[Bar à Jeux] Vivarium

vivarium

Frédéric Vuagnat s’est associé avec Studio H pour la sortie de Vivarium, un jeu de collection aux graphismes chatoyants.

Prix : 21,90 €
Temps moyen : 40 min
Nombre de joueurs : 2 à 4
Âge conseillé : 10+
Auteur : Frédéric Vuagnat
Éditeur : Studio H
Illustrateur : Satoshi Matsuraa
Mécanismes : collection, objectifs, choix de cartes sur rivière.
Version fournie par l’éditeur, originellement destinée à Arnyanka, relectrice et correctrice, digne représentante de Try aGame dans le domaine du jeu de société.

Chez Studio H…

Studio H a su se faire une place dans l’industrie du jeu de société, notamment depuis les succès d’Oriflamme, Suspects et Oltréé. Dernièrement, on a pu découvrir chez eux des titres tels que Northgard et Vaalbara.

Pour Vivarium, ils ont donc travaillé avec Frédéric Vuagnat, un auteur qui s’est fait remarquer avec Master Fox et la Course des Loutres. On retrouve, pour les illustrations, Satoshi Matsuura qui a participé à l’élaboration de Almost Innocent prévu pour 2023.

Vivarium, c’est quoi le concept ?

Dans Vivarium, les joueurs devront recenser des espèces découvertes sur un nouveau continent à l’aube du XXe siècle. Le thème est bien présent, mais sans non plus transcender l’expérience de jeu. Il se mêle facilement aux mécaniques du jeu. Forcément, s’il est question de recenser, il est aisé de se diriger vers un jeu de cartes pour réunir différents types de créatures. La rivière de cartes est représentée sous forme de tableau avec des coordonnées en abscisse et ordonnée, auxquelles l’assemblage de dominos renvoie, par exemple, 4;2 me permet de prendre un dragon. Ces coordonnées nous dirigeront donc sur la position d’espèces à recenser, ou d’équipements et objectifs. Sur ce point, ça en est même ingénieux.

En matière de mécaniques, c’est donc un jeu de collection qui nous est proposé. La particularité, ce sont forcément ces dominos qui nous dicteront quelles sont nos possibilités de récolte. Nos contrats (ici des objectifs) étant visibles pour tous (sauf lors de la mise en place !), le jeu embarque une dose d’interaction agréable sans être trop contraignante. Clairement, on s’inscrit dans la catégorie familiale, vous pouvez donc sortir Vivarium à une table où sont réunis petits (c’est un 10+, mais un joueur plus jeune et initié n’aura aucun souci à le comprendre) et grands, habitués et joueurs plus occasionnels.

Voyons ça de plus près…

Dans Vivarium, chaque joueur reçoit deux contrats qu’il gardera secrets. Parmi les contrats, on peut retrouver ceux qui font gagner des points  par type ou couleur d’une créature, par lots, par paires ou encore selon les équipements… Bref, ce qu’on retient, c’est que ce sont les seules cartes qui resteront camouflées durant le jeu. Toutes celles que vous choisirez ensuite (créatures, contrats, équipements) seront face visible, ce qui permettra aux autres joueurs de vous surveiller, de choisir ses propres collectes en fonction de leurs contrats, mais aussi en fonction des vôtres. Il est important de le préciser, car il nous a fallu contourner cet oubli dans le livret de règles et demander confirmation à l’auteur. On ne doit donc pas secrètement faire sa salade de points à l’abri des regards.

Ensuite, le plateau est disposé en 4×4 cartes, dont deux rangées de créatures, une rangée d’équipements et une rangée de contrats. Vous n’êtes pas libre dans vos choix. Il est nécessaire d’assembler deux dominos pour créer une combinaison de coordonnées. Par exemple, quand vous collez un domino avec un autre, si c’est un 3 et un 1 qui sont assemblés, vous pourrez alors récolter en (3;1) ou en (1;3), prenez comme repères les abscisses et ordonnées. Ou si vous préférez le Touché-Coulé.

Sachant que l’on démarre notre tour avec deux dominos et que l’on doit en échanger un avec celui du milieu, on laisse donc au prochain joueur le domino délaissé. Ce qui fait que l’on doit constamment surveiller ce qui nous est proposé sur les rivières. Le double enjeu demeure entre le choix de jouer pour soi et celui de jouer aussi contre le joueur suivant. Plus la partie avance, plus l’on voit quels éléments sont nécessaires pour réduire le scoring de l’adversaire, ce qui fait augmenter la valeur de chacun de nos choix. De ce point de vue là, les mécaniques sont réussies.

On retrouve également un peu de majorités, puisqu’à chaque manche (sauf la première), le joueur qui aura récupéré le plus de créatures demandées obtiendra des points supplémentaires. Cela permet également de gagner des gemmes à chaque fois que ces créatures sont récupérées. Ceci est aussi valable pour les équipements et contrats.

Le jeu est léger, mais la tension est présente sans être écrasante ni frustrante pour les joueurs. On aura tendance à choisir pour soi, mais à regarder aussi ce dont l’autre joueur a besoin pour l’enquiquiner un petit peu ou s’assurer la majorité. Les dominos deviennent ainsi intéressants à manipuler et créent de l’interaction naturellement. Cela dit, ce n’est pas un jeu où l’on devient méchant forcément. On nous invite tout de même moins à casser le jeu des autres qu’à Lost Seas, par exemple. Si jamais, on n’arrive pas à créer les coordonnées idéales, on peut toujours dépenser des gemmes afin de rectifier le tir, elles sont assez faciles à obtenir.

Récapitulons : Vivarium m’a plu un peu, beaucoup ou à la folie ?
(ou pas du tout…)

Vivarium est un bon jeu familial qui saura plaire à tous les publics. Ses mécaniques de collection sont faciles à prendre en main, ses illustrations manifestent une originalité certaine et nul doute que vous l’avez facilement repéré en boutique. Certes, on peut tenter d’embêter les autres joueurs par nos choix, mais ils garderont toujours plusieurs options à leur tour, limitant ainsi le niveau de frustration ressenti. En résumé, Vivarium est un jeu accessible, réussi dans ses mécaniques et plaisant à jouer.

N’hésitez pas à nous donner votre avis sur ce jeu si vous aussi vous l’avez testé via les commentaires sous l’article. Vous pouvez également venir nous rendre une petite visite sur nos réseaux sociaux : Twitter, Facebook, Instagram, Twitch, Youtube et notre compte curateur Steam.

Retrouvez nos autres tests de jeux de société en cliquant ici.

Vous avez une question sur ce jeu ? N’hésitez pas à poser votre question en commentaire, on se fera un plaisir d’y répondre !

0 0 votes
Évaluation de l'article
Toujours dans la magique potion du jeu vidéo !
S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Frederic V.
Frederic V.
18 heures il y a

Merci pour la review !

Mot de passe oublié