[Bar à jeux] Istanbul Big Box : troc ou encore !

Istanbul big-box-matagot-(rubrique-bar-à-jeux)

Dans ce nouveau numéro du « bar à jeux », je vous propose mon avis sur Istanbul Big Box, le jeu qui va vous faire aimer le troc ! 

Prix : 52€50
Temps moyen : environ 1h
Nombre de joueurs : 2 à 5 
Âge conseillé : 10+
Auteur : Rüdiger Dorn
Éditeur : Matagot  (version fournie par l’éditeur)
Illustrateur : Hans-Georg Schneider, Andreas Resch
Mécanisme : Livraison, Dés, Modulable, Stratégie, Commerce

Istanbul, c’est quoi ?

Istanbul est un jeu de commerce, où vous allez devoir explorer la villes à la recherche de ressources à échanger contre des rubis afin de remporter la partie. 

Mais alors, comment on y joue ?

Alors tout d’abord je tiens à vous rassurer, la mis en place peut paraitre longue la première fois, mais en fait ça roule tout seul. Dans le livret de règles vous aurez tout pour vous accompagner au mieux dans cette mise en place, donc pas de panique, c’est vraiment bien expliqué. Les règles, j’ai toujours un souci avec les règles pour ma part, peuvent faire peur à la première approche, mais pareil c’est ultra simple à comprendre. 

Dans Istanbul, le but est de remplir sa charrette de 6 rubis pour 2 joueurs et 5 rubis lorsque vous jouez à plus. Pour ce test nous avons joué à deux, donc utilisé les règles spéciales duo écrites en vert dans le livret. 

En début de jeu chaque joueur a en sa possession 1 marchand et 4 assistants. Ces assistants sont placés en pile sous le marchand (je vous explique leur utilité plus bas). Le jeu se joue au tour par tour, l’un après l’autres les joueurs devront effectuer un certain nombre d’actions dans un ordre bien précis :

  • Déplacement : vous pouvez déplacer votre marchand et sa pile d’assistant sur 1 ou 2 cases, mais attention, jamais en diagonale et jamais faire un aller/retour sur la case que vous venez de quitter. Lors de ce déplacement, et pour effectuer l’action de la case sur laquelle vous avez atterri, vous devrez laisser un de vos assistants.  Si vous atterrissez sur une case où se trouve déjà l’un de vos assistants, vous le remettez sous votre marchand. Pour récupérer tous vos assistants vous devrez vous poser sur la case 7, ou alors revenir sur vos pas et récupérer vos assistants en vous installant sur la même case qu’eux. 
  • Rencontre avec d’autres marchands : si sur la case où vous avez envie de vous balader se trouve déjà un autre marchand vous devrez leur payer 2 livres à chacun. Si vous ne voulez pas ou ne pouvez pas, votre tour s’arrête ici. Une fois que vous avez payé votre taxe, à deux joueurs, vous lancez les deux dès et le chiffre indiqué déterminera le nouveau quartier où se posera le marchand. 
  • Action : c’est à ce moment que vous pouvez effectuer l’action du quartier dans lequel vous êtes. Vous n’êtes pas obligé d’effectuer l’action.
  • Rencontres : à Istanbul vous n’êtes pas tout seul à vous promener en quête de rubis. Ici vous allez pouvoir rencontrer le gouverneur, le contrebandier et les membres d’une famille adversaire. Mais alors que faire ? Si vous rencontrez un membre d’une famille adverse, vous pouvez le renvoyer en prison et ainsi récupérer une récompense (1 carte bonus ou 3 Livres par membres éjecté en prison). Le gouverneur : vous aurez le droit de tirer une carte bonus mais vous devrez payer 2 Livres ou défausser une autre carte de votre main. Et enfin le contrebandier : vous gagnez la marchandise de votre choix en échange de 2 Livres ou de la marchandise de votre choix qui se trouve déjà dans votre charrette. 

La partie se termine lorsque un joueur a atteint le nombre maximum de rubis (6 pour deux joueurs et 5 si vous jouez à plus).

