[Bar à Jeux] Royal Secrets : bluff et fourberie

[Bar à Jeux] Royal Secrets : bluff et fourberie

Funnyfox revient avec Royal Secrets pour débuter l’année 2021. Un jeu d’enchère dans lequel les plus malins sauront bluffer et prendre au dépourvu les autres joueurs.

Prix : 20,00 €
Temps moyen : 25 min
Nombre de joueurs : 3 à 5
Âge conseillé : 10+
Auteur : Vincent Bernet
Éditeur : Funnyfox
Illustrateur : Alain Boyer
Mécanismes : gestion de main, bluff.
Version fournie par l’éditeur.

Planète Funnyfox

Avant la sortie de Royal Secrets, Funnyfox s’est déjà fait un nom dans le milieu du jeu de société. Sur Try aGame, nous avons déjà proposé les chroniques de Monster Rush (jeu de rapidité et observation), de Candy Lab (mignon mais vicieux), Dinner in Paris (référence en tant que jeu familial) et Ceylan que l’on ne présente plus.

On change une nouvelle fois de registre avec Royal Secrets puisque nous découvrons un jeu qui fait la part belle au bluff et à la gestion de main. Difficile de prédire quoique ce soit dans ce jeu imaginé par Vincent Bernet et dessiné une nouvelle fois par Alain Boyer (ayant déjà officié sur Dinner in Paris et Candy Lab).

Royal Secrets, des cartes et du bluff

Le concept est simple qui plus est bien résumé sur la boîte de jeu. Nous incarnons ainsi un espion qui devra faire preuve d’intelligence et de malice pour influer sur les décisions du Royaume. Rien de mieux que d’envoyer ses courtisans se présenter aux audiences du Roi et de la Reine pour tourner les événements à votre avantage.

Sur la table, le matériel se découvre et se met en place rapidement. Le plateau divise parfaitement le côté Roi et le côté Reine pour les audiences, chaque joueur devant choisir un côté à chaque tour (sauf effet indiquant le contraire). Tous les courtisans sont représentés par des cartes, tous les joueurs disposant du même deck en début de partie… ou presque. La grande particularité, c’est la présence des Valets dont la valeur diverge d’un joueur à l’autre. Ces derniers font perdre des points aux adversaires (sauf effet de carte Audience).

Le déroulement d’un tour :

  1. Le premier joueur place d’abord son pion afin de révéler l’Audience à laquelle il assistera lors de ce tour.
  2. Il désigne le joueur suivant à devoir afficher ses plans, à savoir l’Audience choisie. Ce joueur 2 fera de même en plaçant son pion puis en désignant le 3e joueur.
  3. Une fois que tous les pions sont placés sur le plateau de jeu, celui qui a placé en dernier son pion commence la phase 2.
  4. Lors de cette phase 2, le joueur place sa carte Courtisan (ou Valet) face visible ou face cachée (il devra dans tous les cas en avoir 1 face visible et 1 face cachée avant la phase de résolution).
  5. Puis il désigne à nouveau un autre joueur à qui ce sera le tour de jouer…
  6. Une fois que tous les joueurs auront placé 1 carte puis 2 cartes, on résout l’Audience afin de savoir si la valeur des cartes est inférieure, égale ou supérieure à la valeur des cartes Audience positionnées sur le plateau. En clair, on regarde qui remporte l’Audience, gagne des points et glane la carte, ou qui n’a pas été à la hauteur et prend un malus de points.

L’intérêt de jouer des cartes face cachée reste de camoufler ses intentions aux autres joueurs, présents ou pas sur la même Audience que lui. L’autre joueur ne saura pas s’il l’aidera à résoudre l’Audience ou s’il sabordera son jeu. De même, celui qui pose une carte face visible dévoile son jeu. Néanmoins, on ne sait pas s’il affiche son intention de réussir, de remporter la carte ou s’il bluffe. Si une Audience est réussie, les joueurs gagnent les points indiqués sur la carte Audience ET le joueur qui a investi la plus grosse somme s’empare de la carte Audience apportant un bonus d’action souvent déterminant pour la suite.

Si l’Audience est un échec, le ou les joueurs devront perdre des points. Plusieurs choses sont à savoir :

  • Si un joueur se situe seul sur une Audience, il sera alors assisté par le Cardinal dont les cartes sont tirées aléatoirement (allant de -10 à 20). Un joueur n’est donc jamais seul sur une Audience, ce qui pimente les parties et les rend indécises.
  • Les cartes Courtisans affichent un total allant de 0 à 40 de valeur.
  • Une des cartes nous permet de sortir de l’enchère et de laisser donc l’autre joueur se débrouiller seul ainsi qu’éviter un malus de points si échec.
  • La Carte Valet peut apporter une valeur négative et saborder l’autre joueur. Elle apporte aussi un malus de points de victoire pour le joueur se situant de l’autre côté de l’audience.
  • Les Cartes Audience ne peuvent être utilisées qu’une seule fois et impactent directement notre jeu ou celui de l’adversaire.
  • En fin de partie, lorsque l’on compte les points, les cartes Courtisans qui vous restent en main rapportent des points. La carte 20 apporte 2 points, la carte 40 vous fait glaner 4 points… mais dans la limite du possible. C’est-à-dire que les cartes ne peuvent vous apporter qu’un maximum de 6 points en fin de partie, question d’équilibre.

