Days Gone : la première heure de gameplay m’a ennuyé [AVIS]

days gone

Sony a donné les clés de Days Gone à Game Informer et c’est la première heure du titre qu’il en résulte en vidéo. L’univers du jeu a-t’il de quoi convaincre dans un genre si visité ?

Days Gone a tiré ses premières cartouches et c’est Game Informer qui a servi de support. A titre personnel, je reste assez sceptique sur l’expérience que nous proposera le titre de SIE Bend Studio. Si leur objectif est de proposer un jeu qui relève du jamais vu, cela restera assez difficile. Après le visionnage de la première heure de gameplay, j’ai éprouvé un ressenti plus que mitigé. Avant de détailler celui-ci, je vais commencer par partager avec vous cette fameuse session de jeu.

Le mort-vivant a toujours fasciné l’Homme et il n’est alors pas surprenant de le voir exploité de toutes parts. Entre les séries (The Walking Dead, iZombie et j’en passe) et les jeux vidéo, le genre a été exploité et surexploité au point de voir la lassitude s’emparer de nombreux joueurs. Pourtant, les créateurs de l’industrie restent massivement convaincus qu’un jeu de zombie trouvera toujours son public. Et difficile de les contredire car le genre réunit toujours les joueurs, en témoignent les succès de licences telles que State of Decay, des Telltate TWD, Resident Evil et The Last of Us, chacune excellant dans leur direction artistique. Néanmoins, l’abondance des projets – la preuve ici – est telle qu’il reste difficile de se démarquer et de proposer une expérience originale qui apporterait un nouveau souffle un genre.

Ainsi, lorsque Sony a révélé Days Gone, la vidéo ne m’a simplement pas emballé. J’y ai aperçu des zombies par milliers et il faut dire que ce n’était pas la première fois que j’assistais à une scène pareille, aucun frisson ne m’a donc hérissé le poil. Le héros se balade en moto (pourquoi pas), il découvre un campement, se retrouve nez à nez avec les créatures surnaturelles et une centaine de zombies l’entoure puis le pourchasse, du classique en somme. Ce qui demeurait plaisant, c’était la profondeur du lieu. Le personnage principal ne fuit pas seulement ses poursuivants, il les élimine par dizaines et ils viennent de partout. La séquence se rallonge et cette longueur devrait entretenir un bon petit stress pour le joueur et un rythme bien cadencé. Cela dit, ce genre de scène, on l’a également vécu.

Cette fois-ci, nous avons donc cette séquence d’une heure de gameplay par Game Informer et j’étais bien curieux de voir ce qu’il nous réservait dans son rythme lent et dans son exploration. D’un côté, j’ai été bien servi mais de l’autre… Le monde ouvert de Days Gone semble intéressant et plutôt immense mais reste à connaître comment ils vont lui donner vie avec des morts-vivants et d’autres survivants, comment ils vont rythmer le voyage avec un scénario. L’exclusivité Sony paraît tout de même scriptée sur diverses séquences et j’espère grandement qu’un sentiment de liberté se dégage dans l’exploration, qu’on puisse mettre de côté l’histoire pour simplement découvrir la carte et ses dangers seul.

Hormis les déplacements des zombies que j’ai apprécié, je n’ai rien vu d’extraordinaire, je me suis même ennuyé à regarder cette vidéo, ces deux protagonistes en moto, leur progression, leurs affrontements avec les morts-vivants, cette séquence à l’arbalète, cette IA dégueulasse. On se réconfortera avec l’idée que ce n’était que Days Gone ne présentait que sa version alpha et qu’il ne demande qu’à être perfectionné mais dans sa direction artistique, dans son identité, comment le démarquer des autres ? Comment égaler la gestion pointue d’un State of Decay, l’écriture d’un The Last of Us, la survie d’un Dying Light, le gameplay d’un Left 4 Dead ? Comment se sortir du piège d’une production destinée simplement à être mainstream et juste faire son année et figurer parmi le catalogue Sony sans trop d’ambition… Comment marquer cette génération de joueurs en proposant une expérience enrichissante ?

Je suis sceptique mais je suis prêt à lui donner une chance à ce Days Gone. Après tout, pourquoi toujours comparer ? Pourquoi simplement ne pas prendre Days Gone pour ce qu’il est et stopper les comparaisons qui risquent de biaiser notre appréciation du soft. Le genre zombie veut cela, sa surexploitation nous a lassé tant il s’est joué de nous pour ne proposer que rarement de nouvelles expériences. J’attendrai donc d’en savoir plus, j’irai volontiers découvrir les caractéristiques du titre avec ses présentations, les aperçus de la presse ou les streams de quelques vidéastes pour me laisse convaincre… ou non. Ce qui est certain, c’est que Days Gone ne figure pas encore dans ma grande liste des priorités.

Toujours dans la magique potion du jeu vidéo !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

Mot de passe oublié

Nullam quis, ut commodo mattis ut porta. in felis