GOTY 2018 : L’histoire de Gabssama

goty 2018

Encore une année riche en jeux vidéo qui s’achève sous la colère des gilets jaunes. Il est temps de dresser un petit bilan et de vous dévoiler le jeu qui m’a fait vibrer ainsi que ma plus grosse déception de l’année 2018.

Cette année tout le monde a sorti de l’artillerie lourde. Les plus gros éditeurs aux éditeurs exclusifs en passant par la case indé, nous avons eu un large choix de petites pépites. L’année 2018 aura été placée sous le signe des jeux de combats : en commençant par Dragon Ball FighterZ en janvier et en finissant par Super Smash Bros Ultimate en décembre. Entre les deux, il y aura eu Soulcalibur VI et Street Fighter V : Arcade Edition entre autres. Par ailleurs, les gros de l’année se sont partagés le calendrier avec les sorties de God of War, Detroit : Become Human, Far Cry 5, Ni No Kuni II au premier semestre puis Monster Hunter World, Shadow of the Tomb Raider, Spider-Man, Red Dead Redemption II, Forza Horizon 4, Assassin’s Creed Odyssey et Fallout 76 au deuxième. Et la liste est loin d’être exhaustive… Bref, étant un joueur uniquement console, je ne parlerai évidemment pas des jeux PC. Parmi tous ces titres, j’en attendais quelques uns et il y en a qui m’a particulièrement déçu… J’ai nommé Far Cry 5 !

Un univers plaisant mais un monde ouvert vu et revu avec notamment des quêtes secondaires pas toujours utiles ou fun. Mais le pire ce sont les scènes d’action brouillons au possible…ça tire de partout, on y voit rien, les ennemis popent comme si de rien n’était… Bref, j’attendais beaucoup du nouvel opus d’Ubisoft et je n’ai pas accroché, la faute à une mauvaise réalisation. Seul point positif, la musique aux mélodies et paroles religieuses qui ne sont pas sans rappeler certains morceaux de gospel.

Quant à mon Goty, elle fait partie des exclusivités PlayStation. Si j’ai beaucoup aimé God of War avec son univers et sa réalisation quasi-parfaite, ce n’est pas lui que j’ai retenu. J’ai pris une grosse claque visuelle ainsi qu’une grande leçon de narration avec Detroit : Become Human. J’ai vraiment adoré le poids de nos choix et l’évolution des personnages. La mise en scène du jeu est exemplaire et il soulève des questions morales saisissantes. Une vraie belle réussite avec un seul petit bémol pour ma part : l’absence d’interactions avec les éléments du décor, sources d’informations pour de futures dialogues. Ça ne l’empêche pas d’être mon GOTY 2018 ! La révolution est en marche !goty detroit become human

Grand aventurier, Gabs consacre sa vie a la recherche d'OST en tout genre en jouant à différents jeux. La légende raconte que c'est lui qui aurait appris à Link comment jouer de l'ocarina...

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

Mot de passe oublié

facilisis consectetur ut Praesent dapibus luctus id id, Nullam fringilla nunc