En gros istanbul est un jeu très simple : on avance d’une ou deux cases, on paie sa taxe si l’on rencontre un marchand, on résout l’action de la tuile quartier et enfin on règles ses comptes avec les personnages rencontrés s’il y en a. Pour vos premières parties vous aurez évidemment besoin d’un petit pense bête et du livret de règles pour connaitre toutes les actions des cartes bonus ou des quartiers sur lesquels vous vous trouvez. Note : vous pouvez jouer vos cartes bonus à n’importe quel moment du moment que c’est à votre tour de jouer. Vous n’êtes pas limité dans le nombre de cartes, si vous en avez 10, vous pouvez jouer les 10 à la suite.

Pour ne pas oublier les actions à effectuer et leur ordre, un petit carton pense bête est disponible pour chaque joueur ! 

Et le packaging dans tout ça ?

Ce qu’on peut dire d’Istanbul Big Box, c’est qu’il y a beaucoup de matos ! Je me suis même perdue lorsqu’il a fallu que je trie le jeu de base et ses extensions, mais heureusement tout est bien expliqué dans le livret de règles. Je vous conseille de faire ça tout de suite à l’ouverture de votre jeu, vous gagnerez un temps fou lorsque vous voudrez y jouer. 

Au delà de ça, le matériel est plutôt de bonne qualité est joliment décoré. Tout est en bois ou en carton rigide, si vous prenez soin de votre jeu il devrait tenir sur la durée. Dans la boîte se trouve également un nombre suffisant de petits sachets en plastique pour tout bien ranger, je le souligne car ce n’est pas toujours le cas lorsqu’on achète des jeux. 

On va pas se mentir la boîte est un peu lourde et encombrante, c’est pas le genre de jeu que vous allez prendre avec vous dans le train. Mais avec tout ce qui se trouve dedans une version pocket aurait été compliquée.

 

Istanbul Big Box Extension : Moka & Bakchich

Dans cette extension il y a 20 cartes de guildes, du café, 8 nouvelles tuiles tavernes, 18 nouvelles cartes bonus à mélanger avec celles du jeu de base, un marchand de café et enfin 4 nouveaux quartiers : torréfacteur, corporation du café, taverne, et maison du café. Comme pour le jeu de base ces tuiles quartiers vous aideront à récupérer des matières premières à échanger contre des rubis, des cartes guildes ou bien encore des tuiles tavernes. 

Le jeu se joue de la même manière que le jeu de base, en 4 étapes par tour, à la différence qu’en début de tour vous pouvez jouer une carte guilde à la place des 4 actions de baseLe café quant à lui sert essentiellement de monnaie d’échange pour avoir des rubis. Personnellement j’ai eu l’impression que j’avais perdu plus vite que la partie sans extension. Le marchand de café vous proposera d’échanger 1 café contre 2 livres ou une ressource de votre choix. 

En gros cette extension agrandit le quartier et nous offre une nouvelle monnaie d’échange. Les cartes guildes peuvent rapporter gros et largement vous aider à atteindre la victoire !

Contrairement au jeu du base où il vous faut 6 rubis à deux joueurs et 5 rubis à trois et quartes joueurs, ici c’est 6 rubis pour remporter la partie

Istanbul Big Box Extension : Missives & Sceaux 

Cette extension nous apporte : 5 nouveaux quartiers : catacombes, société secrète, salle des ventes, kiosque, ambassade. 24 tuiles kiosque, 28 nouvelles cartes bonus à mélanger avec celles du jeu de base, 36 tuiles missives, 1 compagnon, 1 coursier et 1 tuile caravane pour jouer la variante caravane comme son nom l’indique. 

