueurs Nourriture sont communs mais font le boulot en matière de solidité. Grande mention au dinosaure qui détermine le 1er joueur.

De même les cartes ne sont pas fragiles alors on peut y aller tranquillement.

Après, tout assembler, plateaux et cartes, peut demander une réflexion car enchaîner les nouvelles espèces prend de la place, mais on vous conseille dans le livret de règles pour optimiser l’espace.

Enfin, vous ne connaîtrez pas trop de difficultés à ranger le matériel avec un thermoformage bien pensé.

L’ambiance n’est pas des plus festive, hormis si vous jouez avec des enfants qui ont pour habitude d’exprimer leur ressenti sur chaque action sans gêne.

En matière d’interaction, le jeu fait fort. Chacune de vos actions peut impacter le jeu et les possibilités des autres joueurs, de la nourriture stockée aux espèces choisies. Les parties pourraient être différentes selon les stratégies choisies.

Me concernant, n’ayant pas énormément Evolution à deux, je ne l’ai pas trouvé spécialement dynamique. À 4 joueurs, cela doit complètement être autre chose. Je ne peux le nier ni être catégorique sur son rythme de jeu.

LindsayAh Évolution ! Une boîte qui attire l’œil au premier regard. Un graphisme visuel pour le moins étonnant et original. C’est ce qui a retenu mon attention mais le thème en lui même a retenu celle de mon fils alors âgé de 10 ans. Créer des espèces « de dinosaures » quoi de plus fun? Ce jeu de cartes a l’avantage de réunir la famille avec son jeton 1er joueur, qui est, à l’effigie des illustrations, tout aussi surprenant. Rien de compliqué ici, on passe de très bons moments à faire naître des espèces de la plus petite à la plus gigantesque, de la plus inoffensive à la plus redoutable, qu’elle soit herbivore ou carnivore. Faut juste bien penser a nourrir tout ce petit monde, sinon… Adieu monde cruel !

Récapitulons : Evolution m’a plu un peu, beaucoup ou à la folie ?
(ou pas du tout…)

Evolution présente un concept original qui pourrait plaire à tout le monde. Si je n’ai pas accroché spécialement lors de mes sessions de jeu, il est difficile de ne pas reconnaître qu’il a tout pour plaire sur le papier. Des mécaniques interactives bien pensées, des stratégies à adapter à tous les tours de jeu selon nos cartes en main, un mix entre survie sur le court et moyen terme mais aussi des offensives à préparer pour pimenter les parties. Préférable à 3 joueurs minimum, il saura captiver enfants et adultes autour de la table qui adhèrent à son thème et ses mécaniques.

Ambiance (calme/vivant)
Interaction
Réjouabilité
Mécaniques

N’hésitez pas à nous donner votre avis sur ce jeu si vous aussi vous l’avez testé via les commentaires sous l’article. Vous pouvez également venir nous rendre une petite visite sur nos réseaux sociaux : Twitter, Facebook, Instagram, Twitch, Youtube et notre compte curateur Steam.

Retrouvez nos autres tests de jeux de société en cliquant ici.

Vous avez une question sur ce jeu ? N’hésitez pas à poser votre question en commentaire, on se fera un plaisir d’y répondre !

0 0 voter
Évaluation de l'article
Toujours dans la magique potion du jeu vidéo !
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Mot de passe oublié

ut dapibus justo odio Nullam id libero Curabitur Donec