[Bar à jeux] Alubari : ça chai pour moi !

Alubari

A nice cup of tea ? Bien sûr ! Découvrez Alubari qui nous transporte en Inde afin de construire le chemin de fer himalayen jusqu’à Darjeeling. Faites bosser vos ouvriers sans oublier de leur faire boire une bonne tasse de thé, chai donne des forces !

Prix : 49,90 €
Temps moyen : 90 min
Nombre de joueurs : 1 à 5
Âge conseillé : 14+
Auteur : Toni Boydell
Éditeur : Studio H
Illustrateur : Cécile Guinement
Mécanismes : placement d’ouvriers, gestion de ressources
Version fournie par l’éditeur.

Un peu de blabla…

Alubari est le tout premier jeu édité chez Studio H, un tout nouvel éditeur qui a raflé l’As d’Or au Festival de Cannes 2020 avec leur dernier jeu Oriflamme. Plusieurs nouveaux jeux sont attendus pour cette année notamment Hagakure qui est prévu pour le 26 mai 2020.

Ici, on se retrouve avec un jeu élégant sur le thème du thé pour des joueurs plutôt experts.

Alubari, c’est quoi le topo ?

Dans Alubari, vous participez à la construction du chemin de fer himalayen reliant Siliguri Town à Darjeeling en Inde. Mais ce n’est pas tout, il faut penser également à cultiver et récolter le thé qui sert à préparer du chai, ingrédient puissant qui permet de booster les actions de vos ouvriers. Il faut s’accommoder de la météo et des événements qui vous tomberont dessus. Réalisez des objectifs qui vous font marquer souvent pas mal de points. La partie s’achève quand le chemin de fer est entièrement construit, celui qui a gagné le plus de points sera le grand gagnant.

Voyons ça de plus près…

Alubari est un jeu de placement d’ouvriers, gestion de ressources et d’objectifs.

Une partie se déroule en plusieurs manches. Elle se termine quand la dernière zone reliant Darjeeling est construite ou quand le dernier joueur pose son dernier pion Propriété pour une partie à deux joueurs.

AlubariUne manche comporte plusieurs phases :

  1. Réapprovisionnement des cartes Contrat : on remet de nouvelles cartes.
  2. Ajustement de la Météo : on applique les effets de la météo, le soleil va permettre de déblayer et construire plus alors que la pluie sera bénéfique à la récolte tandis que le brouillard viendra nous gêner dans certaines actions.
  3. Réapprovisionnement de l’Entrepôt et résolution des Événements : on pioche un certain nombre de cubes dans le sac pour réapprovisionner l’entrepôt et si l’on récupère des cubes blancs, on applique les effets de la roue des événements. Par exemple, le jeu prend possession des prochaines gares ou encore on doit procéder à la maintenance de nos équipements.
  4. Assignation des Ouvriers aux Actions : avant d’assigner nos deux ouvriers, on peut dépenser un chai (si l’on possède un équipement) pour jouer avec un troisième ouvrier le temps de la manche en cours.
    Plusieurs actions sont possibles : récupérer des matériaux, les transformer, déblayer les plantations, poser des chemins de fer, construire des gares ou acheter des équipements, récupérer des contrats (capacité spéciale unique et objectif) et récolter des feuilles de thé ou les transformer en chai.
    Il est possible de dépenser un chai pour bénéficier de la version plus puissante de ces actions.
  5. Résolution des Actions et vérification des conditions de Fin de Partie : chaque joueur applique les capacités spéciales uniques à utiliser par action puis on résout dans l’ordre les actions.
    Enfin, on vérifie si on remplit la condition de fin. Si oui, on procède au décompte des points. Si non, on est reparti pour un tour.

La variante pour jouer en solo consiste à réaliser et cocher au fur et à mesure des objectifs à atteindre, un peu à la manière de trophées dans les jeux vidéo.

Si vous voulez connaître tous les détails, téléchargez les règles ici.

J’ai joué à Alubari en solo, à deux et trois joueurs. Il est très bon dans n’importe quelle configuration. On sent encore plus la compétition à trois. Le plateau s’adapte complément au nombre de joueurs.

Globalement, Alubari est simple : on pose chacun son tour son ouvrier sur l’action de son choix, on dépense du chai pour bénéficier de l’effet plus puissant de l’action, on utilise le pouvoir de la carte Contrat si l’on en a envie. Et ensuite on passe à l’exécution.

Mais il y a tellement de possibilités, d’objectifs qui ne demandent qu’à être réalisés. Il faut bien anticiper sur ce que l’on va faire, dans quel ordre le faire et très important, comment bien dépenser son chai. Ressource fondamentale dans Alubari.

La roue des événements donne un petit coup de pression et fait avancer la partie, attention de vite prendre ce qui nous intéresse avant que cela devienne la propriété du jeu ou encore l’arrivée de la tant redoutée maintenance des équipements. Si on n’a pas de quoi payer, on perd son équipement et du coup la capacité et les points qui vont avec. Ça m’est arrivé de la perdre à la toute dernière manche…

Que dire de la météo si ce n’est qu’elle ajoute du piment, on doit composer avec et bien calculer quand faire certaines actions qui seront plus avantageuses selon cette dernière.

