[Bar à Jeux] Pillards de Scythie

pillards de scythie

Les frères Phillips reviennent avec Pillards de Scythie, s’inscrivant dans la même veine que les Pillards de la mer du Nord mais munis de particularités qui rendent l’expérience de jeu somme toute agréable.

Prix : 40,50€ chez Philibert.
Temps moyen : 1 à 2h
Nombre de joueurs : 1 à 4
Âge conseillé : 12+
Auteur : Shems Phillips
Editeur : Pixie Games
Illustrateur : Sam Phillips
Mécanismes : pose d’ouvriers, cartes, gestion de ressources.
Version fournie par le distributeur Pixie Games.

Planète Pixie Games 

Ce n’est pas la première fois que Pixie Games collabore avec Garphill Games, maison d’édition de Shem Philips et Sam Philips. Vous connaissez probablement Architectes du Royaume de l’Ouest, Vicomtes du Royaume de l’Ouest et d’autres titres dans ce même univers. D’ailleurs, Pillards de Scythie fera logiquement écho à Pillards de la Mer du Nord dont il reprend les fondations pour les installer ailleurs… On détaillera d’ailleurs tout au long de notre chronique ce qui sépare les deux titres et ce qui les réunit. Pour l’anecdote, on retrouvera aussi dans quelques semaines Charpentiers de la Mer du Nord en boutiques.

Et pour ratisser plus large, nous avons déjà chroniqué des jeux de société distribués par Pixie Games. Nous pouvons évoquer Pax Pamir et Tekhenu (merci Arnyanka), Escape Tales : The Awakening et Peaky Blinders (merci Redho), Tawantinsuyu, BattleLine Médiéval, Pigeon Pigeon voire le très sous-côté Les Voleurs d’Amarynth. Quant à Shem Philips, on l’avait aussi connu pour Noctiluca chroniqué à cette page par Plumesdanges.

Pillards de Scythie, raconte-moi ton histoire

Rendez-vous en terre inconnue. Enfin, pas pour tous. D’ailleurs on ne prend pas trop le risque de situer temporellement ces Pillards de Scythie. On nous envoie « il y a plusieurs siècles » piller des colonies Grecques, Perses, Cimmériennes et des Assyriennes. Hommes et Femmes scythes civilisés (car ils mettent l’accent dessus dans le synopsis) sont ainsi venues s’attaquer aux terres fertiles des plus grands royaumes.

Alors, comment ça se traduit sur le plateau ? D’une bien belle manière.

Préparation et gestion

Ceux qui ont apprécié Pillards de la Mer du Nord ne seront pas dépaysés. Le principe est similaire puisque l’on nous propose de Travailler (sur de multiples coins du village) ou de Piller (divers lieux et régions). Mais avant de penser à se mettre en action, on nous donne quelques rituels à respecter.

Après 10 minutes à mettre en place le grand plateau, à disposer les ressources et les cartes, chaque joueur devra disposer de 3 pièces d’Argent (qualité toujours au rdv) puis de son jeton Provision, il prendra en main son Plateau Joueur sur lequel il placera son duo de cartes Héros x Pillard tout juste choisi. Ensuite, chaque joueur constituera sa main de 5 cartes Pillard avec le devoir d’en défausser 2 avant de commencer la partie.

Et je veux bien insister sur ce plateau Joueur qui représente un grand changement avec une évolution ô combien importante.

La gestion des Pillards renouvelée

En intégrant ce véritable (et utile) plateau Joueur à ses mécaniques, Pillards de Scythie intègre une gestion plus approfondie de sa main et donc des Pillards. Cela se caractérise avec l’arrivée des Aigles et des Chevaux ainsi que la carte Héros se situant toujours à l’extrémité gauche du plateau Joueur.

