[Découverte] Three Jokers : un récit impactant ?

Three Jokers

DC Comics lace une trilogie sur le clown avec l’ambition de rendre hommage à The Killing Joke : Three Jokers.

The killing joke paru en 1988, écrit par Alan Moore (Watchmen, From Hell, V pour Vendetta, La Ligue des gentlemen extraordinaires) et mis en image par Brian Bolland (Judge Dredd, Camelot 3000) est une œuvre incontournable, d’aucuns diraient fondatrice, tant elle a influencé l’univers de Gotham City, dans les films (Tim Burton et Christopher Nolan la citant en référence) jeux vidéo (Batman Arkham Knight pour un des plus récents)  et bien évidemment les comics et ce malgré les propos même de son auteur :

C’est une histoire sur Batman et le Joker; il ne s’agit de rien que vous rencontrerez jamais dans la vraie vie, car Batman et le Joker ne ressemblent à aucun être humain qui ait jamais vécu. Donc, il n’y a pas d’information humaine importante qui est donnée… Ouais, c’était quelque chose que je pensais maladroit, mal jugé et n’apportant rien sur le plan humain. Il s’agissait seulement de quelques personnages sous licence de DC qui ne se rapportaient en aucun cas au monde réel.

Three Jokers

Un hommage en forme de mystère

Soyons complet en ajoutant, que si nous parlons bien d’un récit importantissime dans l’univers canon de Batman et DC Comics, il n’égale pas en qualité Watchmen ou V pour Vendetta, il est donc normal qu’il apparaisse au second plan des œuvres de son auteur.

A titre personnel nous le mettrions même après Joker Renaissance. Il n’empêche que Three Jokers se pose en  » ré-examinateur du mythe de qui, ou quoi, le Joker est. Et de ce qui est au cœur de son éternelle bataille avec Batman. L’écrivain à succès du New York Times Geoff Johns et Jason Fabok, l’équipe d’écrivains / artistes qui a mené «Darkseid war» dans les pages de Justice League, se réunissent ainsi pour raconter l’histoire ultime de Batman et du Joker.« 

Three Jokers

Une mini série en 3 tomes.

Le premier tome est à peine sorti aux USA, nous n’avons donc pas de date d’une éventuelle traduction et sortie française (même si nous pensons bien fort à nos amis d’Urban Comics), de même, si nous n’avons pas l’ensemble de l’œuvre pour juger de sa qualité, le premier tome pose les bases d’un récit d’importance. Il plante son décor, ses multiples questions et pose déjà de fortes tensions entre nos héros déchirés entre devoir et vengeance.

Trois crimes sont commis simultanément, trois crimes où les témoins ont vu le Joker. Chacun de ces avatars faisant référence, par ses vêtements et son esthétisme, à une étape de la vie du clown, à un moment d’importance dans celle de nos héros : La première rencontre sous l’avatar de Red Hood, l’agression de Batwoman et celle de Jason. Trois versions du clown qui font écho à la question que posa le Batman lorsqu’il eu accès à la connaissance infinie : Qui est le Joker ? Interrogé sur la réponse obtenu Bruce Wayne répondra qu’il n’obtint pas de nom, mais que la réponse était : Il y existe 3 Jokers.

Prévu en 3 tomes, à raison d’un par mois jusqu’en octobre, la trilogie se calque sur la le symbole des trois petits singes, se masquant respectivement, les yeux, la bouche, les oreilles : « Ne pas voir le Mal, ne pas entendre le Mal, ne pas dire le Mal ». A ceux qui suivraient cette règle, le bien serait leur récompense. Quelle sera celle de la Bat-Famille ? Quel est le plan du Joker ? Les 2 opus suivants garderont-ils le rythme de suspens et de qualité du premier ?

 

N’oubliez pas de nous suivre nos réseaux sociaux Twitter, Facebook, Instagram et TwitchNotre compte curateur steam est aussi la solution pour vous aider dans vos choix.

0 0 voter
Évaluation de l'article
Personne ne lis jamais ces encarts (mais tu peux cliquer sur les liens)
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Mot de passe oublié

id Praesent dolor Sed consequat. et, Phasellus