TEST – Les Sims 4 : une arrivée difficile sur consoles

Les Sims 4 débarquent sur PlayStation 4 et Xbox One pour réveiller les addictions de toute la communauté. Néanmoins, il sera difficile de passer à côté de certains défauts d'un jeu qui trouvera bien mieux sa place derrière l'écran d'un PC. Retour sur une expérience de jeu mitigée.

Support de test : Xbox One. Aussi disponible sur PlayStation 4.
A partir d’une version fournie par l’éditeur Electronic Arts.
Prix : 49,99 € sur le PS Store et le Xbox Store.

Les Sims 4 est donc censé poursuivre la tradition des portages sur consoles de la franchise. Personnellement, je me souviens encore des centaines d’heures passées sur PlayStation 2 sur le second opus et ses animaux et Cie. De l’addiction pure et dure pour les jeunes ados mais aussi les enfants et jeunes adultes, ne le cachons pas. On en vient même à se demander pourquoi Electronic Arts n’a pas pensé à porter le jeu sur Switch tant le concept cartonnerait. Mais ici n’est pas la question. Les Sims 4 sur PlayStation 4 et Xbox One est d’ores et déjà disponible et il a dans son sac autant de bonnes que de mauvaises graines. Piochons.

Créer son Sim, tellement de plaisir !

Le concept restera éternellement plaisant dans ses bases. Donner naissance à son premier Sim, jusqu’au moindre détail de son anatomie – enfin n’exagérons pas – jusqu’à ses aspirations qui détermineront donc sa personnalité… Le pied ! Comme sur PC, nous pouvons nous attarder sur chaque recoin, choisir une couleur pour ses yeux, ses cheveux et même sa peau. Créer un martien, c’est possible, un Schtroumpf aussi, un petit diablotin de même. Les tatouages, les accessoires, les vêtements à foison (merci le pack de fêtes de fin d’année intégré au jeu)… rien n’est laissé au hasard dans le quotidien de votre Sim. Il est même possible de lui attribuer des sapes même pour les moments les plus festifs. Ainsi, il se changera automatiquement le moment venu. D’ailleurs, on salue l’initiative du studio de rendre possible l’autonomie complète ou nulle des personnages, ce qui nous délestera d’une partie des responsabilités.

Mieux encore, nous sommes même autorisés à en créer plusieurs dès le départ, constituer une grande famille ou disperser ses Sims dans différentes maisons et quartiers. C’est tout un écosystème qui pourrait être déterminé selon votre bon-vouloir. Des enfants aux personnes les plus âgées, vous choisissez quel Sim intégrer dans votre monde et cela, garde un côté grisant.

Après, ça se complique…

Une fois vos personnages en chair et en os, il faut leur trouver un foyer. Comme d’habitude, vous aurez le choix entre créer une toute nouvelle maison ou simplement venir emménager dans un établissement pré-existant. Plusieurs quartiers sont ainsi proposés et encore plus d’options seront à votre disposition si vous avez acquis la version Deluxe – ce qui n’est pas notre cas – avec la Vie Citadine qui vous donne notamment accès aux appartements. Electronic Arts a décidé de discerner les deux menus principaux, ceux de la construction et ceux de la vie. À savoir que le temps s’arrête dans votre quotidien lorsque votre âme de maçon s’enclenche. Outre cela, c’est à ce moment-là que l’on se rend compte des difficultés qu’éprouve le jeu les Sims 4 à proposer un menu ergonomique. La navigation entre les différents boutons et options manque clairement de fluidité, et cela nuit clairement à l’expérience de jeu. C’est parfois très compliqué de s’y retrouver, d’enchaîner les actions et de garder son calme. Les développeurs n’ont pas du tout adapté la navigation aux spécificités de la manette et on perçoit clairement une production qui se joue avant tout à la souris. L’interface aurait ainsi dû être repensée ainsi que la navigation dans le menu des fonctionnalités.

N’omettons pas non plus le choix d’EA de déplacer ses personnages façon point n’ click. Nous aurions davantage apprécié de bouger avec les joysticks librement, cela aurait été bien plus pratique en termes de prise en main. Au lieu de cela, nous éprouvons quelques difficultés à planifier nos trajets à l’intérieur de la maison, pas insurmontables mais pas non plus optimales pour nos sensations de jeu. Certes, nous disposons de raccourcis pour changer de persos, accélérer le temps ou annuler la dernière action mais cela reste bien insuffisant.

Un écosystème complet mais…

Hormis cela, le concept de la franchise a été conservé pour les Sims 4. Commencer avec un Sim, le faire emménager, chercher un métier, viser la promotion, le socialiser, se faire des amis et des ennemis, flirter, être vilain, faire une grasse mat’ devant la télé ou le pc, peindre ou construire des objets, pêcher ou jouer du piano, tout contribue à faire évoluer votre perso et c’est cela la magie des Sims. Organiser toute une vie en ne négligeant pas les besoins de son Sim. En effet, le simple oubli de douche, de passage aux toilettes, de repas, de divertissement, de sociabilisation voire de sommeil le rendra de mauvaise humeur sinon mal à l’aise. Et parfois même ce n’est pas suffisant. C’est qu’il sera souvent insatisfait votre Sim, une simple douche ne participera pas à son épanouissement, il sera bien plus heureux en se plongeant dans son bain de mousse. ¨De plus, si votre Environnement manque de couleurs, de tableaux ou d’équipements, il vous le fera savoir.