Ainsi :

  • En plus de ses Pillards habituels, on gagne un Héros à l’effet permanent (et à la santé intouchable). On active son effet en se rendant au Centre du Village. Chacun des héros étant caractérisé par sa compétence spéciale, il sera bien malin de lire attentivement chaque duo de cartes lorsque l’heure est au choix. Y consacrer son action peut s’avérer primordial dans vos stratégies futures.
  • Chaque pillard peut être équipé d’un aigle et/ou d’un cheval. C’est aussi une Action à investir mais cette fois-ci dans les Ecuries. Mais c’est une action qui peut se montrer très rentable. En investissant 2 Pièces, on gagne alors 1 aigle qui se trouvait face visible. Pour quel intérêt ? Optimiser sa Cohorte. Différents effets de carte permettent alors de réaliser une action précise (Centre du Village) indiquée sur le côté droit de la carte, de doubler la capacité de la carte (précisée sur le côté gauche de la carte Pillard) ou de s’ajouter des points de force et ce de façon permanente. L’aigle ne bouge effectivement jamais de son emplacement, hormis si on le remplace par un autre, comme un Pillard en soi. Quant au cheval, l’utilisation est classique puisqu’il donne des PV en fin de partie ou des points de force.

L’ajout de ce plateau avec Héros, aigles et chevaux nous fait vraiment entrer dans une dimension stratégique différente. Il n’est plus question de sacrifier des Pillards pour marquer des points, il est question de les gérer au mieux, d’accentuer leurs compétences et de les remplacer dans le bon timing. Par exemple, certains Pillards boostent des récompenses dans la première région. Il est donc utile de les jouer dans le premier tiers de partie puis de les remplacer… La gestion de la Cohorte devient alors importante et peut s’avérer décisive dans le scoring ou la gestion de ressources elle-même (d’autres apportent des pièces d’argent lors de pillages).

Et sinon la mécanique d’actions ?

  • On ne change pas une équipe qui gagne. Une nouvelle fois, vous disposerez de deux actions principales par tour, lorsque vous placez 1 meeple et quand vous en reprenez un autre, tous situés sur des emplacements spécifiques. On repart donc avec des contraintes puisque toutes les actions ne sont pas disponibles, que l’on aimerait faire telle action avant une autre et ce n’est pas toujours possible. Sans oublier le fait que la plupart de ces actions engendrent un coût. Cela demande de la triple anticipation mais un plaisir énorme de jeu. Tout est fluide, simple à comprendre, facile à réaliser. On prend aisément compte des enjeux, du déroulement d’une partie et on n’est pas noyé par une masse d’informations ni de facteurs de score.
  • En résumé, dans le Village Scythe, on a le choix entre les Ecuries (recruter un Animal), les Baraquements (recruter un Pillard ou troquer 1 jeton Koumis contre 2 blessures à enlever), l’Atelier d’Orfèvre (gagner 2 à 3 pièces), la Ferme (récolter des Provisions ou un Chariot), la Tente du Chef (Troquer 1 Bétail contre 2 Provisions et 1 Koumis OU compléter 1 quête), le Centre du Village (Place du Village sur certaines cartes… utilisé pour jouer 1 carte Pillard de sa main, utiliser 1 capacité de Héros ou d’un de ses Aigles), la Tente de Rassemblement (piocher 2 cartes Pillard ou 1 et gagner 2 jetons Koumis) et le Marché (défausser 1 carte Pillard pour gagner 2 pièces ou en défausser 2 pour gagner 1 chariot ou 1 équipement).

Nous sommes des Pillards, on pille comment ?

Dans Pillards de Scythie, soit on Travaille soit on Pille. Travailler, c’est donc placer un pion sur une des actions à réaliser au village puis en faire une seconde… Piller c’est consacrer son tour à cette seule action et récupérer le pion qui se situait sur le lieu pillé. Par contre, l’action réclame certains prérequis :