Quant à la construction du chemin de fer qui se fait ensemble, il faut bien réfléchir car une section de rivière permet de débloquer de nouvelles gares et donc potentiellement de nouveaux points à gagner. Toujours bien vérifier son avancement car on peut se faire couper l’herbe sous les pieds par les autres joueurs. Je me rappelle avoir mal calculé mon coup, il me manquait de construire une dernière gare pour réussir un objectif et bim je n’avais pas vu venir la fin de la partie… J’ai dû aviser pour minimiser les dégâts.

Chose aussi que je trouve bien équilibrée, c’est le fait de pouvoir obtenir un nombre illimité de contrats mais chaque pion Propriété ne peut servir que pour un contrat, à nous de voir ce que l’on veut/peut valider pour gagner un max de points. Il faut savoir lâcher certains objectifs.

La rejouabilité est vraiment très bonne, chaque partie ne se ressemble pas grâce à la roue, les contrats et la météo.

Les parties durent 1 h 30 à 2 heures mais on ne voit clairement pas le temps passer.

Les explications sont claires. Tous les éléments sont bien détaillés comme les événements ou les équipements.
J’ai beaucoup apprécié la petite carte récapitulative des effets de la roue des événements.
On retrouve des exemples, pas de souci de compréhension.
Il faut bien compter 20 minutes de lecture.

La mise en place prend un peu de temps au début puis au fur et à mesure, on arrive à cinq bonnes minutes.
Les explications de règles durent un moment car il y a quand même beaucoup d’éléments à ingérer comme les contrats, l’utilisation du chai, les actions, la roue des événements, les récoltes de thé, etc. Il faut une voire deux bonnes parties pour bien comprendre le jeu et toutes ses subtilités.

Je me lance donc dans une première partie avec le livret comme compagnon de route car les retours sont nombreux entre les doutes, les explications de tel ou tel effet…
Au fur et à mesure de la partie, les tours deviennent de plus en plus fluides, mais ce n’est pas ici que l’on va tenter de se bloquer, on verra ça pour la prochaine.
J’ai quand même eu un doute quant à l’utilisation des pions Propriété du Jeu, que fait-on quand il y en a plus ? J’ai contacté Studio H qui m’a répondu qu’il fallait utiliser un substitut comme un pion d’une autre couleur.
Les jetons Propriété du jeu sont utilisés quand un événement se déclenche et fait avancer le jeu. Par exemple, le jeu prendra possession des prochaines sections ou gares et donc les joueurs ne pourront plus profiter d’elles pour gagner des points ou d’autres bonus.

Alubari est vraiment très élégant et sobre.
Pas de thermoformage, il faut tout mettre dans des petits sacs.
Les illustrations sont simples et bien lisibles.
Niveau matériel, on trouve plein de cubes en bois mais aussi des jetons en feuille de thé.

Les parties sont dynamiques et les tours s’enchaînent vite puisque l’on a chacun deux ouvriers voire trois à sa disposition.
Chaque joueur se préoccupe de ses objectifs mais il ne faut pas hésiter à regarder les objectifs des autres et essayer d’anticiper leurs prochains mouvements car les places pour les actions sont limitées. Les actions se déclenchent selon l’ordre d’arrivée. Premier arrivé donc premier servi.

Récapitulons : Alubari m’a plu un peu, beaucoup ou à la folie ?
(ou pas du tout…)

Alubari, c’est comme une tasse de bon thé, l’odeur nous donne envie (bon là le visuel) et quand on y goûte on ne s’en lasse plus. Pour moi c’est clairement un coup de cœur, non pas parce que j’adore le thé mais parce que sous des mécaniques simples mais efficaces se cache un bon jeu de stratégie. Notre stratégie doit à chaque tour évoluer et s’adapter aux événements qui font progresser le jeu, je suis fan. À savourer avec une bonne tasse de thé.

note5 ghost stories viticulture joraku cowboy bebop everdell
Ambiance (calme/vivant)
Interaction
Réjouabilité

N’hésitez pas à nous donner votre avis sur ce jeu si vous aussi vous l’avez testé via les commentaires sous l’article. Vous pouvez également venir nous rendre une petite visite sur nos réseaux sociaux : Twitter, Facebook, Instagram, Twitch, Youtube et notre compte curateur Steam.

Retrouvez nos autres tests de jeux de société en cliquant ici.

Vous avez une question sur ce jeu ? N’hésitez pas à poser votre question en commentaire, on se fera un plaisir d’y répondre !

0 0 vote
Article Rating
Très grande passionnée de jeux de société et jeux vidéo ❤️
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Mot de passe oublié

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x
vulputate, sit felis id, vel, justo ipsum accumsan Nullam ante.