[Bar à Jeux] Oriflamme Embrasement : on remet ça ?

Oriflamme Embrasement

Oriflamme s’est offert une grande renommée sur les tables des amoureux de jeux de société. Voilà qu’il étend ses possibilités à travers un stand-alone qui annonce tout de suite une couleur sous le signe de l’Embrasement !

Prix : 15,00 €
Temps moyen : 30 min
Nombre de joueurs : 3 à 5
Âge conseillé : 10+
Auteur : Axel et Adrien Hesling
Éditeur : Studio H
Illustrateur : Tomasz Jedruszek
Mécanismes : cartes, bluff
Version fournie par l’éditeur.

Planète Studio H

Studio H est connu pour son premier succès planétaire, à savoir Oriflamme ! Mais l’éditeur est également à l’origine de titres intéressants comme Hagakure (un jeu de plis), l’expert ô combien inspiré Alubari et le dernier party-game J’y Crois Pas, un jeu de bluff qui laisse libre court à l’imagination des joueurs. 2021 sera mouvementé de leur côté avec les sorties de Shamans (Redho vous offrira une jolie chronique), Mandragora, Suspects et le très attendu Oltrééééééééé (on a mis trop de « é » mais personne ne nous en voudra).

Aujourd’hui nous allons nous attarder sur Oriflamme Embrasement. Il ne s’agit pas d’une extension mais bien d’un stand-alone. Néanmoins, il est bien précisé que les cartes d’Embrasement peuvent très bien se mélanger avec les cartes du jeu de base. La question sera donc de savoir si ce nouveau contenu représente une réelle plus-value pour les fans qui ont été conquis par le premier et comment il peut s’apprécier seul ou en complément d’Oriflamme.

Oriflamme Embrasement, rappel d’une mécanique meurtrière !

Oriflamme est un jeu de cartes dans lequel le bluff, le placement de cartes et la confrontation avec les autres prennent tout leur sens. L’interaction est permanente puisque l’on place sur la file principale nos cartes face cachée afin de les activer ou non une fois le tour de résolution entamé.

Si l’on retourne la carte que l’on a placé face cachée, on active son effet (déplacement, meurtre, points à gagner…). Si on la laisse face cachée, on cumule des points dessus. Le mystère reste toujours entier sur son identité. C’est ici que le bluff, les plans machiavéliques et/ou grandioses, les coups bas prennent place.

Oriflamme se montre alors remarquable dans ses mécaniques et son déroulement. On ne sait jamais ce qui va survenir et les manipulations sont nombreuses, tout comme les paris. Car c’est aussi un jeu de prise de risques au final. Il se montrait étonnamment équilibré. Il est donc logique de se demande comme Embrasement se démarque et quelle proportion fait-il prendre aux mécaniques originales.

C’est l’heure de l’Embrasement !

Dans Oriflamme Embrasement, on ne change pas les mécaniques de jeu mais on accueille une dizaines de cartes inédites. Que des effets inédits donc c’est déjà un grand signe de satisfaction. Nous sommes d’autant plus emballés à la découverte de ce second Oriflamme puisque les effets des cartes ne ressemblent en rien à celles du premier jeu. Et comme ce fut le cas avec le premier, il faudra un temps d’adaptation et plusieurs parties pour savoir comment les jouer à la perfection.

Voici les différents personnages :

  • Le Prince à coupler avec le Jumeau. Chacun fait gagner 1 point d’influence à son propriétaire.
  • Le Coupe-Jarret : il élimine une carte adjacente et celles du même nom si elles ont été révélées. Ainsi, si le Coupe-Jarret tue le Prince, il détruit aussi tous les Princes face visible du plateau. Comme le Prince est lié au Jumeau, tous les Princes et Jumeaux disparaissent.
  • Intrigante : elle sera défaussée si côte à côte avec une pile de cartes. Sinon, on remporte 2 points d’influence.
  • La Reine permet de gagner 2 points de prestige, idem pour celui qui la tue. Imaginez alors tuer plusieurs Reines d’un coup avec le Coupe-Jarret, c’est jackpot !
  • Le Félon fait perdre des points aux joueurs adjacents.
  • L’apothicaire approfondit encore les éliminations puisqu’il permet de se débarrasser d’une carte qui est adjacente à une autre de vos cartes.

Puis on se retrouve avec quatre cartes Intrigue dont les effets pimentent encore plus les parties :

  • Usurpation : lorsque vous supprimez une autre carte avec celle-ci, elle permet de la remplacer avec le même personnage, même s’il a été écarté ou défaussé ! Un réel avantage à jouer dans le bon timing pour prendre l’avantage.
  • Machination : en activant cette carte et donc en la défaussant, il sera possible d’activer le pouvoir d’une de vos cartes révélées. Et on pourra toujours répéter l’effet en dépensant 1 point d’influence ! Ce qui peut provoquer un réel carnage ou le début d’une fortune.
  • Corruption : on part tous avec un jeton Corruption qui permettra de prendre possession d’un personnage d’un adversaire. Vil mais crucial !
  • Guet-Apens : deux choix et quel choix ! On aura forcément une préférence pour le second. Celui-ci permettra de voler 3 points d’influence à celui qui élimine votre carte. Là encore, il sera possible par une manipulation inspirée de faire tourner la partie en votre faveur.

J’ai grandement apprécié les nouveaux effets. Ils permettent d’être encore plus offensifs, fourbes et simplement méchants sans pour autant creuser de grands écarts. C’est en enchaînant les parties que l’on jouera chaque personnage avec plus de justesse. Encore une fois, cela provoquera de la tension, de la méfiance, du dépit lorsque l’on se fait piéger mais toujours de bonnes sensations de jeu.

Meilleur en standalone ou en extension ?

Oriflamme Embrasement s’inscrit comme un standalone. C’est un choix réalisé en âme et conscience mais cela suscite des interrogations. Puisque le jeu peut se mélanger avec le premier jeu, dans quel format se joue t-il le mieux ? Au cours de la première partie, on vit quelque chose de compliqué. Nous voilà avec une dizaine de nouveaux effets à maîtriser et cela plonge le joueur dans le doute. Il faut effectivement un temps d’adaptation aux joueurs pour maîtriser tous ces personnages et être à l’aise avec.

Néanmoins, ce n’est pas un grand souci. Après la première partie, on commence déjà à les jouer mieux. Après la seconde, on maîtrise et on tente nos coups les plus vicieux. D’ailleurs ce n’est clairement pas un moins bon Oriflamme, c’est un Embrasement qui se place sous le signe de l’attaque. Le deck est bien plus offensif, encore plus vicieux, plus profond dans ses mécaniques. En cela, le déroulement du jeu peut se montrer chaotique. Mais c’est aussi ça le cœur d’Oriflamme, les attaques et les contre-attaques, les complots, les coups fourrés, les surprises surtout les mauvaises.

Cela dit, on conseillera tout de même de tenter le mélange des 2 decks si on possède Oriflamme. D’ailleurs, ce n’est pas pour rien que les créateurs du jeu eux-mêmes ont préparé tout un tutoriel pour organiser les parties avec les 2 decks mélangés, avec des configurations spécifiques sur leur site officiel. Et c’est vrai que mélangé, les parties se montrent équilibrées entre les différentes possibilités de jeu. Si vous ne souhaitez pas porter votre partie vers de l’attaque à 100%, ils ont trouvé la solution avec leurs conseils. On a testé leurs recommandations et le plaisir était au rendez-vous.

J’appréciais déjà énormément les mécaniques du premier Oriflamme. Ce mélange de stratégie cachée, de bluff, de sournoiserie et de suspense.