  • Les Provisions. Chaque pillage demande un nombre de provisions indiqué sur le plateau (entre 2 et 4 en général). Il faut les dépenser. Par conséquent, il faut renouveler continuellement son stock (actions du village, effets de cartes…).
  • Les chariots (ressource marron). On nous demande donc des provisions et des chariots, ça s’inscrit dans la logique du pillage. Et ces chariots seront donc convoités. Si on les obtient à travers des actions du plateau du village, on peut également les obtenir grâce aux pillages. Il sera parfois plus avisé de piller un lieu sur lequel sont apposés ces fameux chariots. Cela peut cacher une stratégie intéressante mais qui peut amener un déséquilibre et un ralentissement si vous enchaînez trop vite les pillages, entraînant parfois des blessures (mais on en reparlera).
  • L’Ouvrier (le pion en forme de bonhomme) précisément demandé (une nouvelle fois parfaitement indiqué sur le plateau). D’où l’importance de prendre des jetons en particulier. On démarre avec une majorité d’Ouvriers bleus puis les gris viennent s’inviter pour ensuite se mélanger aussi avec les rouges. Il est intéressant de savoir que selon les Ouvriers utilisés, les lieux que vous pillez et les effets des Pillards recrutés, vous êtes en mesure de bonifier les récompenses ou la force de vos troupes. Par exemple, il m’est arrivé d’avoir 2 Pillards dont les effets étaient connectés à la Perse, un autre qui ajoutait en Force si je pillais avec un Ouvrier gris. Gros bonus en perspective lors de tous mes pillages perses ! Encore mieux si j’avais le fameux aigle qui apportait x2 aux effets évoqués…
  • Un nombre minimum de Pillards dans sa cohorte. En général,, il sera réclamé un certain nombre de cartes Pillard sur votre plateau personnel. Histoire d’encadrer tout cela. Pensez donc à recruter dans les baraquements avant de vous lancer dans les pillages. Dans tous les cas, cela vous favorise, ce n’est pas une réelle contrainte en soi.

Processus :

Lorsque l’on décide de Piller, il suffit donc de placer son Ouvrier (de la couleur indiquée, on le rappelle) à l’emplacement dédié. Ce faisant, il abandonne ainsi son Ouvrier jusque la fin de la partie, il reprendra celui qui garde le lieu.

Il lance ensuite les dés qui détermineront sa force totale mais aussi les blessures subies. S’il n’existe plus de système de Valkyrie, on adopte à la place une mécanique de blessures qui réduiront la Force de vos futurs raids (comprendre pas celui en cours). Chaque joueur peut préalablement dépenser des jetons Koumis pour augmenter sa force de 1 par Koumis (à réaliser avant le lancer de dés).

Chaque lieu apporte des récompenses différentes si le pillage est un succès. Les différents seuils de réussite sont indiqués sur le plateau. Votre force totale est la combinaison de la force de vos Pillards et Animaux mis en jeu sur votre plateau + la valeur des dés. Après le lancer de dés, vous comptez donc la valeur totale et vous analysez quelle récompense vous glanez et le nombre de Points de Victoire qui vont avec.

Les pillages ne servent qu’à remporter des points de victoire. Plus vous descendez sur le plateau (il existe différentes régions), plus les récompenses sont élevées. Elles apportent un avantage décisif. Pensez également à recruter les bons Pillards. Certains peuvent maximiser les points de victoire remportés (doubler le total par exemple), d’autres rapporter des pièces et d’autres éviter des blessures.

Hormis le lancer de dés, rien n’est soumis au hasard. Mais cette gestion des Pillards permet de maîtriser cette dose de hasard (avec les effets et compétences des Pillards + Chevaux et Aigles) même si l’on peut compter dessus lorsque l’on veut tenter les plus grands pillages.

Finalité :

On récupère donc l’Ouvrier qui se trouvait sur le lieu pillé. On s’accapare également des ressources posées sur la tuile du lieu. La nature de ces ressources peut se montrer plus ou moins intéressante selon vos besoins. Important, chaque jeton Or rapporte 2 points en fin de partie. MAIS si vous souhaitez piller une colonie (1 colonie = 2 pillages possibles) où se trouve de l’or, vous devrez aussi lancer un dé jaune (ou deux si les 2 emplacements contiennent de l’or !) sur lequel se trouve une majorité de blessures. Ce qui peut se montrer pénalisant mais cela apporte un petit équilibre.