Ce qui est plus admirable, cela reste la cohérence du monde proposé par les Sims. Tout est relié, tout a été imaginé par les créateurs du jeu. Si vous souhaitez une promotion, il faudra travailler certaines aptitudes, par des interactions avec des autres personnes ou en lisant des livres. Il nous est même assigné certaines tâches et une jauge pour vous situer dans votre situation au travail. À un moment de votre carrière, vous aurez le choix entre deux perspectives de carrière. Dans mon cas, Byzanthine pouvait se diriger vers le chant ou la comédie, chacun nécessitant des objets spécifiques et des aspirations différentes, débouchant aussi sur un salaire et des horaires bien précis. Une mécanique plutôt bien pensée et qui reste toujours aussi prenante. On s’immerge rapidement dans la vie de son Sim, à vouloir son bonheur, à désirer une promotion, à s’amuser à être vilain ou à sympathiser avec plusieurs habitants.

Encore plus bluffant, votre Sim pourra maigrir et surtout grossir s’il manque d’activité et qu’il se nourrit un peu abusivement. Et ce n’est pas pour rien qu’il existe un trophée « atteindre le maximum et le minimum de poids avec votre Sim ». Pour gérer votre courbe et l’épanouissement de votre Sim, il est possible de courir et s’entraîner à la salle, de visiter des musées, de sortir dans des bars et en boîte. Tous nécessiteront donc de se déplacer, ce qui provoquera un temps de chargement conséquent afin de vous téléporter dans un autre endroit. À partir de là, il vous est offert de multiples options et interactions avec les objets environnants, de socialiser avec les serveurs que vous pourrez inviter chez vous par la suite.

Un zest de challenge !

On regrettera néanmoins les nombreux bugs et crashs que nous avons subis au cours de notre partie. Les plus frustrants restent les bugs de sauvegarde. Parfois, notre save n’a simplement pas été pris en compte et vous pouvez imaginer la frustration qui en a découlé de devoir tout reprendre. Nous avons été autant embêtés de voir le jeu s’arrêter à cause d’un crash dont les raisons restent inexpliquées. Ainsi, nous prendrons la précaution de sauvegarder sur différents slots et à multiples reprises pour ne pas répéter tous ces désagréments. Nous déplorons aussi quelques incohérences dans les animations et dans les Sims 4 simplement. Par exemple, il nous est arrivé de passer entre les murs, que les Sims refusent de faire certaines actions en faveur d’autres que nous ne leur avons pas demandées. Pire encore, un feu s’est propagé dans la cuisine et nous n’avons pas eu l’opportunité d’éteindre le feu, l’alarme n’a même pas fait venir les pompiers, nous étions simplement impuissants devant un petit feu qui se répandait sur chaque bloc. Le couple a été évacué à l’extérieur et il était impossible d’effectuer la moindre action… Incompréhensible.

Electronic Arts a pensé à nous sortir de notre monotonie en implémentant quelques enjeux supplémentaires lors de notre progression. Ainsi, quelques défis accompagnent les moments cruciaux de la vie des Sims. D’ailleurs, si vous invitez un(e) Sim à un rencard, certaines actions seront à réussir pour que ce soit un succès. Plusieurs actions et une limite dans le temps mais rien de trop difficile. Néanmoins, la mécanique est répétée pour d’autres événements, dans les Sims 4, comme votre mariage durant lequel vous pourrez engager un traiteur, un mixologue et un musicien en plus des deux personnes requises. La bonne nouvelle durant ce mariage, c’est qu’il ne faudra dépenser votre argent que pour le personnel (250 simflouz par professionnel), tout ce qui est mobilier vous sera offert. On pouvait ainsi célébrer dignement le plus beau jour de notre vie.

 

Au final, les Sims 4 sur consoles n’a pas bénéficié d’un portage ergonomique, à savoir une navigation propre et claire entre les menus et les options. Cela reste un jeu sur PC qu’on a transposé sur PS4 et Xbox One en oubliant d’adapter le gameplay qui est clairement très compliqué à prendre en main sans une souris. Entre cela et quelques crashs ou bugs, la frustration devrait être au rendez-vous pour bon nombre de joueurs. Hormis cela, le concept des Sims reste prenant, nous donne envie d’outrepasser ces difficultés pour suivre l’évolution de ses personnages. Mais à ce prix-là, autant rester sur PC.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someone

Points forts

  • Le concept même des Sims
  • Créer ses Sims
  • L'écosystème du jeu
  • Les petits challenges des moments cruciaux

Points faibles

  • Difficile à jouer au pad
  • Des crashs et des bugs ici et là
  • Des temps de chargement trop longs
  • Quelques désobéissances du Sim
6

Fair

Mot de passe oublié

03616d311463720278383be9ca139379ZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZