[Bar à Jeux] Mandala Stones : les Pierres d’Harmonie

Mandala Stones

Lorsque Lucky Duck Games a annoncé la localisation de Mandala Stones directement en provenance de Board & Dice, cela a fait quelques heureux. Il ne restait plus qu’à voir si cette direction artistique fabuleuse laissait place à des mécaniques captivantes et inspirées.

Prix : 31,50 € sur Philibert
Temps moyen : 45 min
Nombre de joueurs : 2 à 4
Âge conseillé : 10+
Auteur : Filip Glowacz
Éditeur : Lucky Duck Games
Illustrateur : Zbigniew Umgelter
Mécanismes : abstrait
Version fournie par l’éditeur.

Planète Lucky Duck Games !

Lucky Duck Games reste très actif sur l’industrie du jeu de société. Outre les mécaniques de Scan & Play exploitées de bien maintes manières (Chronicles of Crime, Destinies), ils n’oublient pas de localiser des jeux prometteurs. Ce sera donc le cas pour Mandala Stones qui porte le nom complémentaire des Pierres d’Harmonie et dont l’édition nous provient directement de Board & Dice. Il s’agit d’un titre abstrait qui n’en oublie pas son caractère malin et stratégique accompagné d’une direction artistique de toute beauté.

A l’origine de ce projet, on retrouve Filip Glowacz qui co-gère Board and Dice et qui se permet quelques créations. A l’international, on le connait donc pour Piwne Imperium, Beer Empire et Dice Brewing. Mandala Stones est le titre qui a été accueilli le plus positivement dans le monde donc il était logique que les maisons d’édition se bousculent pour le localiser.

Et s’il risque d’attirer l’œil des joueurs dans les boutiques (allez les soutenir, ils ont subi quelques fermetures, éloignez vous des commandes internet autant que possible), c’est grâce à une direction artistique qui saura séduire. Au niveau des illustrations, on retrouve alors Zbigniew Umgelter connu pour les excellents Tekhenu et Tawantinsuyu présentés il y a quelques mois sur Try aGame !

L’art c’est l’artiste !

Dans Mandala Stones : Les Pierres d’Harmonie, les joueurs vont créer une œuvre d’art sur le plateau Mandala en y positionnant des pierres d’Harmonie. S’ils dessinent cette œuvre ensemble, c’est bien un jeu abstrait et compétitif que l’on a devant nos yeux ébahis par un esthétisme superbement représenté.

96 pierres pourront donc servir à constituer ce plateau Mandala sous forme de sphère, 4 pions Artiste en accord avec les 2 symboles figurant sur les pierres. Tout est simple à prendre en main mais tout requiert une dose d’anticipation et de réflexion conséquente afin de maximiser chacun de ses coups. Son caractère simpliste cache des mécaniques subtiles qui font de Mandala Stones un jeu familial idéal.

Un jeu qui s’assimile rapidement

Qu’il était agréable d’expliquer et d’entamer une partie de Mandala Stones. Il est facile à comprendre, rapide à mettre en place et simple dans ses mécaniques.

Le dispositif :

Sur la table sera installé un plateau principal où l’on dispose toutes les pierres en piles de 4 (voir photos), 4 Artistes (des colonnes noires) qui détermineront vos actions lorsque vous les déplacerez.

Chaque joueur se voit doté d’un plateau personnel sur lequel seront incorporés sa piste de score et ses 5 emplacements où poser les pierres d’Harmonie. Vous devrez gérer au mieux ces emplacements pour scorer au maximum.

Expliquons les mécaniques de jeu et les possibilités du joueur à chaque tour de jeu.

Deux choix s’offrent à vous :

  1. Collecter. Pour cela, on déplace l’Artiste d’un emplacement à un autre.
  2. Effectuer un décompte de points (il faudra au préalable collecter pour le faire).

La mécanique de collecte reste simple à comprendre mais elle est encadrée par certaines règles. Lorsque vous collectez, vous déplacez donc l’Artiste (la fameuse colonne noire) afin de récolter les pierres qui l’entourent, dans le sens d’une aiguille d’une montre et en commençant par celle de votre choix. Néanmoins, ce ne sera pas si facile pour deux raisons toutes liées aux Artistes. Vous ne pouvez ramasser QUE les pierres qui portent le même symbole que l’Artiste déplacé. De même, vous ne pouvez pas collecter les pierres qui sont adjacentes à un autre Artiste.