Enfin, on retourne la tuile placée sur le lieu. Celle-ci cache des Quêtes face cachée (nouvelle différence avec Pillards de la Mer du Nord où les Offrandes étaient bien visibles). Comment les remplir ? En se rendant dans la Tente du Chef au village ET en remplissant les conditions. Livrer du bétail (ressource noire) et de l’équipement (ressource grise), sacrifier 1 or et du chariot (ressource marron) ou détruire des Pillards de votre main. Les ressources rapportent des points s’il vous en reste en fin de partie mais ils en rapportent encore plus en remplissant les objectifs indiqués sur les tuiles Quête !

Les blessures :

Le système est simple. Les blessures sont représentées par des gouttes sur les dés. Lorsque vous consacrez vos actions à un Pillage, vous lancez les dés. Si la face des dés affiche le symbole de la goutte, vous subissez donc une blessure par goutte. Vous devez ainsi poser ces blessures (jeton rouge) sur les pillards de vos choix. Chaque blessure diminue la force du pillard de 1. Lorsqu’il y a plus de blessures que de force pour chaque pillard (c’est un rapport individuel), le pillard meurt et est défaussé.

Cela peut être un choix de laisser un Pillard mourir tout comme ça en est un de poser une blessure sur lui. Certains Pillards permettent de récolter 1 pièce par blessure placée dessus.

Il existe un lieu, les baraquements, permettant de soigner les blessures, deux par deux contre un jeton Koumis. Ou certains effets de cartes ! La gestion de votre main et de vos Pillards en est alors accentuée.

Clap de fin

Pillards de Scythie accueille plusieurs colonies telles que la Cimmérie, l’Assyrie, la Perse et la Grèce. Plus on dépasse la Cimmérie, plus cela demande de la force.

Chacune d’entre elles (sauf la Grèce) comporte des tuiles Quête (là où se trouvent ce que j’appelle les Objectifs). On rappelle que vous retournez une tuile Quête lorsque vous réalisez un Pillage.

La partie se termine lorsqu’il ne reste plus que 2 Colonies à piller ou si on ne trouve plus que 2 tuiles Quête sur le plateau. Si on avance continuellement sur la piste du Score en cours de partie, on gagne encore de nouveaux points après que le dernier tour soit joué.

En fin de partie, on marque des points :

  • Avec nos animaux. Il se peut qu’un sigle en fond bleu affiche un chiffre, il renvoie aux gains de points de victoire en fin de partie. Compilez le tout et avancez sur la Piste du score. Pour le coup, en plus de bonifier votre Cohorte en cours de partie, il se peut que ces animaux vous fassent gagner des points en fin de partie.
  • La Cohorte. Vos Pillards peuvent bénéficier d’effets offrant des PV en fin de partie. De souvenir, il en existe un qui rapporte des points selon le nombre d’aigles que vous possédez sur votre plateau Joueur.
  • Les tuiles Quêtes. En remplissant les objectifs, vous gagnez de 2 à 7 points. Cela peut clairement représente un facteur décisif qu’il ne faut donc pas négliger.
  • Le Butin. Vous gagnez donc 2 points par Or qui vous reste en Réserve, 1 point par équipement, chariot et paire de jetons bétail. Tout est indiqué sur le plateau Joueur, pratique !

Je n’ai finalement joué à Pillards de Scythie qu’à 2 joueurs. Je ne pense pas que cela change le cœur du jeu de s’y lancer à plus. Certes il doit y avoir plus de tension car nous serions davantage à convoiter les zones de pillage mais on rajoute un emplacement à chaque lieu.

Quoiqu’il en soit, à 2 joueurs, il s’apprécie grandement.

Je suis partagé quant à l’esthétique du plateau et nous avons des sensibilités différentes avec Arnyanka. Si j’apprécie le chara-design des Pillards, les différentes ressources et la conception des pièces d’Argent, je ne porte pas spécialement en haute estime le découpage du plateau. Je comprends l’idée de différencier chaque région pour ne pas les confondre mais j’aurais préféré que ces colonies forment un tout avec plus d’osmose.