On récompense donc aussi ceux qui n’ont pas investi leurs meilleures cartes pour gagner les enchères et le joueur dispose ainsi de plusieurs moyens de scorer.

Royal Secrets se joue à 3 minimum. Soyez donc sûrs que vous formez plus qu’un duo avant d’acquérir ce titre.

Quant à moi, j’ai pu lancer des parties réunissant 3 et 4 joueurs. Les configurations ne changent pas énormément le cœur du jeu. Cela dit, elles peuvent apporter plus ou moins d’incertitudes autour d’une Audience et plus de concurrence forcément.

Royal Secrets est simple à prendre en main, accessible à tous. Je pense qu’ils auraient même pu le classifier à 8 ans et plus niveau compréhension.

Niveau réflexion, cela demande donc l’art de bluffer et de la déduction, enfin plus de l’instinct. Savoir quelle carte peut être jouée par vos adversaires, connaître leurs intentions. Il est tout de même question à tous les tours de comprendre s’ils vont jouer la gagne ou s’ils vont bluffer et se coucher. Ce n’est jamais chaotique et ça c’est appréciable. Chaque joueur pourra revenir dans la partie s’il chope la bonne carte Audience, s’il joue la carte au moment opportun, s’il bluffe correctement.

Personne ne part plus fort qu’un autre excepté un petit avantage psychologique qui peut naviguer d’un joueur à un autre.

La rejouabilité est infinie, c’est un jeu qui peut se sortir à diverses occasions de par son accessibilité. Enfin les parties ne durent que 25 à 30 minutes. Les tours s’enchaînent rapidement.

Les règles sont assimilées rapidement, la mise en place est rapide (même la construction des coffres !).

Durant notre première partie, tout le monde a compris les mécaniques y compris une enfant de 10 ans. D’ailleurs, elle a gagné la première partie.

On convoite tous activement la première place, c’est convivial, cela se joue à peu de points, on flaire les bons coups.

Les parties sont dynamiques, les tours s’enchaînent. Royal Secrets est bien interactif dans ses racines puisque l’on impacte tous le déroulement d’une manche avec les cartes que l’on joue.

Le fait que l’on désigne aussi le joueur suivant est bien pensé, on oblige certains à dévoiler leurs plans et on s’adapte, soit on y go soit on prépare les crasses !

On réfléchit au fait qu’ils auraient pu rendre des effets de cartes plus interactifs, plus impactant sur le jeu de l’autre mais ça aurait peut-être rendu les parties plus chaotiques et désagréables pour les autres. Donc je pense que Royal Secrets a trouvé son équilibre.

Un franc succès chez notre fille de 10 ans (bientôt 11) et habitué des jeux de société. Elle a gagné la première partie, ce qui l’a forcément enchanté et rendu volontaire pour, je cite, « nous mettre une nouvelle raclée ».

C’est le genre de jeu où l’on part tous avec les mêmes armes, où l’on explique à tout le monde les effets des cartes Audience en jeu et où l’enfant saisit les enjeux du tour en cours. Elle a vite trouvé ses repères. Puis les enfants apprécient la fourberie en général.

Récapitulons : Royal Secrets m’a plu un peu, beaucoup ou à la folie ?
(ou pas du tout…)

Royal Secrets s’affiche comme un bon jeu familial qui allie gracieusement gestion de main, bluff et fourberie. Mieux encore, il se montre accessible à tous les publics et nous invite à des parties indécises dans lesquelles les cartes jouées auront toutes leur importance. On vous conseille donc de participer avec joie et malice aux audiences de la Reine et du Roi.

Ambiance (calme/vivant)
Interaction
Réjouabilité
Appréciation des mécaniques

N’hésitez pas à nous donner votre avis sur ce jeu si vous aussi vous l’avez testé via les commentaires sous l’article. Vous pouvez également venir nous rendre une petite visite sur nos réseaux sociaux : Twitter, Facebook, Instagram, Twitch, Youtube et notre compte curateur Steam.

Retrouvez nos autres tests de jeux de société en cliquant ici.

Vous avez une question sur ce jeu ? N’hésitez pas à poser votre question en commentaire, on se fera un plaisir d’y répondre !

0 0 voter
Évaluation de l'article
Toujours dans la magique potion du jeu vidéo !
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Mot de passe oublié

commodo Sed quis justo libero odio neque. dapibus lectus felis ut