La mécanique de collecte est suivie d’une action de pose sur votre plateau personnel. Toutes les pierres que vous avez collectées à ce tour doivent être placées sur un de vos emplacements libres (il est impossible de placer une pile de pierres sur un emplacement qui comporte déjà d’autres pierres). C’est à ce moment que vous devez gérer votre plateau personnel en anticipant votre prochain décompte et même les suivants ! Il sera capital de faire en sorte de placer des pierres de la même couleur au-dessus de vos piles et si vous êtes doués, de placer les bonnes pierres dessous afin d’enchaîner les décomptes ensuite. La couleur et le nombre de pierres ont de l’importance.

En effet, lors de votre décompte de points « de couleur », vous allez scorer selon le nombre de pierres, de la même couleur, placées sur chaque emplacement. Chaque emplacement est défini par son propre système de scoring. Le premier vous apporte des points selon la taille de vos piles de pierres, le dernier récompensera la diversité des couleurs, les trois autres sont caractérisées selon une taille spécifique (l’un va rapporter 6 points si vous avez une pile de 4 pierres, l’autre 4 points si vous n’avez qu’une pierre…).

Il est obligatoire d’avoir au moins 2 pierres de la même couleur pour réaliser ce décompte. Il n’est pas exigé de couvrir tous les emplacements afin d’effectuer un décompte. Enfin, on peut réaliser un décompte par pierre pour « se débarrasser » de pierres au sommet de piles. On ne bénéficie pas du scoring de chaque pile mais on gagne 1 point par pierre posée sur le plateau Mandala. La mécanique est simple, on vous permet beaucoup d’actions pour évacuer toute contrainte et pourtant, les mécaniques s’avèrent assez complexes pour récompenser la finesse. Le timing, le positionnement, chaque action peut faire la différence.

C’est une véritable gestion de votre plateau personnel qui se présente devant vous. Elle demandera aussi une forte anticipation pour enchaîner les décomptes. En effet, une fois que l’on a procédé à un décompte de points par couleur, on enlève chaque pierre qui a servi au décompte de notre plateau pour les placer sur le plateau Mandala qui marque la progression de la partie. Important à savoir, il comporte aussi des points bonus à obtenir lorsque l’on recouvre les cases indiquant « +1 » ou « +2 » (voir photos). Vous déciderez donc parfois de ne pas récolter un max de pierres afin de réaliser un décompte dans le timing opportun.

Enfin, chacun dispose de deux cartes objectifs (rapportant 6 à 10 points supplémentaires) et il faudra en choisir une en fin de partie selon ce qui vous arrange. Elles peuvent donner un avantage déterminant pour un score qui devrait tourner pour tous les joueurs aux alentours des 50 points pour une première partie.

J’ai commencé Mandala Stones à 2 joueurs avec Arnyanka qui avait repéré depuis longtemps ce jeu via les actus Board & Dice. Ensuite nous l’avons découvrir à notre amie, joueuse occasionnelle, et à notre fille de 11 ans pour des configurations à 3 joueurs.

Je ne sais pas quelle configuration j’ai préféré car je suis un joueur qui aime la confrontation. A 2 joueurs, il s’avère encore plus stratégique, à quelques encâblures du jeu d’affrontement abstrait car chacune de vos décisions peut impacter votre adversaire, ce que vous lui laissez comme possibilités. Vous pouvez directement bloquer certains coups en y positionnant les Artistes, tenter d’anticiper chacune de ses actions, plusieurs coups en avance. Vous impactez donc davantage son champ d’action.

A partir de trois joueurs, c’est moins direct. Deux joueurs passent après/avant vous, vous maîtrisez donc moins la trajectoire de chaque artiste. Puis les joueurs vont davantage jouer sur leur jeu que sur celui des autres. Vous ne pouvez pas jouer contre deux joueurs en simultané, vous jouez donc davantage pour vous. Si jamais vous vous concentrez sur un adversaire, vous laissez le troisième dans ses aises.