De son côté, ma partenaire de jeu apprécie le style et la disposition du plateau. Ce sera donc chacun son ressenti et j’ai déjà aperçu sur les réseaux sociaux qu’il y avait matière à débat ou plutôt une place pour chaque camp. Néanmoins, le plateau ne m’a pas rebuté pour autant. Cela ne m’a pas empêché d’en apprécier les mécaniques et pillages.

Hormis cela, la qualité du matériel est de bonne facture. Mais attention, je me dois de préciser la présence d’un petit emmêlage de pinceaux (livret de règles et cartes vis à vis du plateau) dans l’énoncé du Centre du Village parfois appelé Place du Village.

Là où Pillards de Scythie fait fort, c’est dans sa compréhension des règles. Aucun souci du côté lecture, il se relit tout aussi facilement en cours de partie pour trouver des réponses à certaines questions.

De même, au niveau de l’explication, il ne prend pas non plus des heures. Pour les habitués de Pillards de la Mer du Nord, il faudra surtout expliquer le système des aigles et des chevaux, la gestion de la Cohorte et des blessures après les lancers de dés voire les objectifs pour ceux qui n’ont pas touché aux extensions.

Mais globalement, même pour un nouveau venu dans l’univers des Pillards, il est simple à assimiler. Il faut dire que la mécanique est simple. On pose un Ouvrier pour réaliser une action précise, on en reprend un en effectuant la deuxième action. Enfin, il faut avouer que le plateau de jeu facilite le tout avec une iconographie bien placée et compréhensible.

Pillards de Scythie demande une dizaine de minutes à être installé. On ne place pas énormément d’éléments sur le plateau malgré sa taille. Des ressources, les tuiles objectifs et des ouvriers, l’installation est rapide. Pour un titre que je place dans la catégorie Familial +, il est plutôt agréable de pouvoir le mettre en place aussi rapidement.

D’ailleurs, niveau rangement c’est pareil. On range les cartes, les ressources et les ouvriers et on se voit bien satisfait de pouvoir compter sur de bons sachets pour trier le tout et prévoir d’y retourner avec facilité et enthousiasme.

Les parties sont très fluides et le plaisir de jeu est encore au rendez-vous.

J’ai même préféré Pillards de Scythie à Pillards de la Mer du Nord (attention, je n’y ai jamais joué avec les extensions).

On garde cette mécanique de « je pose l’ouvrier, j’en prends un autre » et elle reste très efficace. La gestion des Pillards demeure captivante avec l’intégration de ces Animaux qui bonifient notre Cohorte, c’est-à-dire nos Pillards recrutés et placés sur notre plateau Joueur. Puis le système de blessures permet la prise de risque, de garder les membres de sa Cohorte pour tenter d’enchaîner les Raids si les ressources suivent…

Différentes stratégies sont à adopter, entre nos héros à choisir au début, les cartes Pillards que l’on pioche. Je trouve l’ensemble équilibré. Ce sont vos actions, le placement des Animaux et vos choix qui vont booster vos Pillards. Il n’y en a aucun cheaté dès le début de partie. Par contre, certains peuvent être ultra rentables si vous placez par exemple un Aigle qui multiplie par 2 son effet de carte (doubler les PV rapportés par les Pillages par exemple).

Vous l’aurez deviné, j’ai énormément apprécié le jeu et l’envie d’y retourner assez rapidement est présente. Par contre, le débat de son apport ludique existe si jamais vous possédez les Pillards de la Mer du Nord + extensions. Un débat auquel je ne peux participer car j’ai joué à Pillards sans les extensions. Je ne me permettrai donc pas de parler au nom des autres ni de m’approprier leur ressenti ou leur expérience de jeu.

Pillards de Scythie n’est pas le jeu le plus interactif au monde. On regarde le jeu de l’adversaire afin de savoir quel ouvrier il a besoin (certaines colonies exigent des ouvriers en particulier) et on fait parfois tout pour l’en priver. D’un autre côté, on convoite les mêmes butins de pillage donc ce sera au premier qui pille. Mais ce n’est pas de l’interaction directe. Il n’existe pas de réel impact sur le jeu de l’autre.

On constitue sa cohorte dans son coin, on prend les aigles sur le marché (3 face visible) et on optimise notre jeu de notre côté.

