GOTY 2020 : la sélection de Søren

GOTY 2020 try agame Søren Spiritfarer

C’est reparti pour un tour avec les GOTY de 2020 ! Une année certes compliquée mais qui aura pu compter sur certains titres pour l’accompagner tout au long de mois parfois difficiles.

Sacrée année que celle qui est sur le point de se terminer. Certes, celle qui va suivre arbore déjà des faux-airs de « 2020 New Game + », mais on va déjà se réjouir d’avoir passé celle-là tout en remerciant les créatrices et créateurs qui nous parfois été d’un grand réconfort au fil de ces 12 mois. Une année qui a d’ailleurs marqué l’industrie du jeu vidéo au fer du management toxique, qu’il s’agisse du crunch ou encore d’ambiances de travail parfois malsaines (pour rester poli). Mais nous y reviendrons plus loin dans cet article.

*roulements de tambours*

Et le GOTY 2020 de Søren eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeest :

*badum tss*

GOTY 2020 : Spiritfarer

goty 2017

Lien vers notre test : TEST – Spiritfarer, une aventure contée l’amour dans l’âme

Heureusement que la scène indépendante existe. Parés de leur impertinence, de leur audace et de leur liberté créative totale, les indés ont donné naissance à des titres inoubliables au fil de ces dernières années, donnant parfois au passage quelques leçons de créativité aux grands studios. C’est le cas de Spiritfarer, du studio québécois Thunder Lotus, qui traite des thèmes du deuil avec grand talent. Dans Spiritfarer, Stella devient la nouvelle passeuse d’âmes, et la tâche qui lui incombe est de récupérer les âmes en peine afin de leur offrir un dernier voyage.

Spiritfarer est d’une élégance double, à la fois graphique et narrative, et il n’est pas surprenant d’avoir versé des larmes devant le jeu de Thunder Lotus qui, en guise de boss, propose aux joueurs d’affronter la disparition d’êtres aimés. Le nœud dans la gorge ressenti à certaines étapes du jeu a d’ailleurs refait une apparition fugace lors de l’écriture de cet article… Car Spiritfarer se résume ainsi : une œuvre grandiose, dotée d’une grande puissance émotionnelle, qui marquera ses joueuses et ses joueurs pendant longtemps.

Bonus : les nominés au GOTY qui n’étaient pas loin derrière Spiritfarer (dans le désordre) :

  • Othercide : odyssée sanglante à travers un monde aussi torturé que les guerrières qui s’acharnent à le sauver, Othercide est à la fois beau et addictif (si vous aimez les jeux tactiques).
  • Animal Crossing New Horizons : formidable jeu « feel good » qui a notamment aidé pas mal de monde à supporter le premier confinement en France, ACNH frôle la perfection – sans l’atteindre à cause d’une interface utilisateur (UI) qui date hélas d’une génération ou deux.

Bonus 2 : les rééditions qui ont marqué 2020 mais qui ont été logiquement exclues des nominations au GOTY :

  • Persona 4 Golden (Steam) : grosse grosse surprise de cette année sur Steam, P4G a permis à énormément d’utilisateurs de la plateforme de Valve de découvrir un monument du JRPG qui, s’il n’est pas dénué de défaut à certains moments de sa narration, nous embarque dans une ambiance « meurtres à résoudre entre amis » qui ravira les fans de JoJo’s Bizarre Adventure – Diamond Is Unbreakable.
  • Horizon Zero Dawn (Steam) : malgré un lancement un peu chaotique en raison de bugs et autres instabilités désagréables, Horizon a néanmoins permis d’élargir le cercle des fans de son passionnant univers post-apo.
  • Rune Factory 4 Switch : l’héritier véritable au trône des Harvest Moon-like a fait un gros come-back cette année avec une édition qui ne proposait certes pas grand-chose de nouveau mais qui a permis à tous les fans de jeux de simulation de vie et de ferme qui ne s’y étaient pas encore essayés de découvrir un grand nom du genre.
  • Xenoblade Chronicles (Switch) : preuve qu’avec une direction artistique maîtrisée, les limitations techniques de la Switch n’en sont pas, la Definitive Edition de Xenoblade Chronicles s’est même fendue d’un DLC gratuit et exclusif à sa version. Un JRPG passionnant et aux dimensions dantesques, mais enclin au farm.
  • Tokyo Mirage Sessions #FE Encore (Switch) : là encore, si cette édition de TMS n’apporte pas grand-chose de neuf (bien que la localisation des sous-titres en FR soit extrêmement appréciable), celle-ci aura permis de faire découvrir un grand jeu à celles et ceux qui n’avaient pas pu l’expérimenter sur Wii U. TMS #FE Encore est une belle porte d’entrée donnant sur les Shin Megami Tensei/Persona, et les fans jouant sur uniquement sur Switch feraient bien de guetter les prochains Atlus que sont Shin Megami Tensei III et V prévus pour 2021.

