[Critique] Goblin Slayer : aperçu des tomes 6 et 7

Goblin slayer manga seinen kurokawa

Avec le tome 6 et le tome 7 disponibles en librairies, les aventures du Goblin Slayer (ou Crève-Gobelins) continuent sur leur lancée sans ne jamais décevoir un seul instant.

Goblin Slayer, c’est ce manga qui nous a fait forte impression en mai dernier lors de notre critique des trois premiers tomes, et qui n’a cessé depuis de confirmer sa qualité au sein des ouvrages suivants. Dotées d’une histoire et d’une identité visuelle oscillant continuellement entre le seinen et le shonen, les aventures du Crève-Gobelins réussissent en effet à proposer un contenu à la fois composé de violence brute mais aussi de tranches de vie.

• Type d’ouvrage : Manga seinen (contenu pour adulte), roman
• Maison d’édition : Kurokawa
• Auteurs : Kumo Kagyu (scénario), Kousuke Kurose (dessins – manga), Noboru Kannatuki (illustrations – romans)
• Mentions utiles : ouvrages mis à disposition par Kurokawa pour cet article (non-sponsorisé)
• Lien vers nos autres articles sur cette série : tomes 1 à 3, tomes 4 & 5, tomes 6 & 7

Raining Blood

Le Tome 6 reprend la fin des aventures du groupe de héros là où le tome 5 n’avait pas eu le temps de conclure. Face à des ennemis toujours aussi nombreux qui menacent de les acculer, le Crève-Gobelins déroule une nouvelle stratégie de choc pour faire face à la marée ennemie. Et alors que ce plan tient à la seule force physique du prêtre lézard qui a pour objectif d’arracher un gigantesque miroir de téléportation de son socle, c’est un combat contre la montre qui s’impose pour le reste du groupe qui doit tenir ses position en attendant que le miroir puisse remplir l’office déterminé par le Crève-Gobelin.

A nouveau, la série propose aux lectrices et aux lecteurs des combats d’une grande intensité qui mettent autant en valeur les exploits individuels que le travail d’équipe. Et ce combat, qui place un groupe hétéroclite en infériorité numérique face à des vagues d’ennemis grouillants, fait fortement penser à l’affrontement dans les mines de la Moria tiré du Seigneur des Anneaux. Sang, sueur et esprit de camaraderie y cohabitent ainsi pour peindre un tableau épique sur la toile d’une situation désespérée.

Et non-content d’apporter un dernier acte à une expédition qui aura été riche en intérêt, ce tome apporte l’ultime pierre à cet arc scénaristique via une discussion – à la mise en scène un peu paresseuse et cliché mais forte en émotions – entre le Crève-Gobelins et la Vierge à l’Épée à l’origine de cette quête dans les bas-fonds de la ville sainte. Si on y rajoute l’apparition de nouveaux et mystérieux personnages ainsi que les promesses de nouveaux arcs de cet acabit, ce tome 6 est une franche réussite.

Kousuke Kurose nous livre là encore des plans d’une rare puissance visuelle

War Ensemble

Le Tome 7, quant à lui, fait office de « zone-tampon » entre l’arc précédent et le suivant qui s’amorce en toute fin d’ouvrage. Bien plus léger au niveau de l’intrigue – mais pas pour autant inintéressant – ce tome 7 se centre sur l’un des évènements culturels majeurs de la ville où se situe la Guilde des Aventuriers. Cet évènement, qui a pour objectif de fêter les morts et de leur faciliter le passage vers l’au-delà, est l’occasion de développer plusieurs personnages mais également leurs liens.

La vachère, personnage toujours aussi peu intéressant de notre point de vue, en profitera pour essayer de se rapprocher du héros, pendant que la réceptionniste de la guilde (qui, quant à elle, est notre grande favorite dans cette histoire de rivalité sentimentale, vous l’aurez compris) prend enfin son courage à deux mains pour en faire de même, créant de ce fait des échanges et des situations qui seront d’ailleurs bien plus intéressants pour le développement personnel du héros.

Mais si ce tome est l’occasion de souffler pour nos personnages et pour les lectrices et les lecteurs qui pourront profiter d’une plus grande dose d’humour et de candeur, sa fin ouvre la voie au prochain arc par le biais d’un évènement surprise et dont la nature devrait être plus claire dans le futur tome 8.

Ces tomes 6 & 7 de Goblin Slayer continuent de confirmer la qualité de cette histoire adaptée du roman de Kumo Kagyu, avec des scènes de combat réussies et des moments de détentes qui servent le développement des personnages. Petit à petit, on sent une légère montée dans l’intensité des situations dans lesquelles se retrouve le héros, et nous avons hâte de découvrir comment celui-ci va se placer au sein des évènements de grande envergure qui semblent se construire au fur et à mesure. D’une narration équilibrée, doté de personnages intéressants et de mises en scènes guerrières épiques, Goblin Slayer confirme à nouveau sa place parmi les chouchous de la rédac’.

 

Pendant que vous êtes ici, n’hésitez pas à aller vous promener sur notre site, pour y découvrir nos tests de jeux et autres dossiers, ainsi que divers avis au sujet de films ou de séries, ainsi que des guides et astuces pour vos jeux favoris. Et ce n’est pas fini : nous testons aussi des jeux de plateau et nous avons un compte curateur Steam pour y retrouver facilement nos tests de jeux PC. Enfin, si vous voulez suivre nos inénarrables péripéties en direct ou en différé, sachez que nous sommes aussi sur Twitch !

0 0 voter
Évaluation de l'article
Co-fondateur de Try aGame, pinailleur en chef, amateur de belles histoires et fier papa de cette espiègle petite manette qui squatte chaque page du site.
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Mot de passe oublié

libero. ultricies ipsum mattis id elit. Sed dolor. ante. mi, odio venenatis,