Néanmoins la simplicité des actions et la fluidité de la partie rendent les parties dynamiques. On s’ennuie guère.

ArnyankaMoins emballée par Pillards de la Mer du Nord, j’ai été littéralement conquise par Pillards de Scythie. Là où je subissais mes parties en voyant mes Pillards emportés par les Valkyries, ici je peux gérer ma Cohorte et je ressens une réelle montée en puissance, ce que j’apprécie grandement.

J’aime beaucoup l’intégration des Animaux qui offrent de nouvelles stratégies et ajoute un facteur décisif lors des Pillages.

Piller c’est bien mais cela ne fait pas tout, j’ai réussi à remporter des parties sans avoir fait le plus de Pillages, les quêtes ont un rôle important à jouer si on arrive à les valider avant les autres.

Toujours en train de zieuter le jeu de l’autre pour savoir où il peut piller, quelles actions lui sont accessibles pour savoir et anticiper sur mes prochains coups.
La tension est palpable et les sensations jouissives.

Côté esthétique, je le trouve magnifique, le plateau avec ses différentes régions est original car justement chaque zone est différente, avec son propre environnement. Quant aux cartes, elles sont joliment illustrées. Un régal pour les yeux. Niveau matériel, on a du bois et du plastique, tout de bonne qualité. L’iconographie est vraiment très claire et bien pratique.

Chaque partie en appelle à une autre. C’est un jeu qui ressortira avec grand enthousiasme et ce pour un bout de temps.

Récapitulons : Pillards de Scythie m’a plu un peu, beaucoup ou à la folie ?
(ou pas du tout…)

On ne change pas une équipe qui gagne, encore mieux on bonifie son jeu. C’était le mot d’ordre chez Shem Philips. En reprenant les mécaniques efficaces et appréciées de Pillards de la Mer du Nord, Pillards de Scythie fait naître quelques interrogations quant à son apport ludique vis à vis de son prédécesseur. Néanmoins, je l’ai trouvé encore plus captivant, plus agréable simplement à découvrir dans tous ses aspects. L’ajout des Héros, l’intégration des Animaux et le système des blessures représentent une véritable plus-value. Attention, plaisir de jeu à l’horizon.

note5 ghost stories viticulture joraku cowboy bebop everdell
Esthétique
Immersion
Réjouabilité

N’hésitez pas à nous donner votre avis sur ce jeu si vous aussi vous l’avez testé via les commentaires sous l’article. Vous pouvez également venir nous rendre une petite visite sur nos réseaux sociaux : Twitter, Facebook, Instagram, Twitch, Youtube et notre compte curateur Steam.

Retrouvez nos autres tests de jeux de société en cliquant ici.

Vous avez une question sur ce jeu ? N’hésitez pas à poser votre question en commentaire, on se fera un plaisir d’y répondre !

5 1 voter
Évaluation de l'article
Toujours dans la magique potion du jeu vidéo !
S’abonner
Notifier de
guest
5 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Xavier
Xavier
23 jours il y a

Bonjour, Merci pour votre analyse pointue de ce jeu magnifique ! J’ai fait l’acquisition du jeu hier et j’ai des interrogations quand au fonctionnement de certains pouvoirs des cartes pillards : La carte CHAMPIONNE : est-ce que si on place un aigle X2 au dessus de cette carte, les PV gagnés en fin de partie sont doublés ? La carte NEGOCIANT : 1_Le pouvoir de cette carte se déclenche-t-il au moment où l’on réalise l’action « tente du chef » ? (ce qui veut dire qu’on en réalise 2 à la place d’1 ?) 2_Est-ce que si on place un aigle X2… Lire la suite »

MissTemple
MissTemple
22 jours il y a

Super article, j’y ai joué hier j’en suis tombée amoureuse.
Je rejoins Arnyanka pour le plateau découpé, ceci en fait son charme.
Quand aux illustrations du frangin, j’en veux bien d’autres…c’est ce qui m’a fait acheter le jeu au premier regard

Mot de passe oublié

dolor. Praesent mattis massa Aenean ut Praesent