[Preview] Xenoblade Chronicles: Definitive Edition sur Switch

Xenoblade Chronicles Definitive Edition

Remaster de la version Wii, Xenoblade Chronicles: Definitive Edition débarque le 29 mai sur Nintendo Switch avec, à la clé, quelques nouveautés.

Note de l’auteur de cet article : cette preview (ainsi que le test qui sera disponible sur notre site un peu plus tard) a pour angle celui de la découverte totale, et non du comparatif avec la version Wii. Pour autant, nous ferons en sorte de pointer les nouveautés de cette Definitive Edition dans le test à venir afin de renseigner les joueuses et les joueurs qui auraient déjà pu s’essayer au jeu original.

Monado ne m’écoute plus

L’univers de Xenoblade Chronicles se déroule dans un univers bien singulier. A l’Aube des temps, deux gigantesques titans, Bionis et Mékonis, se sont affrontés au sein d’un duel jusqu’à la mort. Ce combat dantesque entre les deux ennemis ne vit aucun vainqueur, et après s’être tous deux éteints, la vie a commencé à se développer sur l’immensité de leurs corps respectifs. Ainsi naquirent les Homz, le peuple humain qui vit à la surface de la partie inférieure de Bionis. Hélas, la vie n’est pas sans heurt pour ces colonies humaines qui doivent faire face à une menace venue de Mékonis : les Mékons, d’effroyables automates tueurs aux desseins inconnus et qui font la guerre aux Homz avec une ténacité sans pareille.

Xenoblade Chronicles Definitive Edition

Heureusement, la colonie 9 où résident nos héros peut compter sur une arme redoutable bien que mystérieuse : Monado, une épée dotée de pouvoirs inconnus qui a – entre autres – la capacité de trancher l’acier des Mékons avec une aisance remarquable. Mais malgré le fait que la dernière bataille contre lesdits Mékons s’est achevée il y a à peine un an, la menace resurgit soudainement avec un nouvel atout dans la manche de ces mystérieux envahisseurs… De plus, un problème subsiste : Monado n’est pas qu’une simple épée, et le seul manieur connu qui a réussi à s’en servir jusqu’à maintenant y a laissé sa santé. La menace qui gronde à nouveau s’avère alors difficile à affronter…

Xenoblade Chronicles Definitive Edition

Zen au bled

Si Xenoblade Chronicles déroule des éléments scénaristiques assez convenus durant la première partie de l’histoire (les bons contre les méchants, des héros un peu clichés J-RPG…), il serait injuste de ne pas noter la grande force du titre qui le rend accrocheur dès la première heure de jeu : son environnement. Dans Xenoblade Chronicles, le monde qui vous entoure vous fait rapidement comprendre que vous n’êtes finalement que peu de chose. Les environnements sont gigantesques, et le concept de la vie sur un titan inerte apporte une certain verticalité qu’une bonne distance d’affichage met en exergue à chaque instant de l’exploration. Les décors, bien que dotés de textures pas toujours folichonnes, sont d’une splendeur rarement vue dans un J-RPG.

Il suffit de lever la tête un instant, en effet, pour être épaté par ce décor tout en montagnes ou en précipices qui vous laisse même entrevoir certains éléments composant les deux titans si la météo est clémente et que vous choisissez avec soin les meilleurs lieux d’observation. Se promener dans une large plaine en faisant face à la figure titanesque et menaçante de Mékonis qui apparait dans le lointain au-delà des montagnes, par exemple, est un spectacle extraordinaire. Au même titre qu’observer la petitesse de votre village logé dans le creux du talon de Bionis en vous penchant par-dessus le bord de sa large cuisse.

Si ce Xenoblade Chronicles premier du nom peine à cacher qu’il date de deux générations de consoles sur certains points (polygones un peu grossiers à certains endroits du décor, textures parfois baveuses), cette Definitive Edition apporte quand même une mise à niveau appréciable qui le place à un standard tout à fait honnête pour la Switch (en mode TV, du moins, car l’ensemble a tendance à flouter en raison de la baisse de résolution en mode portable).

Morne est le combat

Toutefois, bien qu’agréable à regarder, nous sommes un peu plus circonspects au sujet du système de combat un peu brouillon de Xenoblade Chronicles Definitive Edition. Les premiers affrontements ont tendance à bousculer un peu les codes, avec un système de combat qui se veut en temps réel mais régi par un mélange d’attaques de base qui s’effectuent automatiquement et de techniques spéciales à activer pour déclencher divers effets. Si le panel de technique ainsi que les combos potentiels sont plutôt intéressants, on regrette néanmoins l’absence d’un système de tactiques prédéfinies qui aurait permis aux joueuses et aux joueurs de régler le positionnement et le comportement des unités au sein de la formation.

Bien qu’un raccourci existe pour donner 3 types d’ordres (« attaquez l’ennemi que je combats », « tous derrière moi » et « faites ce que vous voulez »), ceux-ci se révèlent bien souvent peu suffisants pour compenser l’IA des compagnons qui est souvent à la ramasse sur certains points comme le déclenchement des combos faisant suite à vos attaques qui se fera au bon vouloir de celle-ci. Les positionnements, notamment des unités à distance, ne sont pas optimaux en cas de grosse mêlée, et il faut par exemple perdre du temps à tenir l’IA par la main afin de lui demander de bouger en plein combat quand des ennemis non-ciblés lui tapent dessus. Si globalement, le système de combat est acceptable contre des monstres lambdas croisés sur la carte, certains combats de boss peuvent devenir assez agaçants à cause de cette trop grande liberté donnée à l’IA des compagnons.

Xenoblade Chronicles Definitive Edition

Pour le moment, après une petite vingtaine d’heures de jeu et malgré un système de combat peu convainquant, Xenoblade Chronicles nous enchante avec des environnements de toute beauté, un monde au concept innovant et une histoire intrigante. Si ce premier aperçu nous a laissé une très bonne impression, il faudra néanmoins attendre notre test basé sur une expérience de jeu complète afin de rendre un verdict définitif.

 

Vous pouvez réagir à cette preview avec un commentaire ou sur les réseaux sociaux via Facebook / Twitter / Instagram, et vous abonner à notre compte curateur Steam afin de retrouver nos tests PC. Pour suivre nos inénarrables péripéties en direct ou en différé, sachez que nous sommes aussi sur Twitch !

N’hésitez pas non plus à aller vous promener sur notre site, pour y découvrir nos nos tests de jeux et autres dossiers, ainsi que divers avis au sujet de films ou de séries, ainsi que des guides et astuces pour vos jeux favoris. Et ce n’est pas fini : nous testons aussi des jeux de plateau !

0 0 vote
Article Rating
Co-fondateur de Try aGame, pinailleur en chef, amateur de belles histoires et fier papa de cette espiègle petite manette qui squatte chaque page du site.
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Mot de passe oublié

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x
consectetur lectus ut quis, mattis venenatis, tristique id