J’imagine donc que ce sentiment se renforce à 4 joueurs. On se concentrerait alors d’autant plus sur son jeu et ses différentes possibilités, on perdrait tout aspect confrontation je pense. En cela, j’ose croire que ce n’était pas la volonté de l’auteur d’en faire un jeu tendu et profondément stratégique à 2 joueurs, au cours duquel on tente de bloquer l’autre. Au vu du thème et de la prise en main très facile, je penche plus pour la détente et le jeu familial plus qu’autre chose. Mais j’ai apprécié de pouvoir réduire le champ d’action de mon adversaire en duel sans saboter mes possibilités.

Le jeu est clairement accessible à tout le monde, on comprend ses mécaniques en peu de temps.

On nous propose donc des mécaniques abstraites, une gestion de plateau et du scoring qui demandera de l’anticipation plus ou moins longue selon les joueurs. A partir de 3 joueurs, c’est toujours autant de réflexion mais on centre sa stratégie sur soi et non contre l’autre.

Au niveau de la rejouabilité, elle pourrait être assurée puisque la disposition des 96 pierres peut être différente. Puis les parties changent selon les joueurs, les configurations, vos tactiques, vos objectifs. Mais on y retourne aisément avec des joueurs occasionnels.

Pour la durée de la partie, une partie de découverte va durer 45 minutes à 3 joueurs. Par la suite, elles dureront entre 30 et 40 minutes. Lorsque nous avons joué une dernière fois à 2 joueurs, cela nous a pris 20 minutes, sans compter le temps de rangement.

Le matériel est raffiné, la direction artistique est sublime, la boîte affiche un design réussi et en accord avec son thème.

Les pierres Mandala sont de qualité et facilitent la prise en main même si certaines peuvent légèrement glisser.

Je trouve les plateaux tout aussi beaux que le reste et la façon dont on va progresser sur ce plateau Mandala est un plaisir, autant mécaniquement que visuellement.

Mandala Stones est d’ailleurs un coup de cœur artistique du côté d’Arnyanka.

Le jeu est dynamique. Même s’il demande réflexion et anticipation, on va jouer généralement assez vite nos coups car nous n’avons pas non plus énormément de possibilités.

Au niveau de l’interaction, elle est aussi présente. Comme je le précisais plus haut, vos actions peuvent déterminer celles des joueurs suivants. A deux, cela se ressent encore plus. Vous ne déplacerez pas tel artiste pour empêcher le joueur (ou les joueurs) suivant de réaliser un gros coup. Vous pouvez donc choisir de jouer tranquillement en se concentrant sur vos coups mais vous serez inspiré d’avoir un œil sur le plateau des autres.

Récapitulons : Mandala Stones m’a plu un peu, beaucoup ou à la folie ?
(ou pas du tout…)

Mandala Stones était déjà un bijou visuel, il se révèle comme un jeu de société mécaniquement réussi. Facile à comprendre, pas si difficile à maîtriser, il réunira aisément tous les profils de joueurs, des plus jeunes aux plus aguerris. J’ai été agréablement surpris de constater qu’à 2 joueurs, il se rapproche un tantinet du jeu d’affrontement, un ressenti qui s’évapore une fois que l’on joue à partir de 3 personnes autour de la table. Il devient alors un très bon jeu familial qui, même s’il laisse place à la réflexion, se parcourt avec détente et tranquillité.

Ambiance (calme/vivant)
Interaction
Direction Artistique

N’hésitez pas à nous donner votre avis sur ce jeu si vous aussi vous l’avez testé via les commentaires sous l’article. Vous pouvez également venir nous rendre une petite visite sur nos réseaux sociaux : Twitter, Facebook, Instagram, Twitch, Youtube et notre compte curateur Steam.

Retrouvez nos autres tests de jeux de société en cliquant ici.

Vous avez une question sur ce jeu ? N’hésitez pas à poser votre question en commentaire, on se fera un plaisir d’y répondre !

0 0 voter
Évaluation de l'article
Toujours dans la magique potion du jeu vidéo !
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Mot de passe oublié

sed risus Praesent tristique sit ante. ut quis,