Avec cette extension il vous est possible de gagner des rubis grâce aux missives du jeu. Ces missives, lorsqu’elles ne sont pas livrées vous octroient un sceau et vous en gagnez deux lorsque vous les avez livrées. Pour les livrer c’est simple, il vous suffit de vous rendre sur la tuile du quartier auquel correspond le numéro affiché sur la missive (exemple : le chiffre 7 se trouve sur la missive, vous devez vous rendre à la fontaine. Une fois sur a fontaine retournez votre missive et hop vous avez deux sceaux). Mais les missives ne vous servent pas qu’à gagner des rubis, elle peuvent également vous servir à rejouer un tour immédiatement (1fois par tour uniquement). Pour ce faire vous devrez dépenser trois sceaux (je pense que c’est ce qui a joué dans le fait que je perde ma troisième partie de suite !)

Le gros plus de cette extension se trouve dans l’utilisation du compagnon. Pour faire apparaitre ce dernier il vous suffit d’aller sur la case fontaine pour la première fois, en plus de récupérer tous vos assistants, votre compagnon vous rejoint sur la piste de danse, enfin au bazar d’Istanbul. Ce compagnon peut se jouer à la place de votre marchand, le compagnon ne peut se déplacer que d’une seule case mais il ne doit pas rendre l’argent lorsqu’il croise un autre marchand et ça c’est plutôt pas mal ! 

En ce qui concerne le coursier, il peut vous échanger 1 missive contre 2 livres ou n’importe qu’elle missive que vous avez dans vos mains.

Pour gagner, comme pour l’extension, Moka & Bakchich, il vous faudra 6 rubis. 

Au final, on s’éclate ou on passe ?

Au final Istanbul est un jeu de commerce vraiment bien sympa. Rien que le jeu de base vous pendra une bonne heure de votre week-end. Il y a différentes stratégies pour gagner, apparemment c’est pas celles que moi j’utilisais ! En ce qui concerne les extensions j’avoue avoir une préférence pour Missives & Sceaux qui, à mes yeux, apportent plus que Moka & Bakchich. Mais ce qui est bien c’est qu’on peut mélanger les deux extensions au jeu de base, et attaquer les différentes variantes proposés au jeu.

 

En résumé, Istanbul Big Box a fait ma joie en ce dimanche après-midi, même si j’ai pas misé sur les bonnes stratégies et donc perdu toutes mes parties. Je me suis bien amusée, j’ai réfléchi mais pas trop, j’ai perdu (beaucoup), mais c’est pas grave j’ai vraiment apprécié ce jeu. J’ai hâte de le faire découvrir à mes amis et de tester toutes les variantes possibles. Istanbul Big Box est un jeu que je vais ressortir souvent, les règles sont simples, même si elles peuvent paraitre effrayantes en première lecture, la mise en place roule toute seule une fois qu’on a tout compris, les mécaniques sont simples, on avance, on résout les actions, on perd de l’argent, on en gagne, on élabore la stratégie payante pour ramasser tous ses rubis avant les autres.  C’est ce genre de jeu, stratège sans donner mal à la tête, un peu à la 7 Wonders, qui sont les plus appréciés finalement, enfin pour ma part. Istanbul Big Box c’est donc un grand oui ! 

 

N’hésitez pas à nous donner votre avis sur ce jeu via les commentaires sous l’article si l’avez testé vous aussi. Vous pouvez également venir nous rendre une petite visite sur nos réseaux sociaux : Twitter, Facebook, Instagram, Twitch, Youtube et notre compte curateur Steam. N’hésitez pas non plus à aller vous promener sur notre site pour y découvrir nos divers avis sur des films ou des séries, ainsi que des guides et astuces pour vos jeux favoris, ou encore nos tests et autres dossiers. Et ce n’est pas fini : nos autres tests de jeux de plateau peuvent également vous intéresser !

0 0 voter
Évaluation de l'article
Co-fondatrice de Try aGame, commandante du Normandy et Championne du Monde 2016 de Farming Simulator. Responsable du crash du Normandy, elle s’est retirée sur Terre pour devenir rédactrice pour Try aGame !
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Mot de passe oublié

dolor quis dapibus id, velit, venenatis, accumsan Aliquam