Bonus 3 : les mentions honorables qui ont marqué l’année à leur manière :

  • Gears Tactics : malgré quelques lacunes en micro-gestion, Gears Tactics réussit le pari de combiner la nervosité des jeux de base avec un système tactique à la fois efficace et moderne. Au point qu’on en vient à espérer que les petites mains de Firaxis s’en inspirent pour XCOM 3.
  • XCOM 2 Chimera Squad : ce spin-off à XCOM 2 a étonné tout le monde, que ce soit du point de vue de sa sortie totalement imprévisible ou des mécaniques différentes des jeux principaux qui semblent être autant de tests pour le tant attendu XCOM 3. Quoi qu’il en soit, s’il ne révolutionne rien, Chimera Squad demeure un jeu extrêmement sympathique et pas cher qui a le mérite de dépayser le fan de XCOM en le sortant de sa zone de confort et en le plongeant dans le lore post-XCOM 2.

FLOTY 2020 : le management toxique et autres joyeusetés

goty 2019 foty floty flopCela méritait bien une mention au sein de ce bilan de 2020 (même si le phénomène ne date pas d’hier), c’est pour cela que mon FLOTY de cette année ne désignera pas un jeu mais des pratiques. Qu’il s’agisse d’une organisation cadencée au rythme d’horaires de travail hallucinants au 21ème siècle (le crunch) ou de méthodes de management totalement toxiques et souvent centrées autour d’égos bouffis, de la misogynie et du racisme, l’industrie du jeu vidéo n’a (heureusement) pas réussi cette année à bloquer les portes à ces journalistes audacieux.ses et à ces travailleuses & travailleurs courageux.ses qui n’ont pas hésité à bousculer quelques lignes pour raconter leurs histoires.

Des histoires que nous avons essayé de compiler à notre humble niveau via une série d’articles que vous pouvez retrouver ici :

Parmi les journalistes d’investigations qui ont permis de déterrer ces dossiers, on remerciera plus particulièrement Erwan Cario & Marius Chapuis (Libération), Marie Turcan & Aurore Gayte (Numerama), ou encore Jason Schreier (ex-Kotaku, Bloomberg).

Nous avions d’ailleurs eu le plaisir d’échanger avec Erwan Cario sur ce sujet au cours d’un podcast avec nos confrères de Downgrade.fr, que vous pouvez retrouver ici. Et l’ami SVPL4Y, de son côté, a également pu s’entretenir avec le Syndicat des Travailleurs & Travailleuses du Jeu Vidéo à deux reprises, ces interviews sont disponibles ici et .

enquête crunch CD Projekt RED enquêtes Ubisoft acivision blizzard bobby kotick

Bonus : prix du « complément de jeu qui a bien marqué les esprits pour son côté grosse douille » :

  • Pokémon HOME : pour sa capacité à faire payer l’hébergement de quelques ko voire Mo de données via une rançon de quelques euros pour récupérer l’accès à ses Pokémon, au lieu d’en faire un service basique gratuit rattaché à une série de jeux principaux qui battent régulièrement des records de ventes. On aurait pu penser que la grogne des joueuses et des joueurs liée à la Pokébank aurait fait bouger des lignes, mais non.

 

N’hésitez pas à réagir à ces GOTY 2020 en commentaire ou sur les réseaux sociaux via Facebook / Twitter / Instagram, ou à vous abonner à notre compte curateur Steam pour retrouver nos tests PC (et pour suivre nos inénarrables péripéties en direct ou en différé, sachez que nous sommes aussi sur Twitch !).

N’hésitez pas non plus à aller vous promener sur notre site, pour y découvrir nos tests de jeux et autres dossiers, ainsi que divers avis au sujet de films ou de séries, ainsi que des guides et astuces pour vos jeux favoris. Et ce n’est pas fini, nous testons aussi des jeux de plateau !

0 0 voter
Évaluation de l'article
Co-fondateur de Try aGame, pinailleur en chef, amateur de belles histoires et fier papa de cette espiègle petite manette qui squatte chaque page du site.
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Mot de passe oublié

Aliquam quis, felis quis dolor mattis