[Critique] March Comes In Like A Lion : l’ode à la vie de Chica Umino (tome 15)

march comes in like a lion umino chica kana tome 15

Entre acceptation de soi et peur de l’inconnu, c’est un tome 15 déchirant que Chica Umino et les Editions Kana nous livrent en cette année 2020.

Nous avions annoncé l’arrêt de notre série de critiques au sujet de March Comes In Like A Lion suite à un rythme de parution désormais plus espacé en France, mais nous y revoilà finalement avec la sortie du tome 15. Impossible de se séparer d’une telle œuvre quand on y a plongé aussi profondément, et c’est pour cette raison que nous souhaitons continuer à vous parler d’elle.

• Type d’ouvrage : manga de type « tranche de vie »
• Thèmes principaux abordés : shōgi, vicissitudes de la vie, famille, sujets de société
• Public(s) : adolescents, adultes
• Maison d’édition : Kana (collection Big Kana)
• Auteurs : Chica Umino (traduction française par Misato Raillard)
• Mentions utiles : ouvrages mis à disposition par les Éditions Kana pour cette série d’articles (non-sponsorisés)
Liens vers chaque article de cette série de critiques : partie 1 (tomes 1 à 5) / partie 2 (tomes 6 à 8) / partie 3 (tomes 9 à 11) / partie 4 (tomes 12 à 14)

En espérant qu’un jour, on puisse se retrouver…

Rapprochement entre Rei et Hinata, nouveau focus sur un joueur de shōgi, découverte de la vie privée et de la renaissance de Tanaka-7ème dan, mais pas que : au-delà des histoires, ce tome 15 de March Comes In Like A Lion en profite également pour glisser une discrète rétrospective de l’évolution du protagoniste. A travers ses derniers contacts humains (les duels et l’après match échangés avec M. Tanaka, la suite et la fin du festival avec Hinata, énième repas avec son ex-enseignant, etc.), Rei commence enfin à mettre des mots et des images sur son long parcours vers le bonheur. Et petit, le jeune homme accepte les difficultés pour mieux se tourner vers son avenir et vers l’observation des autres personnes qui l’entourent.

Si les tomes précédents avaient déjà confirmé la maturité de Rei, ce tome 15 amorce réellement son entrée à l’âge adulte. Cette « zone d’ombre » que le jeune homme observe de plus en plus rapidement au shōgi semble être une manière pour l’autrice de préparer son jeune héros à l’acceptation de l’inconnu, et donc, de l’avenir qu’il se refusait d’imaginer jusqu’à présent.

…au pied du pont arc-en-ciel

C’est d’ailleurs cette progression vers le statut d’adulte (autant mentalement que légalement), ajouté à cette prise de conscience que tout ne peut être contrôlé dans la vie, qui nous fait penser que March Comes In Like A Lion approche doucement de son dénouement. Chica Umino signe ici un tome tout en douceur et accompagné de flashbacks bien choisis qui ne manquera pas de faire fondre les lectrices et les lecteurs. On ne regrette que le passage – moyennement intéressant – centré sur l’apprenti de M. Tanaka, que l’on a vite tendance à survoler pour mieux en revenir à l’introspection de Rei.

Un tome qui nous aura également déchiré le cœur en lisant l’annexe habituelle de Chica Umino, ce petit encart de fin où l’autrice nous raconte diverses anecdotes sur sa vie tout en se livrant de manière personnelle auprès de ses lectrices et lecteurs. Dans ce tome 15, c’est ainsi avec tristesse que l’on apprend le décès de son père mais aussi celui de Bun-chan, son compagnon félin qui accompagnait Chica Umino depuis la fin du tome 1 et qui ne manquait pas d’apparaître régulièrement dans ces annexes ou sur les replis de couverture au point de faire partie intégrante de l’identité du manga.

De la France au Japon, bien que les distances sont grandes, nous tenions à adresser à Chica Umino toutes nos plus tendres pensées.

Chica Umino signe ici un tome 15 déchirant, autant pour l’histoire de Rei que celle de l’autrice en elle-même que l’on a pris l’habitude de suivre en annexe depuis 15 tomes (l’équivalent, tout de même, de 13 années pour les fans de la première heure). Depuis le début de notre série de critiques, la passion qui nous anime au sujet de March Comes In Like A Lion n’a jamais faibli pour la simple et bonne raison que le manga de Chica Umino possède une âme. Une âme palpable, une âme si rayonnante, si puissante, qu’elle ébranle tout ce qu’elle touche. March Comes In Like A Lion est un chef d’œuvre qui devrait, selon nous, équiper chaque CDI, chaque bibliothèque et chaque médiathèque tant les sujets abordés sont toujours pertinents et traités avec délicatesse.

 

Vous pouvez réagir à cet article avec un commentaire ou sur les réseaux sociaux via Facebook / Twitter / Instagram, et vous abonner à notre compte curateur Steam afin de retrouver nos tests PC. Pour suivre nos inénarrables péripéties en direct ou en différé, sachez que nous sommes aussi sur Twitch !

N’hésitez pas non plus à aller vous promener sur notre site, pour y découvrir nos nos tests de jeux et autres dossiers, ainsi que divers avis au sujet de films ou de séries, ainsi que des guides et astuces pour vos jeux favoris. Et ce n’est pas fini : nous testons aussi des jeux de plateau !

0 0 voter
Évaluation de l'article
Co-fondateur de Try aGame, pinailleur en chef, amateur de belles histoires et fier papa de cette espiègle petite manette qui squatte chaque page du site.
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Mot de passe oublié

porta. quis, ut dolor luctus et, Praesent at facilisis