[Preview] Bravely Default II : premières impressions

bravely default II 2 preview switch

Toujours prévu pour le 26 février de cette année, Bravely Default II s’est offert un petit détour par notre rédaction afin de nous permettre de rédiger une petite preview en bonne et due forme.

Comme d’habitude avec un jeu de ce genre qui succède à d’autres de la même licence sans pour autant en être une suite directe, plusieurs angles peuvent adoptés pour rédiger une preview ainsi qu’un test. Les connaisseurs des épisodes précédents (Bravely Default et Bravely Second) préfèreront sûrement un avis agrémenté d’une comparatif, quand les nouveaux venus seront plus intéressés par l’angle de la découverte totale ainsi que par la réponse à la fameuse question « peut-on y jouer sans avoir fait les précédents ? ». Aucun choix n’est meilleur qu’un autre, et nous avons choisi le deuxième. C’est donc en touchant pour la première fois à un épisode de la série avec Bravely Default II que nous allons découvrir celui-ci, son histoire, ses personnages, ou encore son système de combat.

Seth à la maison

Tout commence dans les abîmes d’un océan déchaîné, après la chute par-dessus bord d’un marin totalement lambda qui se voit réanimé par une voix mystérieuse. Seth, tel est son nom que vous pourrez d’ailleurs changer si vous le souhaitez, réussit donc à survivre au chaos des vagues déchaînées par la colère des éléments pour échouer sur le rivage. A moitié conscient, il est alors retrouvé par une jeune fille et un vieil homme, tous deux guidés par un bien étrange cristal… Ainsi débute l’aventure de Bravely Default II, qui nous place dans un univers différent de celui des précédents opus. Pour répondre à la question fatidique posée par les nouveaux venus : oui, il est donc possible de jouer à Bravely Default II sans avoir posé la main sur Bravely Default premier du nom ni sur sa suite directe Bravely Second: End Layer.

Les premières heures de jeu ne dépayseront pas les fans de JRPG, et pour cause : scénaristiquement parlant, on est ici en terrain connu avec une histoire aux objectifs clairs dès le début : le royaume de Musa a été détruit il y a quelques années, les cristaux élémentaires qu’il protégeait ont été dérobés, et c’est à une bande de compagnons de fortune menés par la princesse du royaume déchu qu’il revient de récupérer tout ça avant qu’une catastrophe ne se produise. Peu de surprises pour ce début de partie, donc, mais la narration tient pour l’instant assez bien la route et les personnages sont suffisamment attachants pour que l’on suive l’ensemble naturellement.

Astérisque et périls

Techniquement, si le jeu est très joli avec une patte visuelle plutôt réussie, on remarque quelques petites saccades lors de l’exploration en zones ouvertes ou au moment d’ouvrir le menu. Nous ignorons si un patch day-one corrigera le tir, mais ces petits accrocs – bien que mineurs – nous donnent l’impression que le jeu mets constamment la Switch sur les rotules pour un résultat visuel certes joli mais qui ne semble pourtant pas non plus pousser les capacités de la console jusqu’à ses dernières limites.

Malgré cela, le contenu de Bravely Default II s’avère assez intéressant pour ce début de partie. L’architecture du jeu est somme toute classique mais efficace, avec des quêtes principales et des quêtes secondaires. Celles-ci s’avèrent d’ailleurs assez légères dans leurs objectifs et rapides à résoudre, ce qui a le mérite de ne pas encombrer le joueur ou la joueuse entre deux quêtes principales. A noter, également, la présence du Gwent du « B&D », un mini-jeu de cartes à collectionner qui se joue sur un terrain quadrillé et dont l’objectif est de contrôler le plus de territoires que l’adversaire. Un jeu très sympathique qui s’apprivoise et se joue assez rapidement.

Quant au système de classe et aux compétences, si nous ne pouvons pour le moment pas rentrer dans les détails, nous pouvons néanmoins préciser que l’obtention d’astérisques (des artefacts permettant de débloquer des classes) est assez régulière, et que l’on a rapidement la possibilité de configurer son groupe afin d’attribuer des rôles bien précis à ses membres. Certaines classes de ce début de jeu nous ont paru un peu difficiles à exploiter efficacement, mais l’ensemble tient la route et nous permet d’avoir un groupe de héros assez équilibré, avec par exemple un mage offensif, un mage défensif, un tank et un DPS. D’autres classes bien plus développées et intéressantes semblent venir par la suite.

Le défaut du brave

En terme de difficulté, Bravely Default II se veut accessible au plus grand nombre. Le mode facile, qui se vend comme adapté aux néophytes mais qui nous est apparu presque aussi relevé que le mode normal ; le monde normal, qui s’avère assez équilibré au niveau des combats standards sans forcer le farm d’XP – mais avec des boss tout de même assez costauds ; et le mode difficile qui devrait plaire aux plus acharnés qui connaissent déjà la série ou qui souhaiteraient une expérience de jeu plus corsée – et qui nécessite par exemple un équilibre entre les classes de vos personnages dosé au milligramme près.

Pour finir, parlons du système de combat typique de la série : l’alternance Brave/Default. Le concept est assez simple, chaque personnage pouvant se mettre en mode Default lorsque vient le moment pour eux d’agir, ce qui augmente la défense et monte la jauge d’action d’un cran (jusqu’à trois niveaux maximum). Après avoir cumulé assez de niveaux de charge grâce au Default, il est ensuite possible d’utiliser librement ces charges en mode Brave pour obtenir des attaques gratuites. Utile pour se protéger en début de combat avant d’enchaîner les coups au bon moment. Si en début de partie, cette mécanique peut paraître un peu gadget, les classes obtenues au fil de notre début de partie nous ont proposé quelques compétences intéressantes à utiliser en combinaison avec les modes Brave/Default.

Enfin, notons que les combats semblent avoir fait l’objet de beaucoup d’attention en terme d’ergonomie. Non seulement il est possible d’accélérer les combats à notre guise pour passer les combats lambdas qui deviennent parfois redondants, mais de petits détails comme la mémoire de la position des curseurs et la possibilité de maintenir un bouton pour valider automatiquement toute une série d’actions permettent de rendre l’expérience fluide et agréable, et surtout parfaitement adaptée aux plus impatient.e.s d’entre nous.

Pour le moment, Bravely Default II nous fait bonne impression. Malgré un scénario convenu (du moins pour l’instant), le petit dernier de Square Enix se révèle très agréable à prendre en main et s’offre une direction artistique vraiment sympathique à base d’environnements léchés et de pistes musicales qui réussissent à accompagner l’aventure avec talent. Ses personnages, également, sont plutôt attachants et on a hâte de découvrir la suite de leurs aventures avant de pouvoir vous parler de celles-ci plus en détail.

 

Vous pouvez réagir à cette preview avec un commentaire ou sur les réseaux sociaux via Facebook / Twitter / Instagram, et vous abonner à notre compte curateur Steam afin de retrouver nos tests PC. Pour suivre nos inénarrables péripéties en direct ou en différé, sachez que nous sommes aussi sur Twitch !

N’hésitez pas non plus à aller vous promener sur notre site, pour y découvrir nos nos tests de jeux et autres dossiers, ainsi que divers avis au sujet de films ou de séries, ainsi que des guides et astuces pour vos jeux favoris. Et ce n’est pas fini : nous testons aussi des jeux de plateau !

0 0 voter
Évaluation de l'article
Co-fondateur de Try aGame, pinailleur en chef, amateur de belles histoires et fier papa de cette espiègle petite manette qui squatte chaque page du site.
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Mot de passe oublié

mattis elit. ipsum Praesent risus. dolor. quis amet, felis