De la stratégie cachée parce que l’on ne montre pas nos cartes jouées, personne ne sait qui joue quoi avant que les personnages ne soient révélés et cela fonctionne bien en matière de sensations de jeu durant le déroulement de la partie. Du bluff car cette phase où l’on va poser des cartes cachées les unes à côté des autres ne dévoile en rien les intentions des joueurs. Pose t-il cette carte pour que je l’attaque et pour me piéger ? Pour gagner des points ou pour m’attaquer ? Certaines cartes peuvent rester longtemps en jeu car on se méfie ou parce qu’on a d’autres plans en tête que de tuer l’autre joueur.

Dans Oriflamme Embrasement, on ne perd pas toutes ces caractéristiques. Au contraire, elles sont accentuées. Le deck se montre encore plus offensif, parfois plus tactique, d’autres plus chaotique. Certes on a un nouveau temps d’adaptation car on ne connaît pas les personnages et leur subtilité. Mais une fois pris en main, toutes les sensations sont de retour. On souhaite être le plus fourbe et le plus efficace dans la collecte de points, on met des plans en place et advienne que pourra.

Vraiment un très bon stand-alone qui se joue au final bien seul et peut-être encore mieux mélangé au deck original. C’est très inspiré de leur part de mettre à disposition des joueurs des configurations de jeu mélangeant les deux.

Le jeu est dans sa nature très interactif. On est confronté à tout instant aux effets des cartes adverses que l’on partage. Et c’est ce qui participe à l’aspect fun du jeu. Dans le dernier quart de la partie, on voit qui joue pour la win mais des nouvelles cartes peuvent faire revenir en jeu un joueur qui était loin au score. Par exemple le Guet-Apens permettant de voler 3 points à votre assaillant. Même le jeton Corruption qui permet de prendre possession d’une carte d’un adversaire apporte du piment !

Bref des effets inspirés qui se montrent toujours cruciaux s’ils sont joués dans le bon timing et contre la bonne personne.

Niveau rapport qualité/prix, tout est plus que correct. Le succès d’Oriflamme aurait pu faire gonfler les tarifs mais ils sont restés honnêtes pour le nouveau contenu qu’Oriflamme Embrasement apporte.

Si certains préféreront la jouer en extension pour coupler les decks du premier jeu avec le nouveau, je trouve qu’il se lance aisément en standalone une fois que l’on connaît toutes les cartes, même si des parties peuvent être chaotiques tant le deck est offensif.

Cela dit, si vous possédez le premier Oriflamme, ne vous privez pas de mélanger les deux decks. Cela apporte de la rejouabilité, un peu d’équilibre avec les configs données, et toujours du plaisir.

Récapitulons : Oriflamme Embrasement m’a plu un peu, beaucoup ou à la folie ?
(ou pas du tout…)

Oriflamme Embrasement parvient à renouveler sa recette même s’il porte pourtant les mêmes mécaniques de jeu. Son deck est encore plus offensif, plus complexe et demandera donc un petit temps d’adaptation avant d’être joué avec justesse. Néanmoins, il donne l’occasion aux joueurs d’être encore plus stratégique, plus fourbe et apporte à nouveau du plaisir. Mieux encore, il a aussi été pensé pour se mélanger avec le deck de base alors ne boudez pas votre plaisir.

Ambiance (calme/vivant)
Interaction
Réjouabilité

N’hésitez pas à nous donner votre avis sur ce jeu si vous aussi vous l’avez testé via les commentaires sous l’article. Vous pouvez également venir nous rendre une petite visite sur nos réseaux sociaux : Twitter, Facebook, Instagram, Twitch, Youtube et notre compte curateur Steam.

Retrouvez nos autres tests de jeux de société en cliquant ici.

Vous avez une question sur ce jeu ? N’hésitez pas à poser votre question en commentaire, on se fera un plaisir d’y répondre !

0 0 voter
Évaluation de l'article
Toujours dans la magique potion du jeu vidéo !
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Mot de passe oublié

ut fringilla sit commodo sed ut consequat. ipsum elit. Donec tempus risus